Marketing loufoque ou coup de génie?


Marketing loufoque ou coup de génie?

Imagine-t-on Tours Chanteclerc, Transat Découverte ou Groupe Voyages Québec conseiller dans leurs annonces de prendre l’avion parce que les déplacements en autocar grugent vraiment trop de temps? Conçoit-on que Sunwing ou Vacances Transat puissent recommander aux consommateurs d’appeler First Air ou Air Creebec pour réserver un billet vers Kuujjuaq, parce que, vraiment, il fait trop chaud à Punta Cana en juillet?

C’est pourtant ce genre de procédé qu’emploie actuellement la petite ville d’Ithaca, située dans le centre de l’État de New York. Sur son site accessible à l’adresse Visitithaca.com, le bureau de tourisme de la ville et du comté recommande plutôt aux Internautes de partir en Floride.

Après 60 secondes de consultation au cours desquelles on nous assure qu’Ithaca est splendide, incontournable et idyllique, la page d’accueil est remplacée par une autre présentant la plage de Key West par une journée particulièrement ensoleillée, coiffée par le message : «C’est assez! Nous abandonnons! L’hiver a eu raison de nous. Key West, ça vous tente?»

Et de poursuivre : «En raison de ce stupide et ridicule hiver, Ithaca vous invite à visiter les Florida Key’s. S’il vous plait, revenez quand les choses se seront arrangées. Sérieusement, c’est une farce, ici, maintenant. Vous êtes toujours déterminés à visiter Ithaca? Vous êtes certains? OK, alors, cliquez ici.»

Et le lien ramène l’Internaute sur les pages habituelles du bureau de tourisme de la ville. Non sans avoir demandé aux autres qui auraient opté pour la Floride d’envoyer une carte postale.

De CNN au New York Daily New, en passant par le Huffington Post et le Miami Herald, presque tous les grands et petits médias américains rapportaient et commentaient la chose, ce matin. Plutôt que d’apprécier à sa juste valeur le soutien inattendu d’une destination, somme toute, concurrente, le directeur du Conseil du tourisme des Florida Keys, qui n’en croyait pas ses oreilles, a déclaré à un journaliste du Daily News que cela «défiait toutes les règles de la logique touristique».

Interrogé par le même média, Bruce Stoff, directeur du Ithaca/Tompkins County convention and Visitors Bureau, indiquait qu’il faisait moins cinq degrés Farenheit ce matin, à Ithaca. Et il confiait au Ithaca Journal que, depuis la mise en ligne de cette contre-annonce, le site avait été consulté par 10 580 visiteurs, soit 85% de plus qu’habituellement pour tout le mois de février. Un mois où de toute façon, le tourisme est au point mort dans cette petite ville de 30 000 habitants, surtout réputée parce qu’elle abrite le campus d’une des universités de l’Ivy League, Cornell.

Ce type de contre-marketing peut-il s’avérer payant? Nous avons posé la question à un spécialiste de la mise en marché qui nous a répondu : «Ça me donne froid dans le dos!»

 

Indicateur