Transat contestera tout litige de « chargeback » résultant de la COVID-19


Transat contestera tout litige de « chargeback » résultant de la COVID-19
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

« Pour le bénéfice de notre industrie, nous contesterons vivement tout litige de "chargeback" résultant de la COVID-19 », a annoncé Transat aujourd’hui (2 avril), dans un mémo envoyé aux membres du réseau de distribution.

Ce faisant, le voyagiste suit l’exemple de Sunwing, qui a annoncé pareille démarche hier. On s’attend maintenant à ce que Vacances Air Canada emboîte le pas.

LIRE PLUS : Sunwing va contester les « chargebacks » au nom des agents de voyages

Minimiser les risques de rétrofacturation

Dans son mémo signé par Joseph Adamo, président de TDC et vice-président et chef de la distribution de TTC, Transat mentionne travailler assidument à minimiser les risques de rétrofacturation.

« Nous sollicitons activement la collaboration des institutions financières, compagnies de cartes de crédit et des autorités gouvernementales à différents niveaux », indique M. Adamo.

Et si un chargeback était néanmoins alloué au client par l’émetteur de la carte de crédit ?

« Le montant du paiement du dossier ne sera pas réclamé à l’agence ».

Par contre, Transat rappellerait la commission puisqu’il y aurait perte de revenu complet de son côté, indique M. Adamo.

LIRE PLUS - Rétrofacturation et COVID-19 : les agents ne sont pas redevables, selon l’AAVQ

Envoyez vos communications à Transat

Entre-temps, Transat invite les agents à lui faire connaître leurs communications avec leurs clients pour l’aider à contester chaque tentative de rétrofacturation.

« Puisque nous n’avons pas de contact direct avec eux, il nous est impossible actuellement d’affirmer avec certitude que les clients ont reçu des informations détaillées concernant la compensation offerte (crédit pour voyage futur d’une validité de 24 mois) », explique Joseph Adamo.

Les communications écrites déjà faites aux clients ou celles à venir à propos de la compensation liée à la COVID-19 de Transat peuvent être transmises à repsinternes@transat.com. Transat précise qu’elles seront conservées en référence pour les éventuelles contestations de chargeback. Elles ne seront utilisées qu’à cette fin et ne seront conservées que jusqu’à l’expiration du délai de chargeback.

Délais dans le paiement des commissions

Dans le même mémo aux agents de voyages, Joseph Adamo aborde une autre question qui alimente bien des discussions ces jours-ci : celle du paiement des commissions.

« Notre procédure régulière de paiement de commissions demeure en vigueur, explique-t-il. Cependant, les nombreux changements à effectuer aux dossiers ainsi que les vérifications requises permettant de vous remettre le plein montant de commission occasionneront certains délais. »

Transat confirme que, pour tous les dossiers annulés avec un crédit-voyage valide pour 24 mois, la commission est payée sur le dossier original, en fonction de la date de départ prévue, et ce, même si ce départ a été annulé.

« Dans le cas où le client refuse le crédit-voyage… »

« Dans le cas de dossiers où le client refuse le crédit-voyage futur et demande plutôt une annulation sans crédit dans le but de réclamer à ses assurances, la commission sera protégée si le dossier est à une pénalité de 100 % », souligne Joseph Adamo.

Pour ce qui est des groupes…

Et pour ce qui est des dossiers de groupe…

« Ceux-ci sont toujours réservés au prix net et la commission (marge) est déterminée par l’agent. Il n’y a aucun changement à la manière habituelle de procéder pour les groupes », conclut-il.

LIRE PLUS : Tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19

Indicateur