Mercredi,  23 octobre 2019  12:39

L'agent en vedette : Manon Doucet


L'agent en vedette : Manon Doucet

Chaque semaine, tous les mardis, nous demanderons à un ou une conseillère en voyages de se livrer au jeu des questions-réponses en leur proposant de parler de voyage autrement... et de leur raconter quelques anecdotes au passage.

Cette semaine, c'est au tour de Manon Doucet, propriétaire de l'agence Club Voyages Solerama à Saint-Eustache de se confier.

Depuis quand êtes-vous dans l’industrie ?

J’ai fait une technique en tourisme puis à 20 ans, j’ai immédiatement commencé à travailler dans le domaine du voyage. J’y œuvre depuis plus de 35 ans et sincèrement je m’y suis épanouie, cumulant mon expertise au fil de ces années. Je suis fière du chemin parcouru.

Quel a été votre premier voyage ?

Avec mes parents à Cap Code aux États-Unis. Mon premier voyage en avion a été à Fort Lauderdale, vers l’âge de 25 ans. Et ça été le début d’une extraordinaire aventure qui est bien loin d’être terminée !

Quel est votre plus beau souvenir de voyage ?

Une croisière avec Ponant en Grèce avec mon amoureux. À cette époque, Ponant avait un navire très petit où nous étions une cinquantaine de passagers. J’avais l’impression d’avoir mon yacht privé : l'eau de la piscine était changée toutes les fois que l’on changeait de mer ; un pianiste pendant les soirées ; un service aux petits oignons ; un pays de rêve.

Au Kenya

J’ai beaucoup de beaux souvenirs de voyages, puisqu’à travers ces 35 ans, j’ai visité plus de 70 pays et encore plus de destinations. Je pense à la première fois où j’ai vu le désert, moi qui en rêvait depuis ma petite enfance. C'était à Pétra que j’ai vu deux fois. Je me souviens aussi des différents safaris que j’ai fait et à cet émerveillement de voir les animaux sauvages dans leur environnement et si près de nous. À la mer Adriatique, d’un bleu particulier, transparente, étincelante. Je continue ?

La destination chouchou que vous recommandez le plus souvent à vos clients ? 

Pas facile… pour le Sud, je dirais Riviera Nayarit et pour le reste... La Croatie, Espagne, Israël, Maroc, Vietnam, Afrique du Sud...

La demande la plus farfelue d’un client ?

Une fin de semaine en Polynésie ! Je lui ai répondu…j’espère que vous avez un long weekend et que vous aimez l’avion !

En Italie

Si vous aviez un conseil à donner à quelqu’un qui souhaite devenir conseiller en voyages, quel serait-il ? 

Lancez-vous et spécialisez-vous ! Depuis toujours, je prône la spécialisation, développer des compétences qui font d’un conseiller une référence et le distingue de la masse.

Quelle serait « LA » vente que vous rêvez de faire ?

Je rêve de faire un groupe en croisière en Antarctique avec Ponant… Pas une petite vente !

Au Monténégro

Un aspect de votre métier que vous aimeriez changer ?

Malheureusement, l’ère des réseaux sociaux demande une disponibilité quasi instantanée de la part des conseillers. Il me semble que les temps de repos et de vacances sont difficilement gérables. Cette dépendance me rend triste et m’alarme sur la santé physique et mentale des conseillers en voyages.

Je conclurais avec une pensée profonde, respectueuse envers les conseillers de notre industrie. Aujourd’hui, on peut qualifier notre domaine d’« anarchique ». Très peu de règles régissent la profession. J’espère que dans un avenir proche, nos élus se pencheront sur l’encadrement des agences de voyages et ce, dans l’objectif de mieux protéger les consommateurs et de pouvoir à nouveau s’enorgueillir de notre profession.

Indicateur