Crédits voyage : l’ATOQ espère que la solution de Québec tiendra compte de la complexité des enjeux


Crédits voyage : l’ATOQ espère que la solution de Québec tiendra compte de la complexité des enjeux
Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, et la présidente de l'ATOQ, Joane Tétreault.

Entre deux déplacements, la présidente de l’ATOQ, Joane Tétreault, a tenu à réagir à son tour aux intentions exprimées par le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, quant au remboursement des consommateurs dont le voyage a été annulé en raison de la COVID.

Au passage, Mme Tétreault a aussi réagi à la « solution » proposée par Richard Laganière, propriétaire de l’agence Rabaisvoyages.com, pour régler la problématique des crédits voyage.

« Il faut que ça bouge ! »

« Ça fera bientôt six mois qu’on attend après le gouvernement. On ne peut donc qu’approuver le fait que le nouveau cabinet entende faire connaître ses intentions sous peu. Il faut que ça bouge ! », indique d’emblée Joane Tétreault.

Cela dit, la position de l’ATOQ demeure la même. L’Association prône la légitimation de l’offre de crédits voyage valide pendant 24 mois par les voyagistes, et que les crédits puissent être remboursés si non utilisés au terme de cette échéance.

« Faisons savoir aux consommateurs québécois que les crédits voyage constituent une forme de remboursement valable et que s’ils n’ont pas utilisé les crédits après 24 mois, ils pourront se tourner vers le FICAV, au besoin, pour être indemnisés. Nous croyons que c’est la meilleure solution, pour les t.-o., pour les consommateurs, pour tout le monde ! »

Que le FICAV joue son rôle !

Et si le FICAV n’était pas encore assez bien rempli pour répondre à toutes les demandes ? Le gouvernement devrait alors le renflouer temporairement, en attendant que le Fonds puisse le rembourser, avance la présidente de l’ATOQ.

Selon elle, alors que les t.-o. ont souvent envoyé les sommes à l’étranger, et ce, « en toute bonne foi », il ne leur reviendrait surtout pas de « s’endetter pour faire ce remboursement », comme l’implique la solution mise de l'avant par M. Laganière.

Situation complexe

Joane Tétreault rappelle que la situation est complexe pour les t.-o. d'ici, qui font affaire avec des fournisseurs de partout dans le monde, et qui doivent rivaliser avec des t.-o du monde entier – américains, européens, chinois, indiens, sud-américains… – pour accéder aux produits desdits fournisseurs.

« C’est ce qui explique que les t.-o. n’ont plus l’argent dans leurs coffres pour rembourser les consommateurs : l’argent a été envoyé au transporteur aérien, à l’hôtelier en Grèce, à l’autocariste en Italie... Ces derniers ont beau jeu d’exiger des avances, sans quoi ils peuvent choisir de faire affaire avec un autre voyagiste disposé à satisfaire leurs exigences. »

Ça prend un cadre clair !

L’ATOQ espère que la solution globale qui doit être présentée bientôt par le gouvernement du Québec tiendra bien compte de la grande complexité des enjeux.

« Il y a beaucoup de confusion actuellement. C’est important d’y mettre fin. La crédibilité des acteurs de l’industrie est en jeu. Ça prend un cadre clair ! », insiste la présidente, en soulignant qu'« aucun voyagiste n’entend s’enrichir au détriment des consommateurs. »

Joane Tétreault voit d’un bon œil le fait que le ministre Jolin-Barrette semble envisager une solution incluant aussi les compagnies d’assurance. 

Quant au fait que le ministre ait paru favorable à la rétrofacturation, elle ne s’en fait pas trop, convaincue que ministre se ravisera, tant il y a unanimité quant aux effets néfastes de cette pratique.

Aide sectorielle

Cela dit, une fois que la problématique des crédits voyage sera enfin réglée, les voyagistes ne seront pas au bout de leurs peines, indique Joane Tétreault.

Lors de ses représentations auprès des gouvernements, l’ATOQ a évoqué plusieurs fois le besoin d’une aide sectorielle (une aide dédiée spécifiquement à son secteur d’activité). Jusqu'à ce jour, l'Association n’avait cependant pas encore présenté de demande formelle à cet égard.

L’ATOQ prévoit de le faire prochainement, et ce, aux deux niveaux de gouvernement.


LIRE PLUS      Indemnisation des consommateurs... : Simon Jolin-Barrette entend intervenir

LIRE PLUS      Les compagnies d'assurance dans la mire de Simon Jolin-Barrette

LIRE PLUS      Intentions de Québec quant à l’indemnisation... : l’AAVQ maintient la pression

LIRE PLUS      Intentions de Québec quant à l’indemnisation... : l’ACTA affiche un optimisme prudent 

LIRE PLUS      Crédits voyage : un agent croit avoir trouvé la solution

LIRE PLUS      Crédits voyage : la «solution» de Christian Laganière suscite l’intérêt, sans faire l’unanimité

LIRE PLUS      L’AAVQ et l’ATOQ pressent Québec d’officialiser l’offre de crédits pour voyage futur...

Indicateur