Vendredi,  20 septembre 2019  2:53

10 questions à Alexie Deschênes


10 questions à Alexie Deschênes

Chaque semaine, PAX demandera à différents acteurs de l'industrie (conseillers en voyages, fournisseurs, représentants, directeurs d'agence, alouette!) de se livrer au jeu des questions-réponses en leur proposant de parler de voyage autrement... et de leur raconter quelques anecdotes au passage.

Cette semaine, place aux confidences d'Alexie Deschenes, chef des comptes principaux au Québec chez Air Canada, de retour de congé maternité depuis le 25 mai dernier.

Votre premier voyage ?

Étant fille de militaire, j’ai passé une bonne partie de mon enfance à vivre sur la base militaire de Lahr, en Allemagne. Les sorties scolaires prenaient donc la forme d’une escapade en Alsace, l’école de neige à Crans Montana en Suisse ou bien une fin de semaine en Espagne. J’ai eu bien jeune la fameuse piqûre du voyage !

Une destination coup de cœur ?

Je vous surprendrai peut-être. Avec 22 pays à mon actif sur tous les continents, je préfère ne pas élire un chouchou outre-mer et plutôt parler d'une destination bien de chez nous : les Îles de la madeleine ! J’ai la chance depuis quelques années de m’y rendre tous les étés pour représenter Air Canada aux Châteaux de Sables. J’ai pu y amener ma fille pour l’édition 2017 et je n’y garde que de beaux souvenirs et surtout un désir ardent d’y retourner cet été ! J’ai plusieurs destinations coup de cœur, mais les Îles ont un petit quelque chose de magique que je ne saurais expliquer.

Une anecdote cocasse de voyage ?

Un moment qui restera à jamais gravé dans ma mémoire est un bel après-midi que j’ai passé à Agra, en Inde. Debout devant le Taj Mahal à tenter de capter la splendeur de cette merveille du monde sur ma caméra jetable dernier cri, je me suis retrouvée à être le sujet des caméras de nombreuses familles hindoues qui souhaitaient me prendre en photo avec leurs bébés ou enfants. La raison pour laquelle j’ai volé la vedette au Taj Mahal m’échappe encore aujourd'hui. 

Pour ajouter un niveau de dépaysement à la journée, je me suis par la suite retrouvée au beau milieu d’une célébration de mariage hindoue qui envahissait la rue d’Agra dans laquelle je sillonnais. Alors que les mariés étaient à dos d’éléphant et que la foule jouait de la musique en dansant, je n’ai pu faire autrement que de me joindre à la parade et danser avec eux jusqu’à ce que la foule se dissipe ! Vous savez quand on parle de dépaysement ? Eh bien pour moi, ça ressemble à ça.

Un objet souvenir que vous aimez rapporter ?

Tout ce qui se mange. Je rapporte souvent des sauces (idéalement piquantes si le pays en est fervent), des épices, des huiles et bien sûr du vin. Je me procure habituellement en voyage un morceau de vêtement et bien souvent un petit bijou. Pratiquement tous mes bijoux proviennent de mes voyages.

Une astuce voyage infaillible ?

Ayant profité de mes deux congés de maternité pour voyager avec mes bébés, voici un conseil pour tous les parents qui voyagent avec un nourrisson : allaiter bébé au décollage et à l’atterrissage pour remédier aux maux d’oreilles dû aux changements de pression ! S’il est plus grand, une suce, un biberon ou manger une compote en sachet le permettre de déglutir et soulager les malaises. 

À Ibiza

Un plaisir coupable en voyage ?

La nourriture bien sûr ! S’il y a bien une circonstance où c’est un crime de compter ses calories, c’est en voyage. Je goûte à tout, je bois tout, je me tiens loin de la salle de sport. Les voyages, c’est fait pour avoir du plaisir, aussi coupable soit-il.

Votre prochaine destination ?

Ma sœur et moi avons une petite escapade de filles prévue pour le mois de juin. Nous prendrons le vol Air Canada de Montréal à Genève pour faire du magasinage et aller faire un tour au Festival de Jazz de Montreux, en Suisse.

Êtes-vous déjà parti sur un coup de tête ?

Je voyage la majorité du temps en « stand-by », je sais donc seulement le jour même s’il y aura de la place à bord du vol où non. Il est donc préférable de partir sur des coups de tête avec ce type de billet puisqu’un voyage prévu d’avance risque de tomber à l’eau, faute de place. Pour éviter la déception, je prévois tout à la dernière minute !

La dépense la plus folle en voyage ?

À Saint-Domingue

Mon conjoint est originaire de la République dominicaine. Lors de notre dernier voyage, nous étions de passage dans la famille à Saint-Domingue. Un élan de générosité carburé au rhum local nous a amené à inviter le quartier quasi entier à boire et à manger « sur notre bras ». La facture a grimpé rapidement et la sentiment de générosité a donné place à un sentiment de culpabilité que notre compte en banque est loin d’oublier.

Une bonne adresse dans le monde ?

Je peux en donner deux (je suis balance, j’ai bien du mal à choisir…) ? La pizzeria Chez Jeannot à Marseille. Si vous demandez à vous asseoir sur la terrasse en haut, vous aurez une vue surplombant le cœur du Vallon des Auffes, petit port de pêche traditionnel du quartier d'Endoume où les jeunes et moins jeunes se prélassent au soleil sur les rochers. Un endroit parfait pour un petit rosé du midi. 

À Marseille

J’ai aussi eu un avant-midi qui frôlait la perfection à l’hôtel Me, de la chaîne Melia, situé à Ibiza. Après le petit-déjeuner comprenant le Veuve Clicquot à volonté, je me suis laissée tenter par une session de yoga aérien sur le toit de l’hôtel. Je ne sais pas si c’était l’endroit, la vue, le yoga ou le Veuve, mais l’expérience était unique

Indicateur