L'agent en vedette : Josée Kaigle


L'agent en vedette : Josée Kaigle

Chaque semaine, tous les mardis, nous demanderons à un ou une conseillère en voyages de se livrer au jeu des questions-réponses en leur proposant de parler de voyage autrement... et de leur raconter quelques anecdotes au passage.

Cette semaine, c'est au tour de Josée Kaigle, présidente de l'agence Voyages Optimistes à Montréal, de se confier.

Depuis quand êtes-vous dans l’industrie ?

J’ai débuté comme représentante à Varadero pour Unitours en 1983.

Quel a été votre premier voyage ?

Mon premier voyage était la Floride avec mes parents quand j’avais 6 ans. Nous y sommes allés de nombreuses fois pour faire du camping à Daytona Beach dans une tente-roulotte. Je me souviens avoir ramené au Canada une petite grenouille minuscule que j’ai gardée un certain temps. Nous en profitions pour aller à la plage et dans les comme Cypress Garden, Bush Garden etc. Nous y allions 3 générations avec mes grands-parents et même mes tantes. Le voyage, c’est dans le sang familial !

Quel est votre plus beau souvenir de voyage ?

Disons qu’après avoir visité plus de 135 pays, j’ai de super souvenirs, mais je passe sous silence la rencontre avec mon mari à Cuba en 1983, je vais me faire chicaner haha ! Pour être honnête, c’est mon plus beau souvenir. Qui aurait dit que je rencontrerais un petit Cubain qui allait devenir mon compagnon de vie et de voyages depuis ce temps.

La destination chouchou que vous recommandez le plus souvent à vos clients ?

Je suis une passionnée de croisières donc c’est certainement ce que je recommande le plus souvent, car le degré de satisfaction est généralement très élevé. On en devient même addict !

La demande la plus farfelue d’un client ?

Des demandes farfelues j’en ai eu plusieurs, mais la plus étrange, c’est un client qui voulait absolument aller à Cuba mais pas sur l’île... J’ai eu beau lui expliquer que Cuba était une île, il s’est fâché et m’a raccroché la ligne en disant que je ne savais pas de quoi je parlais.

Si vous aviez un conseil à donner à quelqu’un qui souhaite devenir conseiller en voyages, quel serait-il ?

Tu dois faire ce métier par passion, tu dois être informé, avoir des connaissances générales, demeurer à la fine pointe de la technologie, tout en sachant que tu ne deviendras jamais riche !

Quelle serait « LA » vente que vous rêvez de faire ?

J’ai fait de très belles ventes, des croisières autour du monde, des safaris dans des lodges privés, des circuits de grand luxe mais je traite tous mes clients de la même façon, car, pour eux, peu importe le prix payé, c’est peut-être le voyage d’une vie.

Un aspect de votre métier que vous aimeriez changer ?

Je voudrais augmenter les exigences pour devenir agent. Le permis de l’OPC, c’est une farce. Si les clients savaient vraiment ce qu’on nous demande pour la certification, ils auraient peur de faire affaire avec nous. Nous nous devons d’être connaissants, professionnels et capables de représenter notre profession avec fierté et dignité. J’ai horreur des agents qui, pour vendre, sont prêts à remettre 50% et plus de leur commission au client. Cela diminue notre valeur réelle ! Avez-vous déjà essayé de négocier les prix de votre dentiste ? Non et bien pourquoi devrait-on accepter qu’on négocie nos services ?


Si vous êtes conseiller ou conseillère en voyages et que vous désirez vous aussi participer à cette chronique, écrivez-nous à salledepresse@paxglobalmedia.com

Indicateur