Tours Chanteclerc : le nouveau chapeau de Josée Rouleau


Tours Chanteclerc : le nouveau chapeau de Josée Rouleau
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

« Je ne me suis pas absentée longtemps du voyage, mais j’ai eu le temps de m’en ennuyer, car ce domaine me passionne depuis que je suis sortie de l’école. Je n’aurais pu rêver de mieux que Tours Chanteclerc pour renouer avec le métier que j’adore ! »

LIRE PLUS : Ça bouge du côté de Tours Chanteclerc

En entrevue avec PAX, Josée Rouleau parle de ses nouveaux défis comme déléguée commerciale de Chanteclerc pour le territoire couvrant Gatineau, Montréal-Est, la Rive-Nord (Laval, Laurentides et Lanaudière) et l’Abitibi.

Une belle aventure

Jusqu’à juillet dernier, Josée Rouleau était gestionnaire du développement des affaires chez Oasis Hotels & Resorts. Ce fut « une belle aventure », dit-elle.

« C’était la première fois qu’une personne était spécifiquement affectée au développement du Québec. Je suis partie de zéro, pour développer des formations et des outils en français à partir de ceux existants en anglais. Ç’a été un beau défi et je suis fière des résultats obtenus. »

En effet, alors que la chaîne souffrait d’un certain déficit réputationnel au Québec avant l’arrivée de Josée Rouleau, ses ventes ont progressé de 300 % pendant les trois ans qu’elle y a travaillés. Mme Rouleau y voit la preuve de l’importance de pouvoir compter, pour le marché du Québec, sur « une personne francophone, qui peut facilement interagir et établir une relation de confiance avec les agents québécois ».

« Je suis une personne enjouée, ouverte et transparente. J’aime présenter les choses avec honnêteté, comme elles sont. C’est ma marque et c’est la raison pour laquelle on m’apprécie », croit-elle.

Néanmoins, l’aventure de Josée Rouleau chez Oasis a pris fin en juillet 2018 à la suite d’une restructuration au sein de la compagnie. Cette restructuration a aussi coûté son poste à la représentante d’Oasis à Vancouver, Karen Howse, laissant Pam Basset comme seule représentante pour la chaîne au Canada. Plus récemment, la restructuration s’est aussi traduite par la vente à AMResorts des hôtels Grand Oasis Sens et Grand Oasis Tulum.

Nouveau chapitre

Quoi qu’il en soit, Josée Rouleau a tourné la page. Elle aborde avec enthousiasme le nouveau chapitre de sa vie professionnelle, au sein d’une entreprise jouissant déjà, cette fois, d’une image sans taches. En ce sens, Mme Rouleau part de moins loin…

« L’excellente réputation de Tours Chanteclerc est établie depuis longtemps. La compagnie soulignera ses 50 ans en 2020. Elle sera même le premier voyagiste québécois à franchir ce cap ! C’est un moment vraiment excitant pour joindre ses rangs ! »

Josée Rouleau avait déjà une certaine connaissance des produits de Chanteclerc, mais elle s’est attelée pour les connaître en profondeur, dans tous leurs détails et toute leur diversité : circuits en Europe, longs séjours, croisières, Horizons lointains, Îles de rêve, séjours de ski, etc. 

« C’est tellement une belle gamme de produits », s’enthousiasme-t-elle.

Sur la route

Avec son nouveau chapeau, Josée Rouleau se lancera sur la route dès cette semaine à la rencontre des agences de son territoire. Elle est d’ailleurs en territoire de connaissance, puisque celui-ci correspond sensiblement au territoire qu’elle desservait comme représentante au développement des affaires chez Transat Tours Canada jusqu’à 2014.

« J’ai déjà reçu plein de beaux messages de la part d’agents de mon territoire », confie-t-elle.

Josée Rouleau se dit impatiente de leur présenter les produits de Chanteclerc et de leur parler des nombreuses initiatives prévues par la voyagiste pour souligner son demi-siècle – le nolisement complet du Paul Gauguin n’étant qu’un exemple de celles-ci.

« 50 ans, ce n’est pas rien. Il y a plein de belles choses qui s’en viennent », conclut Josée Rouleau.

On peut la joindre à jrouleau@tourschanteclerc.com

Indicateur