Vendredi,  6 décembre 2019  22:44

Sigma soupçonné de plagier April-Fortier


Sigma soupçonné de plagier April-Fortier
Catherine Fortier, vice-présidente du CAF et le directeur du Collège Sigma, Michel English
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Travaillant actuellement dans le secteur de la santé, Touria Reddani souhaite se réorienter pour devenir agent de voyages. À la recherche de la meilleure école pour se préparer au métier, elle a visité les sites du Collège April-Fortier (CAF) et du Collège Sigma.

Pareil, mais pas pareil !

L’aspirante conseillère a constaté que ces écoles semblent offrir – à première vue – des formations très similaires. Mais gare aux apparences ! Parlons d’abord des similitudes. Les deux écoles affichent sur leur site une « formation collégiale en tourisme » (le terme collégiale n’est pas anodin). De plus, ces formations portent exactement le même nom, soit « Organisation de voyages nationaux et internationaux ».

Plus confondant encore : le contenu de la formation du CAF correspond presque mot pour mot à la description du programme du Collège Sigma.

Par contre, la durée de la formation n’est pas du tout la même : 570 heures dans le cas du CAF contre 166 heures pour Sigma (incluant un stage en entreprise dans les deux cas).

En appelant les deux écoles pour en savoir plus, Touria Reddani découvre une autre différence majeure entre les deux formations : leur coût. Le programme du CAF coûte neuf fois plus cher que celui de Sigma.

« Comment cela se peut-il ? », s’est demandé l’aspirante conseillère. « Comment deux formations apparemment identiques quant au contenu peuvent-elles afficher de telles différences de durée et de coût ? Surtout : sont-elles d’égale valeur aux yeux du ministère de l’Éducation et des employeurs ? »

Collégial ou non, telle est la question

Nous avons contacté le Collège Sigma comme le ferait n’importe quel aspirant conseiller pour nous informer sur son programme. C’est le directeur, Michel English, qui nous a répondu.

Il nous a expliqué que sa formation permet d’obtenir « un diplôme officiel de conseiller en voyages reconnu de tous les employeurs »; un diplôme permettant non seulement de travailler en agence, mais même d’ouvrir sa propre agence si on veut. Quand on lui demande la différence entre le programme de Sigma et celui du CAF, M. English parle d’emblée du coût des formations, affirmant que leur contenu est essentiellement le même.

Le programme de Sigma est toutefois « plus intensif, bien entendu », concède-t-il.

« Mais les deux programmes donnent-ils droit au même type de diplôme ? », avons-nous insisté. « Nous, c’est un certificat. Eux, je crois, c’est une attestation... Mais ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de payer 8800 $ », répond-il (en surestimant quelque peu les tarifs de son concurrent).

Du côté du Collège April-Fortier, on revendique haut et fort que le programme du CAF conduit à une véritable attestation d’études collégiales (AEC), reconnue officiellement par le ministère de l’Éducation.

« Nous sommes vraiment du niveau collégial, affirme en entrevue Catherine Fortier, vice-présidente du CAF. J’ai mon permis et nos cours donnent droits à des unités du niveau collégial au Québec. » Mme Fortier précise que le CAF a lui-même développé le programme Organisation de voyages nationaux et internationaux. « C’est un programme propre à nous. C’est nous qui avons choisi son nom et c’est nous qui avons développé son contenu. »

Le programme du CAF

Le programme du Collège Sigma

Copier-coller ?

Catherine Fortier s’insurge contre le fait que le Collège Sigma propose une formation portant exactement le même nom que celle du CAF et dont le descriptif est presque un copier-coller de celui du CAF, selon elle.

« On n’a pas le droit de faire ça. Ça induit des gens en erreur, tout comme le fait de présenter comme collégiale une formation qui ne permet pas d’obtenir une AEC. Ça nous donne fortement l’impression qu’on veut détourner notre clientèle », estime-t-elle.

La VP du CAF entend informer le ministère de l’Éducation et l’OPC de la situation. Elle prévoit aussi envoyer une mise en demeure au Collège Sigma pour qu’il cesse immédiatement ces pratiques.

Quant à Touria Reddani, après avoir soupesé ses options, elle penche pour la formation du CAF. « Tout le monde veut faire plus vite pour moins cher. Mais il faut aussi s’assurer que ce soit bien fait », conclut-elle.

Indicateur