Vendredi,  22 novembre 2019  3:28

L'agent en vedette : Gitane Charron


L'agent en vedette : Gitane Charron

Chaque semaine, tous les mardis, nous demanderons à un ou une conseillère en voyages de se livrer au jeu des questions-réponses en leur proposant de parler de voyage autrement... et de leur raconter quelques anecdotes au passage.

Cette semaine, c'est au tour de Gitane Charron, conseillère en voyages à Voyage 1001 destinations inc – mais également blogueuse voyage : Globe Loveuse – de se confier. 

Depuis quand êtes-vous dans l’industrie ?

J'ai fait mes débuts en agence en juillet 2012, un peu par hasard, après avoir terminé un programme d'étude en chant classique... comme quoi, la vie nous réserve bien des surprises !

Quel a été votre premier voyage ?

Outre les petites escapades à New York et dans les provinces voisines, mon premier « vrai » voyage s'est déroulé dans le cadre d'un projet d'études en communication. J'ai eu la chance de vivre l'expérience du Mardi Gras en Louisiane, en 2008 ! On a passé 5 jours à Lafayette où l'on a pu vivre des célébrations plus traditionnelles avant de se déplacer à la Nouvelle-Orléans pour 5 autres journées de festivités, cette fois-ci en plein cœur du Quartier Français pour bien sentir le pouls du carnaval. Une expérience complètement déjantée et à faire au moins une fois dans sa vie ; disons que ça marque pour un premier voyage et que ce n'est pas étonnant que ça m'ait donné la piqûre !

Quel est votre plus beau souvenir de voyage ?

Ouch, ça c'est difficile comme question. J'ai eu l'opportunité (et le courage !) de partir en nomade pendant 5 mois sur les routes des États-Unis, en plein hiver, à bord d'un vieux Dodge Ram Van tout équipé et accompagnée de mon copain et mon toutou... Un souvenir est franc dans ma tête : un jour de janvier, alors qu'on était en Utah, dans le parc national Capitol Reef. L'endroit était désert, parsemé de neige, et vu la température, on était vraiment seuls dans les sentiers. À un certain point, on est arrivés sous une arche naturelle et on s'est mis à chanter, comme ça, juste pour le fun. Les falaises nous retournaient nos paroles en écho. Un sacré beau moment avec nous même et quelques écureuils qui passaient par là.

La destination chouchou que vous recommandez le plus souvent à vos clients ?

Je suis tombée sous le charme de la Turquie depuis que j'y ai été l'année dernière, et  je suggère ce magnifique bout du monde à n'importe qui voulant partir à l'aventure hors des sentiers battus. Du côté des Caraïbes, j'avoue avoir un faible pour la belle Aruba et pour les régions authentiques du Mexique.

La demande la plus farfelue d’un client ?

J'adore les demandes farfelues haha ! Plutôt que d'en rire et faire changer mon client d'idée, je tricote généralement pour lui offrir quelque chose qui s'en rapproche le plus. Celle qui m'a donné le plus de fil à retordre dans les derniers mois était concernant une location de voiture : le client voulait ABSOLUMENT le modèle Porsche Turbo 911 de couleur gris météore ! Rien de moins... et ce, à moins de 2 semaines du départ. J'ai fait des pieds et des mains, mais avec un délai si court, le pauvre a dû se contenter d'une Mustang convertible !

Si vous aviez un conseil à donner à quelqu’un qui souhaite devenir conseiller en voyages, quel serait-il ?

« Enweille, go ! » C'est définitivement l'un des plus beaux métiers. Aider les autres à réaliser des rêves qu'ils ont souvent depuis qu'ils sont tout-petits, ça n'a pas de prix. Il va sans dire que la connaissance des produits et le désir de se former continuellement est une nécessité, mais au-delà de ça, j'aurais envie de conseiller un minimum de formation (ou d'aptitudes) en ventes. C'est bien de connaître une destination ou une chaîne hôtelière, mais c'est d'autant plus important de connaître son marché, être capable de savoir bien faire un entonnoir de vente, réfuter les arguments, fermer la vente et savoir augmenter ses profits tout en apportant des valeurs ajoutées pour le client. Bref, c'est tout un art, la vente ! C'est juste plus poétique quand on rajoute des mots comme « palmier » et « mojito » dans notre discours !

Quelle serait « LA » vente que vous rêvez de faire ?

J'ai récemment vendu un circuit National Geographic dont je suis très fière, mais le jour où je vendrai un tour du monde en jet privé, là, j'aurai vraiment accompli quelque chose de grand ! Je travaille actuellement à me spécialiser et à développer une clientèle « grand luxe », donc j'ai bonne confiance que ça pourrait arriver très bientôt.

Un aspect de votre métier que vous aimeriez changer ?

J'ai eu envie de parler de l'aspect écologique mais... ce qui me préoccupe actuellement : le moral des troupes. Jour après jour, je lis des commentaires de conseillers qui se découragent, qui ont l'impression de perdre des ventes au profit d'internet, qui jureraient que les fournisseurs jouent contre eux. J'ai bonne confiance qu'il y a assez de clients à servir pour tout le monde, que chaque type de voyageur appartient à un type d'agence et que les fournisseurs font tout ce qu'ils peuvent pour conjuguer leurs intérêts, les nôtres et ceux des voyageurs. Dans un monde utopique, je souhaite voir une évolution de ces pensées négatives vers une grosse boule d'énergie qui emmènerait un vent d'adaptation et de changements au sein de l'industrie. Les agences de voyages sont très loin de s'éteindre, arrêtons de chercher des bibittes et concentrons-nous à bâtir le futur de notre domaine!


Si vous êtes conseiller ou conseillère en voyages et que vous désirez vous aussi participer à cette chronique, écrivez-nous à salledepresse@paxglobalmedia.com

Indicateur