Mercredi,  23 octobre 2019  12:28

Les Bahamas veulent tourner la page Dorian


Les Bahamas veulent tourner la page Dorian
Dionisio D’Aguilar, ministre du Tourisme des Bahamas, et Ellison Thompson, directeur général du ministère du Tourisme.
Antoine Stab

C’est d’abord en tant que journaliste plein air qu'Antoine Stab a découvert le monde du voyage et son industrie. Français d'origine et québécois d'adoption, il se dit curieux de tout, autant ce qui se passe dans la cour arrière qu’à l’autre bout du monde.

Début septembre, les Bahamas ont fait l'actualité après le passage de l'ouragan Dorian, classé tempête de catégorie 5, qui a balayé certaines îles de l'archipel, avec des vents atteignant plus de 250 km/h et des vagues de 3 à 6 mètres au-dessus des niveaux habituels de marée.

LIRE PLUS : L'ouragan Dorian fait 5 morts aux Bahamas

Quelques semaines plus tard, une délégation du ministère du Tourisme et de l'office de tourisme des Bahamas était hier (le 25 septembre) de passage à Montréal pour faire le point sur la situation dans le pays et surtout adresser un message simple et clair

« Il n'y a pas de meilleur moyen pour aider les Bahamas que de venir visiter les Bahamas. Le tourisme étant notre principale industrie, le nombre de visiteurs est plus important que jamais pour l'économie de notre pays » a déclaré le ministre du tourisme, Dionisio D’Aguilar.

Dorian n'a principalement causé des dégâts que sur deux des 16 îles touristiques du pays : Abacos et Grand Bahama. Les 14 autres, notamment Nassau la capitale et Paradise Islands, ont été relativement préservé et sont prêtes à accueillir les touristes pour la saison hivernale. 

Les aéroports, les ports de croisière, les hôtels et les attractions du nord, du centre et du sud des Bahamas sont ainsi ouverts et opérationnels.

« Les Bahamas sont un archipel d'îles distantes de 1 000 km entre celle la plus au nord et celle la plus au Sud. Dorian a frappé le nord du pays. La majorité de nos visiteurs vont à Nassau. La distance est similaire à celle entre Ottawa et Montréal. Donc, Nassau est vraiment "open for business" », explique Ellison Thompson, directeur général du ministère du Tourisme des Bahamas.

LIRE PLUS : TravelBrands s'associe à Royal Caribbean pour soutenir les Bahamas

Malgré Dorian, l'optimisme est de rigueur

« Septembre et octobre ne sont traditionnellement pas des mois de forte affluence. Nous avons encore du temps pour nous reprendre avec la saison hivernale. Nous comptons beaucoup sur les conseillers en voyages pour continuer à nous envoyer leurs clients pour nous aider à reconstruire », indique Ellison Thompson.

En 2018, les Bahamas avaient enregistré le chiffre record de 6,6 millions de visiteurs, dont environ 120 000 Canadiens, le deuxième plus grand marché après les États-Unis.

LIRE PLUS : Au-delà des plages aux Bahamas

Malgré Dorian et l'exposition médiatique qui en a résulté, les autorité touristiques espèrent atteindre ce chiffre pour 2019, en s'appuyant sur les attraits du pays, comme l'explique Ellison Thompson :

« Nous sommes un archipel dans lequel chaque île est différente l'une de l'autre. C'est comme avoir toutes les Caraïbes en un seul pays ! »

Augmentation du nombre de vols avec Air Canada

Air Canada, qui dessert Nassau et l’aéroport international Lynden Pindling (LPIA) toute l'année en vol direct depuis Montréal, va doubler sa fréquence et sa capacité de vols, à partir de décembre 2019.

Le transporteur va désormais offrir quatre vols hebdomadaires pour la prochaine saison hivernale, avec Air Canada Rouge à bord d'un Airbus 319.

Depuis Toronto et l'aéroport Pearson (YYZ), Air Canada opère également une liaison annuelle (quotidienne en hiver) vers Nassau et un service saisonnier (le samedi seulement) vers l’aéroport international d’Exuma.

West Jet opère également depuis Toronto.

Indicateur