Vendredi,  27 janvier 2023  12:25

PAX à destination : Édimbourg, véritable ville-musée


PAX à destination : Édimbourg, véritable ville-musée

Les habitants défilent dans les rues sans même y jeter un coup d'œil. Pourtant, dès que les agents de voyages en formation avec les équipes de Transat ont débarqué dans la capitale de l’Écosse, leur regard a été aimanté par l’imposante bâtisse. Dominant la ville, le château d'Édimbourg toise les passants déambulant sur Princes Street. 

Dressé sur son monticule de roche volcanique, majestueux et menaçant à la fois, il est le monument le plus visité d'Écosse, attirant chaque année des millions de touristes.

 Le château d'Édimbourg dominant la ville à la nuit tombante

« Castle Rock »

l sera donc une étape incontournable, de deux ou trois heures afin d'en faire le tour complet, pour tout visiteur se rendant à Édimbourg. Lové sur son volcan éteint, « Castle Rock », le château d’Édimbourg se trouve sur un site dont les origines remontraient à l’Âge d’Or. Tantôt occupé par les Écossais et par les Anglais au fil des batailles, il regorge de trésors à explorer. Entre la petite chapelle St-Magaret, qui s’adjuge le titre de la plus ancienne construction d’Édimbourg, le Great Hall et les musées, Il ne manque pas de recoins pour s’immerger dans son histoire. C’est toutefois lorsque l’on arrive au Palais royal que l’apothéose est au rendez-vous. Deux portes blindées, bien modernes celles-ci, viennent annoncer la présence de quelque chose de très précieux. Rien d’autre que les joyaux de la Couronne Écossaise!

Sur le Royal Mile où se trouve la forteresse, d’ailleurs la plus vieille avenue de la ville, on peut s’adonner au magasinage de toute sorte et faire un petit créneau par le Royal Mile Market qui permettra de se pencher sur des kiosques présentant de l'artisanat local.

À l’autre extrémité de cette rue historique, trône le palais de Holyroodhouse, qui demeure la résidence officielle de la reine d’Angleterre lorsqu'elle séjourne en Écosse. Ce lieu était habité par les têtes couronnées d’Écosse depuis le XVIème siècle. C’était à l’origine une abbaye fondée par le roi David 1er d’Écosse, chose que l’on constate rapidement en y découvrant un cloître en son sein. Vous l’aurez compris, Édimbourg, surnommée « Auld Reekie » pour la vieille enfumée, est chargée d’histoire. De nombreuses cathédrales et d’autres monuments façonnés dans la vieille pierre viennent nous le rappeler à chaque coin de rue. La vieille ville a d’ailleurs été classée au patrimoine de l’Unesco dans les années 90.

À l'intérieur du palais de Holyroodhouse

New Town vs. Old Town

C’est le cas aussi pour New Town, la nouvelle ville, qui pavoise avec son style tout à fait différent. Ce quartier est considéré comme l'une des plus belles réussites de planification urbaine du XVIIIème siècle. Il a été construit à partir de 1767, s’étendant d'Est en Ouest, par l’architecte James Craig, qui avait remporté un concours l’année précédente lancé par l’administration municipale.

Au milieu du XVIIIème siècle, le pays vivait une époque de paix et de prospérité économique. Old Town était surpeuplée et insalubre. Le conseil de la ville voulait donc construire une nouvelle cité qui se mériterait le statut de capitale. Le projet initial était simple, créer un quadrillage délimité par Georges Street, Queen Street, et Princes Street, toutes les trois entrecoupées de rues perpendiculaires et bloquées aux extrémités par St-Andrew's Square et Charlotte Square.

La nouvelle ville, arborant un style néoclassique, séparait pour la première fois les classes sociales, ce qui n’était pas le cas dans la vieille ville où pauvres et riches vivaient les uns au-dessus des autres. On retrouve ainsi des restes de ce triage dans les choix architecturaux et dans certains privilèges qui demeurent.

En effet, de nombreux espaces verts se trouvant dans ce quartier d’Édimbourg ne sont accessibles que par les résidents de la rue! Certains, comme les jardins de Princes Street, sont devenus publics par la suite.

Des artistes de renommée internationale y avaient élu domicile. C'est ici qu'Arthur Conan Doyle, père de Sherlock Holmes, habitait. Sur York Place, on peut d'ailleurs y admirer une statue à l'effigie du célèbre personnage. Sur Charlotte Square, c’est la maison de naissance d’Alexander Graham Bell, l'inventeur du téléphone que l’on va retrouver. Et aujourd’hui, la Première ministre de l’Écosse réside dans ce secteur.

Un peu plus bas, Dean Village, un village secret développé par des meuniers, fait office d’oasis de tranquillité dans Édimbourg. On y a compté jusqu'à 11 moulins à eau. C’était un coin ouvrier qui s’est désormais fortement gentrifié. Le parcourir, c’est chavirer dans une autre ville où la quiétude règne en maitre.

Dean Village, un havre de paix en plein coeur d'Édimbourg

Que l’on soit passionné par les sciences, James Young Simpson y a par exemple inventé l’anesthésie, d’Harry Potter, JK Rowling y accouchant du premier opus des aventures du magicien, gribouillé sur une des tables du café The Elephant House, d’ingénierie, James Watt y développant la machine à vapeur, d’architecture, d’histoire, de royauté, de folklore ou de gastronomie, il y a au moins mille manières de visiter la capitale du pays selon ses centres d’intérêt.

Si bien que trois jours semblent bien trop courts quand on débarque à Édimbourg…


Des activités à considérer :

  • Les bus touristiques « Hop on, Hop off », permettent de faire un grand tour d’Édimbourg et de s’arrêter à plusieurs endroits stratégiques sur le trajet;
  • Mercat organise des excursions dans les « Closes », venelles de la ville, et les souterrains à la recherche des fantômes déambulant sous les arches ensevelies de South Bridge. Le tour est offert en français;
  • The Whisky Experience propose depuis 25 ans des ateliers de découverte sur la fabrication du whisky écossais et des expériences de dégustation;
  • Le port de Leith accueille de façon permanente le Britannia, dernier yacht royal à avoir été utilisé par la couronne anglaise de 1953 à 1997. Il est ouvert à la visite avec des audio-guides en français;
  • Le jardin botanique d’Édimbourg est le deuxième plus vieux de Grande Bretagne, datant de 1670. Il est gratuit comme la majorité des musées en Écosse.
  • Highlands Experience Tours organise des excursions dans les Higlands à la découverte de paysages majestueux. Deux excursions sont offertes par Transat dans le forfait « Édimbourg et l’Écosse historique » avec un tour de 12 heures dans les montagnes, visitant des sites comme Glencoe, Ben Nevis, le Loch Ness, et les Cairngorms Mountains et un tour se rendant dans la région de Loch Lomond incluant la visite de la distillerie Glengoyne à Dumgoyne et du château de Stirling. Les deux itinéraires sont superbes !
  • Pour une soirée axée sur le folklore, rendez-vous au Spirit of Scotland Show où vos clients mangeront des plats traditionnels comme le haggis, fait à partir de la panse de mouton, et assisteront à des danses et chants traditionnels.

Plus de photos

Appoline guidant le groupe dans les souterrains d'Édimbourg 

Dans les Highlands, la magie opère dès le premier regard 

La distillerie de Glengoyne 

Le Château de Stirling 

Ce voyage fait suite à l’invitation de Transat.

Indicateur