Transat : des résultats qui traduisent l'ampleur de la crise!


Transat : des résultats qui traduisent l'ampleur de la crise!
Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat A.T.

« Nos résultats sont représentatifs de l'impact dévastateur de la COVID-19 sur l'ensemble de l'industrie du voyage », a déclaré Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat A.T., en présentant les résultats du quatrième trimestre et de l'exercice terminés le 31 octobre 2020.

Pour le quatrième trimestre, la Société rapporte des revenus de 28,4 M$, en baisse de 664,8 M$ (-95,9 %) comparativement à 2019. Pour l'exercice, on parle de revenus de 1,3 G$, en baisse de 1,6 G$ (-55,7 %) par rapport à 2019. La perte nette ajustée atteint 156,4 M$ au quatrième trimestre et 355,3 M$ pour l’exercice.

« Au cours de l'année, nous avons pris toutes les mesures pour réduire les dégâts et préserver notre trésorerie. La conclusion prochaine de la transaction avec Air Canada nous permettrait d'être solides pour affronter la fin de la crise et profiter de la reprise que l'arrivée d'un vaccin ne peut manquer de provoquer », poursuit Jean-Marc Eustache.

LIRE PLUS –  Nouveau plan d'arrangement avec AC : les actionnaires de Transat se prononceront le 15 décembre 

La transaction avec Air Canada

En ce qui concerne justement la transaction avec Air Canada, Transat rappelle que les actionnaires seront invités à approuver, lors de l'assemblée du 15 décembre, la nouvelle convention d'arrangement signée le 9 octobre. Celle-ci prévoit un prix de 5 $ l'action (ou 0,2862 action d'Air Canada) pour une action de Transat.

Par ailleurs, la décision de la Commission européenne est attendue pour le 9 février 2021. Si les approbations requises sont obtenues et que les conditions sont remplies, la clôture de l'arrangement est à présent attendue avant le 15 février 2021.

Des besoins de l'ordre de 500 M$ sur l'année 2021

Par ailleurs, Jean-Marc Eustache rappelle que Transat a mis en place un financement à court terme de 250 M$ pour faire face à la crise (cette facilité de crédit est applicable jusqu'au 31 mars 2021).

« [Nous] travaillons actuellement à le remplacer, dans un scénario de non-réalisation de la transaction, par un financement global couvrant nos besoins sur l'année 2021, ce qui pourrait se faire entre autres dans le cadre d'un plan de soutien à l'industrie, tel qu'annoncé par le gouvernement », indique le président.

Les démarches en cours vise à sécuriser un financement couvrant, en l'absence de transaction, des besoins de l'ordre de 500 M$ sur l'année 2021.

Grande incertitude pour 2021

Transat entrevoit que l'exercice 2021 se déroulera dans un contexte de grande incertitude.

« Les restrictions de voyage, l'incertitude qui subsiste quant aux dates de réouverture des frontières, tant au Canada que dans certaines destinations que la Société dessert, l'imposition de mesures de quarantaine au Canada et dans d'autres pays, ainsi que les inquiétudes liées à la pandémie et ses répercussions économiques, créent une grande incertitude liée à la demande au moins pour l'exercice 2021. »

Transat rappelle qu’après avoir suspendu ses opérations aériennes du 1er avril au 22 juillet, elle a déployé des programmes d'été et d'hiver réduits, et qu’elle s'ajuste en permanence à l'état de la demande et aux décisions des autorités sanitaires et des États.

« La Société ne peut pas prévoir pour l'instant toutes les répercussions de la COVID-19 sur ses activités et ses résultats, ni le moment précis où la situation s'améliorera. »

Transat rappelle aussi avoir mis en œuvre une série de mesures tant opérationnelles, commerciales, que financières, notamment de réduction de coûts, visant à préserver sa trésorerie. Elle assure également un suivi quotidien de la situation afin d'ajuster ces mesures en fonction de son évolution.

« Toutefois, tant que la Société ne pourra reprendre ses activités à des niveaux suffisants, la pandémie de COVID-19 aura des retombées négatives importantes sur ses revenus, ses flux de trésorerie des activités d'exploitation et ses résultats d'exploitation. »

Retour à la normal en 2023 ?

« Même si la probabilité de disponibilité prochaine d'un vaccin permet d'espérer un certain niveau de reprise de ses activités dans le courant de l'année 2021, la Société ne s'attend pas à ce que celles-ci retrouvent un niveau similaire à celui d'avant la pandémie avant 2023. »

Entre-temps, en raison de tous les risques et incertitudes auxquels elle fait face, la Société s’abstient de présenter de perspectives pour l'hiver 2021.

Indicateur