Quatre lieux d’histoire et de nature à voir absolument en Martinique


Quatre lieux d’histoire et de nature à voir absolument en Martinique
Anne Pélouas

Anne Pélouas est une journaliste chevronnée, travaillant depuis des années dans le domaine du voyage et du tourisme d’aventure. Elle a visité de nombreuses destinations, notamment en Europe et sur le continent américain. C’est une touche-à-tout avide de découvertes en plein air comme en ville, dans le « Nord » comme dans le « Sud ».

L’île de la Martinique a ses plages et ses eaux turquoise réputées mais elle abrite aussi plusieurs sites naturels chargés d’histoire. En voici quatre parmi ceux qu’on découvre au hasard des routes qui sillonnent son territoire. Belle occasion d’entrer de plein pied dans la culture martiniquaise, sans trop s’éloigner d’une plage…

Cet hiver et jusqu’au 31 mars, il sera encore plus facile de se rendre en Martinique, avec un vol hebdomadaire de la compagnie low cost Norwegian depuis Montréal, s’ajoutant aux vols Air Canada et Air Transat.  

LIRE PLUS : Premier vol de Norwegian depuis Montréal vers la Martinique

1 - Le Domaine d’Émeraude 

Le Domaine d’Émeraude, paradis tropical et mémoire du passé

À Morne-Rouge, au nord de l’île, la forêt tropicale prend ses aises. Rien de tel pour s’en imprégner qu’une visite de ce site, au cœur du parc naturel régional de la Martinique. On se promène dans le grand jardin en étages et sur les sentiers forestiers en apprenant les noms des arbres et fleurs inscrits sur des panneaux. L’histoire nous rattrape à l’arrière du pavillon central avec une exposition rappelant que, dans les années 1760, des Acadiens, en plus d’Alsaciens et Allemands, furent les premiers blancs à défricher cette zone, alors appelée Champflore.

2 - Saint-Pierre

Le village de Saint-Pierre au pied de la montagne Pelée

Au pied de la Montagne Pelée, l’ancienne capitale de la Martinique fut un puissant port de commerce au 18ème siècle. On apprécie aujourd’hui sa plage de sable gris face à la mer des Antilles. Saint-Pierre porte encore les stigmates du drame vécu en 1902 lors de l’éruption du volcan de la Montagne Pelée qui détruisit tout sur son passage. Dans le quartier du fort, des vestiges de l’église des Jésuites attestent de la violence de l’évènement. Le théâtre a lui aussi disparu sous les cendres, comme la prison adjacente où l’un des seuls survivants de la catastrophe fut protégé au fond de son cachot.

3 - La Savane des Esclaves

Le tout nouveau village indien Kalinago sur les hauteurs de la Savane des Esclaves

Retour au sud vers les Ilets. Gilbert Larose accueille les visiteurs dans ce qui a tout d’un musée en plein air... Tel un missionnaire, il met tout son cœur à mettre en valeur depuis 2004 un pan plutôt sombre de l’histoire du pays. On déambule dans les allées menant à des cases d’esclaves, au jardin créole ou à celui des plantes médicinales. Des panneaux explicatifs jalonnent le parcours. En haut du site, la nouveauté de l’année: la reconstitution d’un village Kalinago, nom des premiers Indiens Caraïbes qui occupèrent l’île. Un amphithéâtre extérieur accueille des événements culturels, tandis que le salon de thé offre des tisanes aux herbes et des jus de fruits du jardin.

4- Le Diamant

Le Rocher du Diamant, site protégé

De la longue plage du Diamant, au sud de l’île, on file vers l’ouest sur la route côtière. Au Cap 110, sur un plateau herbeux, dix-sept stèles font face au canal de Sainte-Lucie. La sculpture monumentale de Laurent Valère évoque le naufrage d’un bateau négrier au large de l’anse Caffard. Quelques kilomètres plus loin, le Rocher du Diamant émerge des eaux, comme incrusté dans la baie. Après un lourd passé guerrier, avec un fort construit dans le roc, le site protégé a retrouvé tout son calme.

LIRE PLUS : Martinique : 49% plus de réservations au Canada cet hiver

Indicateur