Mois de la prévention de la fraude : comment demeurer vigilant

  • Opinions
  •   05-03-2019  8:31
  •   Éric Johnston, directeur général de l'ATOQ

Mois de la prévention de la fraude : comment demeurer vigilant
Éric Johnston, directeur général de l'ATOQ

L’industrie du voyage est constamment exposée aux risques de fraudes : le prochain appel, le prochain courriel ou la prochaine réservation en ligne pourrait facilement coûter des milliers de dollars à votre entreprise. C'est d'autant plus vrai dans l'industrie du voyage ce qui force les intervenants, tant les propriétaires d'agences que les conseillers et les fournisseurs, à demeurer vigilants en tout temps.

L’Association des tour-opérateurs du Québec (ATOQ), l’Association canadienne des agences de voyages (ACTA) et l’Association canadienne des tour-opérateurs (CATO) ont fait de la prévention de la fraude une de leur priorités, notamment à l'occasion du mois de mars. 

Pourquoi le domaine du voyage ?

« C’est un produit virtuel avec une valeur élevée qui est souvent distribué par des agences qui n’ont pas toujours d’outils sophistiqués ou de méthode de prévention de fraude en place », explique Éric Johnston, directeur général de l'ATOQ.

LIRE PLUS : Conformité PCI : l'ACTA émet des précisions

Dans l’industrie, les billets d’avion sont une source notoire et constante de haut risque de fraude. Selon l'enquête sur les fraudes menée en 2017 par le consortium formé par ATOQ / ACTA / CATO, les résultats étaient probants : près de 78% des cas de fraude relevés par des agents étaient liées à des billets d'avion.

Est-ce que les fraudes par carte de crédit sont un problème au Canada ? Un véritable fléau, oui ! L’Association des banquiers canadiens indique qu'en 2017, les pertes financières causées par des transactions frauduleuses de tout acabit atteignaient presque de 800 000 000$. À plus grande échelle, le Canada compte 74,3 millions de cartes Visa et MasterCard menant à des achats globaux totalisant 469 milliards de dollars.

Le type de transaction frauduleuse qui concerne davantage les agences de voyages sont les fraudes avec cartes non présentes (CNP), c'est-à-dire les transactions par téléphone, par courriel ou sur un site web. Les CNP ont généré des pertes de plus de 620 000 000$, soit presque 78% du total de toutes les fraudes enregistrées en 2017.

Comment accéder à un environnement transactionnel sécuritaire à travers les différentes plateformes de distribution des agences de voyages ? Plusieurs solutions existent, mais elles tardent à être implémentées.

LIRE PLUS : 78% des fraudes liées aux billets d'avion, selon un sondage

Accélérer les changements 

Pourquoi est-ce que les agences et les tours opérateurs devraient absorber les pertes liées aux fraudes ? La position de l'ATOQ est la suivante : les compagnies de carte de crédit devraient cautionner le risque relié à la fraude, et non les agences ou voyagistes.

L'ATOQ a d'ailleurs mis sur pied le groupe de travail 3DS dont le mandat, ou à tout le moins l'une des principales missions, est d'évaluer les différentes façons d'intégrer dans le flux transactionnel les outils d’authentification des titulaires de cartes. En validant leur identité, la responsabilité en matière de fraude par carte de crédit passera des marchands (agents et voyagistes) aux émetteurs de cartes (compagnies de crédit). 

Des changements positifs arriveront à la fin de 2019 et au début de 2020. Restez à l'affût, de belles nouvelles seront très bientôt annoncées.

Quelle est la meilleure protection contre la fraude ?  CONNAÎTRE VOTRE CLIENT !

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

Indicateur