Mercredi,  18 septembre 2019  21:00

Comment bien préparer son client à un voyage en altitude


Comment bien préparer son client à un voyage en altitude

Les hauteurs fascinent les voyageurs et suscitent très souvent l’envie d’atteindre ces sommets enneigés ! Qui dit sommet dit haute altitude, donc symptômes à surveiller, car la majorité des courageux qui s’y rendent peuvent ressentir des malaises dus au mal aigu des montagnes (MAM). 

C’est pourquoi en tant que conseillers en voyages, vous jouez un rôle important dans la préparation de vos clients par rapport aux maladies en haute altitude. 

Voici quelques points à rappeler à vos aventuriers prêts à gravir le Kilimandjaro ou à atteindre le camp de base de l’Everest.

Acclimatation


C’est très important d’expliquer à vos clients que rien ne sert de courir… surtout lorsqu’on est à plus de 2500 mètres. À cette altitude, ils auront la respiration courte et une légère pression à la tête. Toutefois, en principe, prendre son temps et boire beaucoup d’eau devraient les aider à s’acclimater. 

C’est lors du passage des 3000 mètres que les symptômes seront plus marquants. À partir de cette altitude, ils devront comprendre l’importance de réduire leur cadence et de surveiller leur acclimatation. 

Précisez-leur qu’ils devront attendre au moins 48 heures avant de faire des activités physiques demandantes et aussi d’éviter de manger des repas lourds comme de la viande rouge. Idéalement, ils mangeront des repas légers en début de voyage.

Reconnaître les premiers symptômes

Il est important de faire un résumé à vos clients des premiers symptômes du mal aigu des montagnes. Cela les aidera à réagir rapidement et à faire en sorte que le voyage se déroule à merveille :

  • Mal de tête
  • Sensation d'essoufflement
  • Difficulté à dormir
  • Légers vertiges
  • Diminution de la quantité d’urine

Ces symptômes à surveiller devraient passer normalement après quelques heures, entre 2000 et 4000 mètres.

Par contre, si ces symptômes ne passent pas et deviennent de plus en plus présents et intenses, il faudra que vos clients communiquent avec leur guide local ou, s’ils escaladent en solo, qu’ils redescendent en basse altitude pour ne pas aggraver leur état de santé. 

Il faut absolument convaincre vos clients qu’il n’y a rien de négatif à descendre pour mieux s’acclimater et pour continuer par la suite leur ascension… ou ne pas atteindre le sommet désiré. Car les risques de santé associés à la haute altitude sont impardonnables.

Prenez le temps de leur expliquer également que les effets du mal aigu des montagnes peuvent dégénérer en œdème cérébral ou en œdème pulmonaire, et possiblement mener à la mort. Et rappelez-leur que le MAM touche la moitié des personnes qui se trouvent en haute altitude.

Hydratation

Il est vital de bien s’hydrater, car, après un long déplacement, presque tous les alpinistes sont déshydratés à l’arrivée, ce qui joue un rôle important sur le développement des malaises causés par la haute altitude. 

Assurez-vous de bien expliquer à vos clients de boire de 2 à 3 litres d’eau par jour pour bien préparer le corps à des altitudes plus élevées. Il faut avoir avec soi au minimum un litre d’eau en tout temps. Être bien hydraté augmentera la capacité du corps à s’acclimater à la haute altitude.

Planification d’itinéraire

Lorsque vous travaillez l’itinéraire avec vos clients ou validez un circuit d’un grossiste que vous revendez, prenez le temps d’identifier les périodes d’adaptation et de repos au cours du séjour.

Il faut absolument s’assurer que le trajet laisse à vos clients du temps pour s’acclimater, avec des étapes progressives en journée. Idéalement, ils auront des journées consacrées à de la randonnée légère ou à la flânerie. Une petite marche de 300 à 500 mètres de dénivelé en journée avec un retour à l’altitude atteinte la veille donnera une chance de mieux gérer la montée. Gravir des paliers de plus de 1000 mètres tous les jours augmente énormément le risque de malaises et de problèmes de santé.

De votre côté, il vous sera important de vérifier si vous pouvez prévoir un jour ou deux supplémentaires en haute altitude avant le début de l’itinéraire afin que vos clients puissent s’adapter à l’effet de nouvelles altitudes.

Destinations populaires

Les destinations les plus populaires de plus de 2500 mètres où vos clients pourraient être sujets au mal aigu des montagnes se trouvent principalement dans quatre régions : 

  • Les Alpes
  • l'Himalaya en Asie
  • les Andes en Amérique du Sud
  • les hautes terres éthiopiennes d'Afrique (dont le mont Kenya) et le mont Kilimandjaro en Tanzanie 

Sans oublier nos magnifiques rocheuses canadiennes qui se rendent jusqu’au Nouveau Mexique en passant par les États du Montana, Idaho, Wyoming et Colorado.

Indicateur