Mercredi,  23 octobre 2019  12:37

Robert Robillard s’ennuyait de vous !


Robert Robillard s’ennuyait de vous !
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Le Groupe Atrium a récemment annoncé le retour de Robert Robillard dans ses rangs. L’ex-responsable du développement des affaires s’apprête en effet à reprendre du service, à temps partiel, pour représenter le regroupement à l’occasion d’événements spéciaux.

En entrevue avec PAX, Robert Robillard confie qu’il se plaisait bien dans sa retraite entamée il y a deux ans. Mais quelque chose lui manquait beaucoup : vous !

Pas de temps morts

« La retraite, c’est génial ! J’en ai bien profité. J’ai voyagé avec ma femme, au Vietnam, au Mexique... J’ai fait de planche à neige l’hiver. Durant l’été, j’ai passé beaucoup du temps dans la nature, en plus d’entretenir notre terrain. Il n’y avait pas de temps morts ! »

Ce n’est donc pas parce qu’il se tournait les pouces que Robert Robillard a décidé de sortir de sa retraite. C’est plutôt parce qu’il souffrait de l’absence de sa famille… professionnelle !

Franche camaraderie

« Quand on travaille dans un domaine pendant si longtemps, les relations qu’on noue avec nos confrères finissent par dépasser le simple lien professionnel. Ils deviennent des amis. Et dans mon cas, j’ai eu le temps de développer plusieurs relations de dix ans, vingt ans, trente ans et même plus, au fil des années. »

On aura compris : ce n’est pas le travail quotidien qui lui manquait…

« C’est le côté social de l’industrie qui me manquait. Il règne un esprit de franche camaraderie dans cette industrie. Au-delà de la compétition et des frictions occasionnelles, tout le monde parle à tout le monde. J’ai toujours aimé ça. Je n’en ai jamais vraiment décroché ! »

Le meilleur des deux mondes

Alors, quand le président d’Atrium, Sylvain Lastère, lui a proposé un retour à temps partiel, Robert Robillard a eu le sentiment d’avoir accès au meilleur des deux mondes. L’occasion de renouer avec ses confrères et consoeurs, sans trop renoncer aux temps libres que confère la retraite.

« Quand Sylvain m’a appelé, je n’ai pas hésité, je n’ai pas demandé à réfléchir. J’ai dit oui tout de suite ! »

Et s’il n’en tient qu’à Robert Robillard, ce nouveau rôle au sein d’Atrium pourrait durer longtemps. « Ça durera tant que je ne tomberai pas sur les nerfs du monde », blague-t-il. « Ou tant que l’industrie du voyage sera en osmose avec ma personne », ajoute-t-il, avec philosophie.

Impatient

Robert Robillard n’a pas encore eu l’occasion de représenter Atrium lors d’un événement, mais prévoit être sur le terrain très bientôt.

« J’ai très hâte. Le plus tôt sera le mieux ! », précise-t-il.

Diplômé en Gestion des services de tourisme et voyages de l’ITHQ, Robert Robillard a passé la plus grande partie de sa carrière dans le secteur des assurances. De 1987 à 2009, il a agi comme directeur du développement des affaires chez RBC Assurances (Assurances Voyageur à ses débuts). Il a rallié les rangs du Groupe Atrium en 2011, puis annoncé sa retraite en septembre 2017.

Indicateur