Los Cabos : une « région de rêve » qui rêve des Québécois


Los Cabos : une « région de rêve » qui rêve des Québécois
Fernanda Rosas, directrice Promotion et Marchés émergents du Bureau de tourisme de Los Cabos, et Sophie Raymond, directrice régionale des ventes régionales de Velas Resorts au Canada.
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

L’ex-directrice du CPTM, Fernanda Rosas, était de passage dans son deuxième chez soi, vendredi dernier, pour promouvoir, non pas tout le Mexique comme avant, mais une seule de ses destinations (et pas n’importe laquelle) : Los Cabos.

LIRE PLUS : Ex-CPTM, Fernanda Rosas promeut maintenant Los Cabos

Une trentaine de conseillers se sont réunis au bar George-Strathcona du Mount Stephen pour déguster huîtres et champagne en compagnie de la nouvelle directrice Promotion et Marchés émergents du Bureau de tourisme de Los Cabos.

En entrevue avec PAX, Fernanda Rosas ne tarit pas d’éloges à propos de cette « région de rêve » qui a tout pour plaire aux Canadiens et Québécois, selon elle.

« Le Canada est déjà un marché très important pour Los Cabos, son deuxième plus important marché. Pour la période de janvier à juillet 2019, le nombre de Canadiens à Los Cabos a augmenté de 26 % par rapport à la même période en 2018. »

Fernanda Rosas avance que cette énorme croissance pourrait être liée au fait que certaines destinations mexicaines ont ralenti leur promotion après la disparition du CPTM... Mais pas Los Cabos !

Le défi de l’accessibilité

Fernanda Rosas, directrice Promotion et Marchés émergents du Bureau de tourisme de Los Cabos

Cela dit, Fernanda Rosas convient que les Canadiens visitant Los Cabos proviennent majoritairement de l’ouest du pays. Alors que l’Ouest bénéficie d’un grand nombre de vols directs vers la destination, l’offre est nettement moins généreuse à l’est… Les sept vols directs hebdomadaires dont bénéficient les gens de Toronto ne sont rien comparé à Calgary (15) ou Vancouver (14). Pour leur part, Montréal et Ottawa ne profitent que d’un seul vol direct vers Los Cabos (le service saisonnier de Sunwing).

Fernanda Rosas promet de s’attaquer à ce qui représente le plus gros obstacle au succès de Los Cabos au Québec et dans l’est du Canada : son accessibilité !

« C’est mon défi ! Nous allons travailler très fort pour convaincre les lignes aériennes d’offrir de nouvelles dessertes vers Los Cabos. Comme je me sens encore à moitié Montréalaise, je tiens à ce que plus de Québécois puissent visiter cette région de rêve !»

En attendant que ses efforts portent fruit, Fernanda Rosas suggère aux Québécois d’envisager un séjour combinant une semaine à Los Cabos avec quelques jours à Mexico (la capitale mexicaine étant facilement accessible depuis la métropole québécoise). « Ça fait des vacances inoubliables », assure-t-elle.

En plein essor

Fernanda Rosas souligne que Los Cabos est la destination à la plus forte croissance au Mexique. Bon an mal an, plus de 3 millions de personnes séjournent dans cette destination en plein essor. Le corridor hôtelier d’une trentaine de kilomètres reliant les villes de San José del Cabo et Cabo San Lucas comptera quelque 6000 nouvelles chambres d’ici sept ans, précise la directrice.

« Los Cabos possède déjà plus de chambres de luxe par pied carré que toute autre destination de l’Alaska à l’Argentine », ajoute-t-elle, mentionnant aussi que la région offre une gastronomie de haut niveau, en plus de s’enorgueillir de 18 parcours de golf, chacun donnant vue sur l’océan.

Fernanda Rosas combat l’idée répandue selon laquelle la baignade est impossible à Los Cabos. Certes, elle n’est pas recommandée partout, mais la région se targue quand même d’être celle avec le plus de plages certifiées Blue Flag au Mexique, souligne-t-elle.

Les beautés de la nature

Rappelant que 42 % du territoire de la Basse-Californie est constitué de réserves naturelles protégées, Fernanda Rosas y voit un argument de taille pour séduire encore plus la clientèle québécoise.

« Je sais que les Québécois aiment les beautés de la nature. Celles de Los Cabos sont spectaculaires ! Nous avons le fameux El Arco. Nous avons le désert. Nous avons la mer de Cortez, que Cousteau a décrit comme l’aquarium du monde. Nous avons l’océan Pacifique. Nous avons le parc national de Cabo Pulmo… Chez nous, on peut observer de tortues, des lions de mer et, de novembre à mars, cinq différentes espèces de baleine. On peut parfois même les voir à partir de sa chambre d’hôtel ! »

Velas Resort : luxe tout inclus et charme bobo-chic

Mar del Cabo

Le « cocktail pétillant aux saveurs de Los Cabos » auquel Fernanda Rosas avait convié les conseillers était présenté en collaboration avec Velas Resorts, qui exploite deux propriétés à Los Cabos.

La renommée du Grand Velas Los Cabos, établissement de luxe tout inclus, n’est plus à faire, avec ses 307 vastes suites luxueuses faisant toutes face à la mer. En revanche, le Mar del Cabo, un petit hôtel boutique récemment ouvert à ses côtés, demeure encore méconnu.

LIRE PLUS : Velas Resorts inaugure son Mar del Cabo près de Cabo San Lucas

« Le Mar del Cabo est un beau produit que les conseillers auraient intérêt à mieux connaître, indique Sophie Raymond, directrice régionale des ventes régionales de Velas Resorts au Canada. Ouvert en novembre dernier, il n’englobe que 45 suites et possède un charme bobo-chic. C’est notre première propriété offerte en plan européen, avec cuisinette dans chacune des chambres. Cette propriété étonnamment abordable est vendue par Vacances Air Canada et WestJet Vacances. »

À l’instar de Fernanda Rosas, Sophie Raymond reconnaît que l’accès plus difficile à Los Cabos représente un défi pour la commercialisation de la destination au Québec. Et même si, selon elle, ce beau produit de niche justifie amplement qu’on emprunte un vol avec escale pour s’y rendre, « de nouvelles liaisons directes seraient vraiment bienvenues, conclut Sophie Raymond.

Indicateur