Reprise des opérations de Transat : la date du 23 juillet tient toujours !


Reprise des opérations de Transat : la date du 23 juillet tient toujours !

Le 11 juin dernier, Transat annonçait la reprise de ses opérations aériennes et de voyagiste à compter du 23 juillet. La société précisait toutefois que cette reprise aurait lieu « sous réserve que les restrictions aux voyages applicables à cette date le permettent ».

Le 23 juillet, c’est demain… À quoi faut-il s’attendre ?

LIRE PLUS : Transat annonce la reprise de ses opérations le 23 juillet

Le contexte…

Depuis le 11 juin, plusieurs pays ont rouvert leurs frontières aux voyageurs canadiens – notamment les pays membres de l’Union européenne ainsi que plusieurs destinations soleil populaires, parmi lesquelles Cuba, la Jamaïque, le Mexique, la République dominicaine, etc.

Toutefois, du côté du Canada, le gouvernement maintient toujours son avertissement global d’éviter tout voyage non essentiel (ainsi que les voyages de croisière). De même, Ottawa maintient jusqu’à nouvel ordre l’obligation que les voyageurs se placent en auto-isolement pour une période de 14 jours à leur retour au Canada.

Ce contexte a incité d’importants acteurs de l’industrie à retarder encore la date de reprise de leurs activités. Depuis mars, Transat a repoussé quelques fois la reprise de ses opérations... Mais pas cette fois !

« Dès le 23 juillet, nous voyagerons à nouveau, en toute sécurité », clame Transat, sur son site, depuis le 11 juin.

Plus précisément, le calendrier de vols de TS comprend plus de 20 destinations en Europe, dans le Sud, aux États-Unis et au Canada jusqu’à la fin de la saison estivale le 31 octobre. « Nous offrons également des forfaits dans les destinations Sud ainsi qu’en Europe pendant cette période », ajoute-t-on.

LIRE PLUS : Transat assouplit les conditions d’utilisation de ses crédits voyages

Guider les voyageurs et faciliter leurs préparatifs de voyage

Cela dit, Transat n’est évidemment pas insensible au contexte dans lequel doit se dérouler la reprise imminente de ses opérations.

« Nous sommes conscients et au fait des restrictions de voyages et exigences d’entrées toujours en vigueur, qui peuvent varier selon les pays où nous opérons », explique à PAX Debbie Cabana, directrice marketing, médias sociaux et relations publiques de Transat.

La porte-parole précise :

« C’est pourquoi nous demandons à tous nos passagers de vérifier les exigences d’entrée de leur pays de destination avant leur départ, ainsi que les mesures sanitaires à respecter à leur retour. »

Afin de guider les voyageurs et faciliter leurs préparatifs de voyage, Transat leur destine un nouvel outil.

« Nous avons publié dans notre guide pratique une liste de sites web à consulter pour chaque destination, incluant des sites gouvernementaux officiels, des sites d’information touristique, des formulaires à remplir et des applications à télécharger avant leur départ. »

Le guide pratique peut être consulté en cliquant ici.

LIRE PLUS : Ce qu’il faut savoir à propos du nouveau programme «Protection Voyageur» de Transat

Quant aux restrictions en vigueur au Canada…

« Nous espérons que les restrictions actuellement en vigueur au Canada pourront être prochainement levées dans un esprit de réciprocité pour ce qui concerne les pays où la pandémie est moins active », indique Debbie Cabana.

À cet égard, soulignons que le souhait exprimé par Transat rejoint la demande tout récemment présentée par Air Canada au gouvernement du Canada.

Entre autres, Air Canada suggère d’assouplir les restrictions imposées par la Loi sur la mise en quarantaine pour les pays présentant un faible risque de propagation de la COVID-19. Dans le même esprit, Air Canada propose d’établir une liste de couloirs ou de déplacements sécuritaires entre des territoires approuvés recensant moins de cas d'infection, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays du G20.

Le 11 juin, le président de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, avait déjà signé (de concert avec une trentaine d’autres leaders du tourisme-voyage) une lettre ouverte appelant Ottawa à établir « une approche mieux ciblée en matière de voyages internationaux. »

« La quarantaine obligatoire de 14 jours et la fermeture complète du pays à tous les visiteurs de l’étranger ne sont plus nécessaires et ne correspondent pas aux mesures prises par les autres pays… Ce ne sont pas tous les pays et régions qui posent des risques et cela doit être pris en considération », disait-il.

LIRE PLUS : « Rouvrez les portes de notre pays », demandent les leaders de l’industrie à Trudeau

Toutefois, jusqu’à ce jour, le gouvernement du Canada a fait fi de ces pressions.

Indicateur