Vacances Air Canada : Guy Marchand annonce sa retraite!


Vacances Air Canada : Guy Marchand annonce sa retraite!
Guy Marchand.

Vacances Air Canada est à la recherche de la perle rare qui succèdera à Guy Marchand quand le chef principal des ventes pour l'est du Canada prendra sa retraite. Ce qui devrait se produire au cours de l’été.

LIRE PLUS – L’ami de tous dans l’industrie 

En entrevue avec PAX, Guy Marchand se montre très serein. Il raconte avoir pris sa décision sous les étoiles, un beau soir d’août dernier, pendant ses vacances. Rien à voir avec un coup de tête : la décision murissait depuis quelques années. Et rien à voir avec la pandémie non plus !

« Je suis encore très heureux dans ce que je fais. Mais après avoir donné 40 ans de ma vie au voyage, je suis rendu là. Il est temps d’essayer de faire autre chose – ou peut-être simplement ne rien faire ! Depuis l’âge de 15 ans, je n’ai jamais arrêté de travailler. Place à la relève ! » lance-t-il, avec bonne humeur.

De VAC à VAC en passant par TS et WG

Lorsqu’on annonce la retraite de quelqu’un, c’est un cliché de dire que celle-ci est « bien méritée ». Mais dans le cas de Guy Marchand, nul ne peut nier que la retraite mettra fin à un parcours professionnel bien rempli. Et ce, même si l’entreprise où il a entamé sa carrière est la même que celle qu’il s’apprête à quitter !

En effet, Guy Marchand a fait ses premiers pas chez VAC comme agent de réservation en 1983. Il a ensuite agi comme délégué commercial pour le grossiste de 1986 à 1997.

Cette même année a marqué le début d’une aventure de près de 15 ans chez Transat, d’abord comme délégué commercial (1997-1999) puis comme directeur des ventes (jusqu’à 2011).

En 2013, après une parenthèse d’un peu plus d’un an chez Sunwing, Guy Marchand est revenu « à la maison », chez VAC – « bouclant la boucle », comme il dit.

« J’ai eu une belle carrière »

« J’ai eu une belle carrière. Je considère que j’ai été chanceux », confie Guy Marchand, en se remémorant ces (presque) 40 années.

Quand on lui demande ce qui lui manquera le plus quand il sera retraité, il répond tout de go : « Tout va me manquer ! Le quotidien va me manquer ! Les gens vont me manquer ! »

Mais quand on lui demande ensuite s’il a peur de s’ennuyer une fois devenu retraité, la réponse est tout aussi spontanée : «Non».

« Des gens me demandent quels sont mes projets de retraite. Je leur réponds que je n’en ai pas et que je n’en veux pas. Je ne prévois pas faire le tour du monde… Des projets, j’en ai eu toute ma vie. Là, j’ai envie de voir ce que la vie va apporter ! »

La simple idée d’avoir un premier été off lui sourit, n’ayant jamais vraiment connu ça… Et si d’aventure il finissait par trouver le temps long, Guy Marchand ne doute pas qu’il trouverait vite de quoi se désennuyer !


Guy Marchand, Pax Magazine, octobre 2019 [Photos : Marie-Ève Rompré]


Alors que l’horizon commence à s’éclaircir…

Guy Marchand insiste : la pandémie n’a pas pesé sur sa décision de tirer sa révérence. Du reste, jamais il n’aurait songé à abandonner ses collègues au pic de la crise, précise-t-il. « Mais là, le timing est bon », croit-il, alors que l’horizon touristique commence à s’éclaircir.

En octobre 2019, peu avant la pandémie, Pax Magazine avait consacré un long portrait à Guy Marchand – « L’ami de tous dans l’industrie », titrait-on. Dans l’entrevue qu’il nous avait accordée, Guy Marchand se montrait résolument optimiste quant à l’avenir des agents de voyages, des voyagistes, et de l’industrie dans son ensemble.

L’est-il toujours autant, après deux ans de crise pandémique ? « Je reste optimiste, oui, mais je suis aussi réaliste », répond-il.

Guy Marchand fait valoir que, dans la réalité post-pandémique, le rôle des conseillers en voyages sera plus important que jamais, pour orienter les consommateurs en leur donnant la bonne information.

Cela dit, il prédit aussi que la nouvelle réalité exigera inévitablement des ajustements. « Il faudra s’adapter, suivre la vague. On ne pourra pas rester accrocher aux anciennes façons de faire ni aux anciennes technologies », prévient-il.

Une figure appréciée, s’il en est !

On peine à imaginer l’industrie sans Guy Marchand, qui en est une figure appréciée depuis près de 40 ans. Et tandis que VAC lui cherche un successeur, on ne peut s’empêcher de penser que cette personne aura à chausser de grands souliers…

« De grands souliers ? Je chausse des 9 ½-10 », blague Guy Marchand. En fait, il croit plutôt que le ou la prochain(e) titulaire du poste devra être motivé(e) par la passion.

« C’est toujours bien d’avoir des diplômes, mais en vente, ce qui est le plus important, c’est d’aimer ça… Ensuite, il faut sauter là-dedans à pieds joints ! » conclut-il.

Pour lire le portrait entier que consacrait PAX à Guy Marchand en octobre 2019, cliquer ici


Guy Marchand à la une de Pax Magazine, octobre 2019 [Photo : Marie-Ève Rompré]







Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !




Indicateur