Croatie : road trip historique en Dalmatie


Croatie : road trip historique en Dalmatie
Dubrovnik, « La perle de l’Adriatique ».
Antoine Stab

C’est d’abord en tant que journaliste plein air qu'Antoine Stab a découvert le monde du voyage et son industrie. Français d'origine et québécois d'adoption, il se dit curieux de tout, autant ce qui se passe dans la cour arrière qu’à l’autre bout du monde.

Il est loin le temps où la Croatie faisait la manchette des journaux pour le conflit l’opposant aux Serbes, dans les années 1990. Plus de 25 ans après, le pays est aujourd’hui une destination phare de la Méditerranée, avec de nombreuses villes patrimoniales, Dubrovnik en tête, mais pas seulement…

Dubrovnik, la vedette

Si la Croatie est aujourd’hui aussi populaire, c’est en partie grâce à Dubrovnik. « La perle de l’Adriatique », inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, est le trésor architectural du pays, et les épaisses fortifications médiévales qui l’entourent en sont son écrin.

En faire le tour à pied, sur les remparts, est une des façons les plus faciles d’en admirer l’éclat et la beauté, avec ses toits de tuiles rouges et l’architecture opulente des palais des notables.

LIRE PLUS : Dubrovnik dit non au sur-tourisme de croisière

Or, si la ville aux mille et un superlatifs est victime de son succès avec des ruelles peinant à accueillir un flux de touristes toujours plus nombreux, Dubrovnik mérite toutefois que l’on s’y attarde. Préférablement hors des heures de pointe de croisières!

Le pays des fortifications

Ston et sa muraille, la plus grande d'Europe

À l’image de la carte touristique qu’est Dubrovnik, de nombreuses villes de la côte dalmate ont été fortifiées au fil de l’histoire. Parmi elles, Ston, un ancien fort militaire qui a gardé encore aujourd’hui ses fortifications monumentales et notamment un rempart de cinq kilomètres serpentant la colline jusqu’à la ville voisine, Mali Ston. Cela en fait d’ailleurs la plus grande muraille d’Europe !

Le village portuaire d'Omis

Ou encore, le pourtant paisible village portuaire d’Omiš, situé au confluent de la rivière Cetina et de la mer Adriatique, ceinturé par des falaises abruptes ayant été le théâtre de combats millénaires incessants entre Turcs, Vénitiens, Hongrois, Croates et autres peuples chrétiens.

Zadar, l’oubliée

Zadar est souvent la grande oubliée de la Dalmatie. Nichée à environ 150 kilomètres de Split, elle commence tout juste à faire parler d’elle. La célèbre maison d’édition Lonely Planet ne s’est pas trompée en l’incluant dans sa liste des dix villes à visiter en 2019.

Visiter cette presqu’île, longue de 4 kilomètres et large de 500 mètres, c’est faire un voyage millénaire à travers le temps et l’histoire. Un véritable carrefour des peuples et des civilisations qui a vu tour à tour les Slaves, les Français, les Austro-Hongrois et les Yougoslaves profiter de sa position centrale en Méditerranée.

Zadar et son orgue marin © Antoine Stab

Moins grandiloquente que ses comparses Dubrovnik et Split, Zadar dispose d’une création étonnante : un orgue marin, qui produit de la musique grâce aux vagues qui frappent les marches de pierre du front de mer et qui s’engouffrent dans un système de tuyaux et de soufflets. La mélodie qui en sort, bien qu’aléatoire, est étrangement mélodieuse.

À quelques mètres de là, l’orgue est jouxté par l’attraction « le Salut au soleil », un grand cercle composé de panneaux solaires posés au sol qui emmagasinent de l’énergie le jour pour produire à la nuit tombée un magnifique jeu de lumière évoluant au son de l’orgue.


Bon à savoir

  • La Croatie est membre de l’Union européenne depuis 2013, mais ne fait pas partie de la zone euro. Le pays a donc gardé sa monnaie, la kuna (kn). Comptez environ 1 $ CA pour 5 kn.
  • Depuis cet été 2019, Air Transat va offrir un vol direct par semaine vers Split, au départ de Toronto.
Indicateur