13,5 millions de dettes : Sinorama fait faillite


13,5 millions de dettes : Sinorama fait faillite

C'est donc une importante faillite qui aura mené à la perte de Vacances Sinorama, au terme d'une saga digne des grands romans. Celui qui défraie la manchette depuis la fin juillet meurt, renaît, se transforme et continue de faire jaser consommateurs et tour-opérateurs ; or, il semble que cette fois-ci, ce soit réellement la fin

13,5 millions de dollars de dettes accableraient les coffres du voyagiste en vertu des documents déposés au Registre des dossiers de faillite et d’insolvabilité. 

LIRE PLUS : Sinorama dans la tourmente : l'industrie réagit

Rappelons que Vacances Sinorama avait été placée sous tutelle par l’Office de protection du consommateur (OPC) le 24 juillet dernier en raison d'importantes incohérences dans ses livres de comptabilité. Quelques semaines plus tard, l'organisme retirait même le permis d'exploitation au voyagiste tant au Québec qu'en Ontario, en raison de son incapacité à respecter ses obligations financières.

L'OPC avait constaté que Vacances Sinorama n’était pas en mesure de respecter les dispositions de la Loi sur les agents de voyages relativement à la gestion des sommes versées par ses clients, ce qui a mené à la perte définitive de son permis.

« Nous avons une profonde compréhension des dispositions de l'OPC et nous comprenons notre violation. Nous avons travaillé de notre façon, cela a causé des problèmes à l'Office et amené des risques à nos clients », a écrit Simon Qian à l'OPC le 2 août.

Tel qu'indiqué par La Presse, cette faillite rend également inactifs les recours devant les tribunaux de Sinorama et de Simon Qian contre l'Office de la protection du consommateur (OPC). 

Ces derniers arguent que Sinorama a été traité injustement en vertu du conflit d'intérêt flagrant liant l'administrateur provisoire PwC, nommé par l'OPC, à Tours Chanteclerc, qui a pris en charge bon nombre des voyages organisés originalement par Sinorama; or, Claude St-Pierre, directeur général de Tours Chanteclerc, siège au comité consultatif des agents de voyages de l'OPC.

PricewaterhouseCoopers LLP, la firme qui administre les finances du voyagiste depuis sa mise sous tutelle, ne s'explique pas le manque à gagner entre les 13,5 millions de dollars de dettes envers les créanciers et les quelques 23 millions de dollars à prévoir en frais compensatoires aux voyageurs lésés. En tout, la firme dit avoir reçu 5300 réclamations à ce jour pour une compensation moyenne de 4300 $ par personne.

LIRE PLUS: Sinorama : une épopée à en perdre le nord

Indicateur