Dimanche,  15 septembre 2019  15:09

Le nouveau visage du tourisme mexicain à Montréal


Le nouveau visage du tourisme mexicain à Montréal
Sergio Rivadeneyra Martell avec son épouse, Lorena, qui a étudié en tourisme, travaillé au CPTM et qui pourra l’épauler de temps à autre dans le cadre de ses nouvelles fonctions touristiques.
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Il s’appelle Sergio Rivadeneyra Martell. C’est un diplomate de carrière en poste depuis 2016 au Consulat général du Mexique à Montréal. Et c’est le nouveau visage du tourisme mexicain à Montréal. 

PAX s’est entretenu avec lui.

Il faut savoir que, depuis le démantèlement du Conseil de promotion touristique du Mexique (CPTM), la promotion touristique du Mexique relève non seulement du ministère du Tourisme, mais aussi du ministère des Affaires étrangères.

Ce faisant, le nouveau gouvernement mexicain entend mettre à profit son vaste réseau d’ambassades et de consulats à l’étranger – « un réseau beaucoup plus vaste que ne l’était celui du CPTM », indique Sergio Rivadeneyra Martell.

C’est dans ce contexte que le Consulat est désormais chargé des activités touristiques. C’est aussi dans ce contexte que Sergio Rivadeneyra Martell, consul aux affaires politiques et économiques, devient le point de contact des agents de voyages et des professionnels du tourisme – « les affaires économiques incluant le tourisme », relève-t-il.

Le CPTM est mort ! Vive le CDTM !

Autre élément important du contexte : la mise sur pied, aujourd’hui même à Mexico, d’une nouvelle organisation touristique : le Conseil de diplomatie touristique du Mexique (CDTM).

« Alors que le CPTM était un organisme du gouvernement mexicain, le Conseil de diplomatie touristique sera un partenariat entre le gouvernement fédéral mexicain, les États du Mexique et le secteur privé touristique. Des représentants des secteurs de l’hôtellerie, du transport et des attractions feront partie de cet organisme multisectoriel », explique Sergio Rivadeneyra Martell.

Les ressources financières du nouveau CDTM ne seront pas essentiellement gouvernementales. Mais elles ne seront pas nécessairement moindres que celles dont disposait le CPTM.

« Je crois qu’avec ce qui est en train d’être reconstruit, les ressources pourraient être plus importantes globalement, puisqu’il s’agira d’un pool de ressources impliquant les États, les municipalités, l’entreprise privée… », avance Sergio Rivadeneyra Martell.

Continuité

Tandis que le réseau des ambassades et consulats travaillera de concert avec le CDTM, le mandat de Sergio Rivadeneyra Martell comme représentant du tourisme mexicain à Montréal ne sera pas exactement le même que celui qui incombait aux dirigeants du CPTM.

« Ce sera un travail différent, mais qui s’inscrira dans la continuité de qui a été accompli par les Fernanda Rosas, Manuel Montelongo et leurs prédécesseurs. Nous ne partons pas de zéro. Nous conservons les acquis. Nous poursuivrons le beau travail qui a déjà été fait », assure-t-il.

Le type d’activités et de promotions accomplies sous l’égide du Consulat et du CDTM se précisera avec l’entrée en fonction du Conseil au cours des prochaines semaines.

« Le consulat supervise déjà des activités culturelles, artistiques, éducatives, etc. Nous tâcherons d’en faire davantage et d’aller plus vers le tourisme. Tout dépendra évidemment des ressources financières dont nous disposerons. La façon de travailler se précisera au fur et à mesure, mais les professionnels doivent savoir que le Consulat assume d’ores et déjà les fonctions touristiques et qu’il y a quelqu’un en place pour prendre les appels et répondre aux questions », indique Sergio Rivadeneyra Martell.

La dimension sociale du tourisme

Le Consul aux affaires politiques et économiques (et touristiques) tient à souligner que le tourisme demeure un secteur absolument prioritaire pour le Mexique, sous le gouvernement du nouveau président Andrés Manuel López Obrador (parfois surnommé AMLO). Il ajoute que la dimension sociale du tourisme est particulièrement importante pour le nouveau gouvernement.

« Le tourisme est essentiel pour notre économie et pour le développement des régions et des municipalités. Le tourisme peut apporter beaucoup aux collectivités qui le reçoivent et c’est important que les bénéfices économiques du tourisme profitent aux collectivités. Un des volets très importants de la nouvelle politique de tourisme du Mexique, c’est cette dimension sociale, inscrite dans le plan national de développement de cette présidence pour 2018-2014 », explique-t-il.

Par ailleurs, Sergio Rivadeneyra Martell souligne que le Canada et le Québec demeurent évidemment très importants aux yeux du Mexique. Il rappelle que le Canada est le deuxième plus grand marché touristique du Mexique après celui des États-Unis.

« Le Mexique a beaucoup d’atouts naturels et culturels à partager avec les Canadiens et ses destinations demeurent très intéressées à accueillir les Québécois et les Canadiens. Il existe déjà une relation forte entre le Canada et le Mexique. On est là pour assurer la continuité ! », conclut-il.

On peut joindre Sergio Rivadeneyra Martell à srivadeneyra@sre.gob.mx et au 514-448-6708.

Indicateur