« Nous demandons aux Canadiens de prévoir leur prochain voyage au Canada »


« Nous demandons aux Canadiens de prévoir leur prochain voyage au Canada »
Pax Global Media

Destination Canada s’inquiète de ce que des données de recherche montrent que les Canadiens s'intéressent énormément aux voyages à l'étranger cette année, lorsqu'il sera sécuritaire de voyager. 

C’est que la société d'État fédérale vient de publier un nouveau rapport* analysant l'ampleur des conséquences de la COVID-19 sur le secteur du tourisme. Ce rapport confirme, si besoin est, que le secteur du tourisme au Canada a été dévasté.

« L'économie du tourisme a connu des pertes sans précédent en 2020 et le tourisme demeure le secteur de l'économie canadienne le plus menacé, et de loin, étant donné qu'il est axé sur les services et qu'il dépend actuellement des touristes étrangers », indique Destination Canada.

Or, les Canadiens pourraient jouer un rôle crucial pour soutenir la reprise, fait valoir l’organisation.

« Même si on prévoit que la reprise prendra des années, les Canadiens peuvent jouer un rôle crucial dans le renforcement de l'économie du tourisme, la création d'emplois et le soutien des entreprises locales en faisant leurs dépenses touristiques au Canada. »

À condition, bien sûr, qu’ils préfèrent les voyages au Canada aux voyages à l'étranger…

« Nous savons que tout le monde a très hâte de prendre des vacances bien méritées et nous demandons aux Canadiens de prévoir leur prochain voyage au Canada. Nous avons la chance de vivre dans un pays d'une beauté et d'une diversité incroyables où l'on trouve des expériences extraordinaires d'un océan à l'autre. C'est le moment parfait de se préparer à explorer notre pays, lorsqu'il sera sécuritaire de le faire. Voilà comment chaque Canadien peut profiter de son pays tout en aidant de façon concrète les centaines de milliers de personnes dont le gagne-pain contribue à notre qualité de vie, ici au Canada », souligne Marsha Walden, présidente-directrice générale de Destination Canada.

Si on redirigeait vers le Canada les 2/3 des dépenses prévues à l’étranger…

La société d'État fédérale précise que si les Canadiens redirigeaient vers le tourisme intérieur deux tiers des dépenses qu'ils prévoyaient faire pour des voyages d'agrément à l'étranger, ceci compenserait le manque à gagner estimé de 19 G$ de l’économie canadienne du tourisme, en plus de contribuer au maintien de 150 000 emplois et d'accélérer la reprise d'un an.

Destination Canada rappelle qu’un emploi sur dix au Canada est lié au tourisme et que les femmes, les immigrants et les jeunes, qui sont le moteur de l'économie du tourisme, ont été les plus touchés par les répercussions de la COVID-19 en raison de la réduction des activités, des fermetures d'entreprises et des pertes d'emplois.

« C’est désolant de perdre autant d'entreprises et de services dans nos communautés. Les Canadiens ont le pouvoir de changer la donne en dépensant leur budget de voyage au Canada », conclut Marsha Walden.

*Le rapport Revisiter le tourisme : L'économie du tourisme du Canada un an après le début de la pandémie mondiale




Points saillants du rapport de Destination Canada

  • Si les Canadiens redirigeaient vers le tourisme intérieur deux tiers des dépenses qu'ils prévoyaient faire pour des voyages d'agrément à l'étranger, ceci compenserait le manque à gagner estimé de 19 G$ de notre économie du tourisme, en plus de contribuer au maintien de 150 000 emplois et d'accélérer la reprise d'un an.
  • La situation dans le secteur du tourisme est la pire jamais constatée, plus désastreuse que les conséquences combinées du 11 septembre, du SRAS et de la crise économique de 2008.
  • Un emploi sur 10 au Canada est lié au tourisme (9,8 %), et les PME comptent pour 99 % des entreprises du secteur, d'où la grande incidence du tourisme sur le gagne-pain des Canadiens.
  • Malgré des signes initiaux de reprise, les entreprises touristiques ont continué de subir un important stress financier qui s'est traduit par des fermetures d'entreprises, parfois permanentes, tout au long de l'année. Par conséquent, de janvier à novembre 2020, le nombre d'entreprises actives a diminué de 9 %, soit la plus forte baisse de tous les secteurs commerciaux.
  • Le taux de chômage dans le secteur du tourisme est demeuré le plus élevé de tous les secteurs et surpassait de 6,6 % le taux national à la fin de 2020. La perte du personnel de base nuira à la capacité des entreprises de se développer efficacement, ce qui entravera encore davantage la reprise.
  • D'avril à novembre 2020, les recettes du transport aérien de passagers se sont effondrées, chutant de 91 %. Les recettes du secteur de l'hébergement ont quant à elles diminué de 71 %.
  • Selon les prévisions actuelles pour 2021, le tourisme et la hausse de l'emploi connexe au Canada seront de 30 % inférieurs aux niveaux de 2019, malgré la croissance prévue.
  • Même si elles restent importantes, les pertes d'emplois ont été atténuées grâce aux initiatives du gouvernement du Canada. Des programmes comme la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) ont permis d'éviter la perte de 131 100 emplois supplémentaires dans les seuls secteurs de l'hébergement et des services de restauration (durant le sommet d'août 2020) et de 264 000 emplois dans les secteurs de l'information, de la culture et des loisirs (durant le sommet de juillet 2020). De nouveaux programmes comme le Programme de crédit pour les secteurs très touchés (PCSTT) ont aussi été lancés.
Indicateur