Mercredi,  23 octobre 2019  12:29

PAX à destination : Saint-Vincent-et-les Grenadines mise sur le développement du tourisme durable


PAX à destination : Saint-Vincent-et-les Grenadines mise sur le développement du tourisme durable
Saint-Vincent-et-les Grenadines planifie de manière stratégique et prudente un avenir durable en raison de l'augmentation du nombre d'arrivées.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Avec 32 îles et cayes idylliques, Saint-Vincent-et-les Grenadines est un paradis tropical qui est resté relativement épargné par le tourisme de masse et le développement commercial.

Cela tient en grande partie au fait que, pendant des années, c’était difficile pour s'y rendre.

À part pour quelques croisiéristes privilégiées, les visiteurs de ces îles ensoleillées doivent généralement d'abord prendre un avion pour la Barbade, puis se rendre à Saint-Vincent, ou une île voisine, à bord d’un petit transporteur régional.

Cet aspect exclusif de cette escapade avait certainement un attrait romantique : les îles, au fil du temps, ont maintenu un flot continu de visiteurs assidus, tombés éperdument amoureux des plages de sable blanc et noir de la destination, de plongée et de plongée en apnée, de voile, des eaux cristallines et turquoise.

Saint-Vincent-et-les Grenadines est un paradis tropical qui est resté relativement préservé du tourisme de masse et du développement commercial.

« Encore récemment, nous étions le secret le mieux gardé », déclare Kathique Haynes, responsable du marketing pour l'Amérique du Nord à la Saint Vincent Tourism Authority.

Cependant, l’office du tourisme de la destination change de ton, alors que le nombre de visiteurs augmente en raison de l'ouverture de l’aéroport international d’Argyle (AIA), en février 2017.

L’aéroport a remplacé l’aéroport de Saint-Vincent-et-Joshua, qui desservait Saint-Vincent depuis des décennies et ne pouvait accueillir que des avions plus petits.

Cette nouvelle infrastructure - l'un des plus grands projets de l'histoire du pays - marque un nouveau chapitre pour les îles, car elle permet à Saint-Vincent de recevoir pour la toute première fois des appareils internationaux grâce à une piste de 9 000 pieds et d'autres commodités modernisées.

En d’autres termes, c’est un atout majeur pour s'ouvrir à de plus grands marchés tels que les États-Unis, le Canada et l’Europe, et un accès direct aux îles qui étaient auparavant difficiles à atteindre.

Saint-Vincent-et-les Grenadines a enregistré une augmentation de 7,4% du nombre d'arrivées au cours de la dernière saison hiver / printemps.

Les statistiques parlent d'elles-mêmes. Selon les derniers chiffres publiés par l'Organisation du tourisme des Caraïbes (OTC), Saint-Vincent-et-les Grenadines a enregistré 36 057 escales entre janvier et mai de cette année, ce qui représente une augmentation de 7,4%.

Le Canada est un contributeur majeur à ce chiffre : Air Canada Rouge, pour sa part, a lancé un service direct vers l'aéroport d'Argyle en décembre 2017, un itinéraire sans escale qui a finalement été offert (et est toujours disponible) toute l'année à partir de Toronto.

L'OTC a rapporté qu'entre janvier et mai de cette année, 4 826 Canadiens ont visité Saint-Vincent-et-les Grenadines, ce qui représente une augmentation de 16,9%.

Il convient de noter que le Canada est l’un des rares marchés hors des Caraïbes à accéder directement à Saint-Vincent. De nombreux visiteurs des États-Unis et d’Europe (et du Canada, encore) doivent s'y rendre via la Barbade ou une île voisine (selon la compagnie aérienne).

Le marché des croisières est également en hausse : au cours de la même période hiver / printemps, la région a accueilli 158 233 passagers, contre 147 878 l’année précédente.

D'un point de vue commercial, c'est une bonne nouvelle. Après tout, quelle île ne voudrait pas que plus de visiteurs dynamisent son économie locale ?

Les responsables du tourisme ont déclaré avoir déjà dû chasser les investisseurs. Mais maintenant, les investisseurs reviennent à la charge.

Cependant, Saint-Vincent-et-les Grenadines (SVG) n’a pas encore hâte d’ouvrir en grand les portes du tourisme.

Bien que l’augmentation du nombre de passagers et de visiteurs soit encourageante, le pays poursuit sa croissance avec l’assurance que ses communautés, ses ressources naturelles et ses produits touristiques sont pris en compte en premier lieu.

« Nous ne visons pas un tourisme de masse », a déclaré lundi (le 26 août) Glen Beache, directeur général de la SVG Tourism Authority.

« Nous ne visons pas un tourisme de masse », a déclaré lundi (le 26 août) Glen Beache, directeur général de la SVG Tourism Authority.

Glen Beache a pris la parole avant la Conférence des Caraïbes sur le développement du tourisme durable de cette année, un symposium annuel organisé par l'OTC qui met en évidence la gestion et la commercialisation des destinations des Caraïbes, tout en mettant en lumière les plans de développement durable concernant l’environnement, la réduction des déchets et les communautés locales.

Le thème de l’événement de cette année, organisé à l’hôtel Beachcombers de Saint-Vincent du 26 au 30 août, est « Maintenir le bon équilibre: le développement du tourisme à l’ère de la diversification ».

Apprendre des erreurs du passé

Saint-Vincent-et-les Grenadines, en tant que destination touristique, « reste nouvelle », a déclaré M. Beache, une position unique qui confère à son équipe un avantage considérable en ce qui concerne la planification d'un avenir durable.

« L’avantage d’être nouveau, c’est que nous apprenons des erreurs que certains de nos amis et voisins ont commises au sein de l’industrie», a déclaré Beache, faisant référence à d’autres îles des Caraïbes qui ont surdéveloppé leurs offres touristiques.

Glen Beache a refusé de donner des noms, mais a estimé que c'était un « problème » pour certaines îles qui avaient mal à se réinventer.

« Je pense que très souvent, nous sommes rapidement rattrapés par la nouveauté », a-t-il expliqué, évoquant les tendances du tourisme, telles que les retraites de bien-être et les visites de groupes religieux. « Nous avons tendance à oublier ce que nous avons vécu dans le passé. »

Glen Beache a ainsi expliqué à quel point les Caraïbes, à un moment donné, étaient simplement connues comme une destination Soleil, avec des magnifiques plages, et que cela suffisait pour rivaliser sur le marché des voyages.

De gauche à droite (de la SVG Tourism Authority): Kathie Haynes, responsable du marketing pour NA; Glen Beach, président-directeur général; Natasha Anderson, responsable marketing, Europe.

Cependant, dans un marché toujours plus concurrentiel, les îles des Caraïbes « n’ont pas besoin d’être juste bonnes, nous devons être excellentes », a-t-il déclaré.

« Je pense que beaucoup d’entre nous ont pris notre produit pour acquis, car nous avons des paysages de toute beauté», a-t-il reconnu.

Dans cet esprit, Glen Beache et son équipe savent « où mettre nos efforts et nos ressources », car son produit gagne en popularité, garantissant que leurs îles offrent des expériences uniques spéciales, accessibles et, surtout, durables.

La plage de Black Point à Saint-Vincent.

La protection de l'environnement, le tourisme communautaire et le fait de veiller à ce que les habitants « ressentent les effets du dollar du tourisme » constituent la clé de cette stratégie, a-t-il expliqué.

Saint-Vincent-et-les Grenadines est « quelque chose qui, nous l’espérons, existera encore pour nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants », a déclaré Glen Beache. « Nous voulons nous assurer que ce n’est pas seulement la quantité, mais la qualité, et surtout, que les visiteurs apprécient non seulement ce que nous avons à offrir, mais aussi les locaux. »

Selon lui, pour que le tourisme fonctionne, les habitants « doivent avoir l’impression de faire partie du produit ».

Protéger le paradis

Saint-Vincent-et-les Grenadines, qui compte plus de 109 800 habitants, se situe à 24 km au sud de Sainte-Lucie et à 75 km au nord de Grenade.

Les citoyens sont appelés vincentiens, mais sont également appelés Vincy ou Vincies.

Saint-Vincent (qui abrite un volcan en activité, La Soufrière), est le territoire principal et de nombreuses îles Grenadines, qui s'étendent à 45 km au sud-ouest de l'île principale, sont habitées : Bequia, Mustique, Union Island, Canouan, Palm Island, Mayreau, Young Island, par exemple.

Ashton Lagoon Eco Trail, un projet de restauration de l’environnement mené par SusGren, sur l’île Union.

Les autres îles sont inhabitées (comme les Tobago Cays, un archipel de cinq îles plus petites avec des récifs de corail spectaculaires), mais abritent une faune précieuse, comme des tortues, des geckos, des iguanes, des poissons d'actualité et plus de 150 espèces. des oiseaux.

Celles-ci peuvent être des lieux parfaits pour amarrer un bateau (ou un yacht de luxe) et faire un pique-nique, une randonnée ou un moment idéal pour patauger dans les eaux chaudes de la région, d’une couleur bleue Windex.

Saint-Vincent-et-les Grenadines « a différentes couleurs de bleus et de verts », a déclaré à PAX Jacqui English Jacobs, responsable du marketing numérique à la SVG Tourism Authority. « C'est très attrayant. »

Et les responsables du tourisme souhaiteraient que cela reste ainsi, même si leur nouvel aéroport présente de nouveaux défis.

« Oui, l'aéroport a provoqué un changement. Avec l'augmentation du nombre d'arrivées, il y a plus de déchets et il y a beaucoup de choses à prendre en charge », a déclaré Kathy Haynes de la SVG Tourism Authority à PAX.

Cela va même jusqu'à être un peu difficile en ce qui concerne le type de voyageurs que vous ciblez.

« Nous voulons être précis sur qui nous invitons. Nous voulons cibler les personnes qui comprennent ce qu'est [St. Vincent et les Grenadines] et apprécient ce que nous sommes et avons », explique Kathy Haynes.

Accueillant actuellement environ 89 000 visiteurs par an (et plus encore), l’office du tourisme protège ses atouts en maintenant fermement le nombre de chambres disponibles afin d’éviter tout excès de tourisme.

La SVG Tourism Authority cible les visiteurs qui comprendront et apprécieront ce qu’elle a à offrir.

« C’est ainsi que vous contrôlez votre produit touristique », avoue Glen Beache.

Saint-Vincent-et-les Grenadines propose actuellement environ 2 200 chambres, dont 1 100 supplémentaires, a indiqué M. Beache. Deux hôtels sont à venir : un Holiday Inn Express et Suites de 93 chambres près de l'aéroport, ainsi qu'un hôtel de marque Marriott de 250 chambres.

Glen Beache a ajouté que Liberty Hotel Collection a également approuvé la construction d'un nouveau bâtiment :

« Si nous pouvions avoir entre 3 500 et 4 000 chambres, nous serions parfaitement là où nous voulons être ».

Durabilité et agents de voyages

« Le tourisme est le moteur de l'homme. Nous savons que les voyageurs du XXIe siècle se soucient de leur empreinte environnementale [et] de l'impact qu'ils ont sur les communautés d'accueil », a déclaré à PAX Amanda Charles, spécialiste du tourisme durable à l'OTC.

«Le tourisme est le moteur de l'homme», déclare Amanda Charles, spécialiste du tourisme durable chez CTO.

Selon elle, cette motivation et cette demande sont importantes, car elles permettent aux conseillers en voyages d'orienter leurs clients soucieux de l'environnement vers des destinations plus respectueuses.

Cela revient également à défendre des destinations qui rapportent de l’argent aux agents de voyages.

« Si nous travaillons avec le secteur du tourisme et que nous permettons à ces environnements magnifiques et préservés et à ces ressources naturelles de se détériorer, que pouvons-nous vendre de plus?  Nous bénéficions tous d'initiatives de développement durable », a déclaré Amanda Charles.

La SVG Tourism Authority organisera sa tournée de présentation axée sur le commerce au Canada cet automne (du 7 au 10 octobre) afin de nouer le dialogue avec des agents de voyage et des voyagistes. Les personnes intéressées peuvent contacter svgtourismtoronto@rogers.com pour plus de détails.

Indicateur