PUBLIREPORTAGE : À 1 000 kilomètres de Tokyo


PUBLIREPORTAGE  :  À 1 000 kilomètres de Tokyo
Shikinejima Island
Pax Global Media

Tokyo n'est pas seulement une métropole, mais également une préfecture englobant quelque 219 îles du Pacifique. Les voyageurs qui espèrent s'évader pleinement de tout cela ne pourraient pas faire mieux que de visiter Chichijima et Hahajima – littéralement, « île mère » et « île père » – situées dans l'archipel d'Ogasawara, à quelque 1 000 kilomètres des structures vertigineuses et du métro propre de la plus grande ville du Japon.

Baptisé les « Galápagos d'Asie », l'archipel d'Ogasawara est un site inscrit au patrimoine naturel mondial de l'UNESCO, rempli de forêts subtropicales, de collines vallonnées et de plages de sable blanc au milieu du bleu intense du Pacifique.


Ogasawara


Découvert par le Japon au XVIe siècle, l'archipel a longtemps été considéré comme trop éloigné pour être développé. Aujourd'hui encore, seules deux de ces 30 îles sont habitées en permanence et on ne peut y accéder que par un traversier qui prend 24 heures depuis le quai Takeshiba de Tokyo. Ce traversier part une fois tous les trois jours pendant les mois les plus chauds et tous les six jours lorsque les températures se rafraîchissent.

Avec sa population de 2 124 habitants, Chichijima est la plus grande des îles et elle offre la possibilité de nager avec des dauphins et d'observer les baleines à bosse entre février et avril et les cachalots entre mai et novembre.


En randonnée à Hahajima      /      Un Zostérops (mejiro) à Ogasawara


Entre les mois de mai et d’août, on peut apercevoir les tortues marines vertes se trainer sur le sable du rivage de Minamijima, une petite île, au large de la côte sud, si protégée que seuls 100 visiteurs sont autorisés à la visiter quotidiennement.

Un certain nombre d'épaves du temps de la guerre reposent dans les fonds sous-marins de la région, les restes du cargo Hinko-maru étant même visibles de la plage de Sakaiura, un site de plongée en apnée désormais populaire.


Hinkomaru


En s'aventurant deux heures de plus en traversier jusqu'à Hahajima, les visiteurs peuvent explorer les récifs coralliens et faire une randonnée jusqu'au point culminant de l'archipel, le mont Chibusayama, tout en gardant un œil sur le Zostérops des Bonin, un oiseau que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Cette petite île de moins de 450 habitants présente peu de pollution lumineuse, si bien qu’il est possible d’observer les étoiles après chaque coucher de soleil spectaculaire. Elle offre également de succulents poissons et fruits de mer locaux et 14 lieux d'hébergement différents, permettant aux visiteurs de séjourner et de savourer ce morceau de paradis au milieu du Pacifique, qui fait partie, en quelque sorte, de Tokyo

* Mesures de prévention à Tokyo et mises à jour sur la COVID-19


LIRE PLUS – PUBLIREPORTAGE : Comment savourer Tokyo 

Indicateur