Mercredi,  23 octobre 2019  12:34

« L'Australie n'est pas aussi loin que vous le pensez », disent les spécialistes


« L'Australie n'est pas aussi loin que vous le pensez », disent les spécialistes
Marie-Eve Vallières

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

Avec une panoplie de nouveaux vols au départ de l'Amérique du Nord ainsi qu'un nombre croissant de visiteurs canadiens en 2018 et 2019, impossible de passer sous silence le succès que remporte l'Australie auprès des voyageurs à la feuille d'érable. Mais pourquoi, exactement ?

« Les chiffres parlent. Nous avons déjà dépassé le nombre total de visiteurs en 2018... et nous ne sommes qu'en septembre ! Pour toute l'année 2017, nous avons accueilli 167 000 voyageurs canadiens. En 2018, c'était 182 000. En juillet seulement, nous étions déjà à 191 000. Nous recevons, bon an mal an, plus de visiteurs canadiens qu'américains, c'est tout dire », expliquait Paul Larcher, directeur de compte pour Tourism Australia à Toronto.

Campagne de séduction

Plusieurs raisons expliquent cet intérêt grandissant envers le pays des kangourous, des koalas et de la grande barrière de corail.

D'abord, les dollars respectifs des deux pays sont pratiquement à parité, ce qui simplifie la planification budgétaire des voyageurs ; ensuite vient l'aspect sécuritaire de l'Australie, qui demeure l'un des endroits les plus sûrs au monde. C'est bien la faune (scorpions, crocodiles, araignées de toutes sortes, méduses toxiques, alouette), ici, qui pose une inquiétude pour les voyageurs moins téméraires !

De plus, l'augmentation de la desserte aérienne a eu pour corollaire de diminuer les tarifs. Plus de vols, pour moins cher : vos clients auront donc plus de sous à dépenser sur place entre les vignobles, les excursions en mer, les restaurants gastronomiques et les découvertes de ce pays à l'histoire peu commune.

La similarité des moeurs et des inclinaisons culturelles sont également fort attrayantes.

« Le Canada et l'Australie se ressemblent. Nous sommes tous les deux reliés à la Grande-Bretagne, dans nos deux vastes et beaux pays. Nous sommes deux populations sympathiques et accueillantes. Le contact se crée facilement, même avec les Québécois de langue française. L'aspect aventurier de l'Australie séduit énormément les Canadiens, qui ont déjà été en Europe et dans les Caraïbes, et qui cherchent autre chose », précisait Paul Larcher.

L'Australie, c'est maintenant

La principale leçon que souhaite transmettre aux conseillers en voyages et à leurs clients ? Que l'Australie n'est ni inaccessible ni hors de prix, et qu'il ne s'agit désormais plus « du voyage d'une vie ».

« L'Australie se trouve déjà sur la bucket list de vos clients. La moitié de votre travail est déjà fait ! Tout le monde veut aller en Australie. Il suffit de leur présenter les bons arguments pour les convaincre d'enfin y aller. Car ce n'est plus vrai que l'Australie est trop loin ou trop compliquée à visiter », concluait 

À cet effet, les conseillers en voyages intéressés par l'Australie sont encouragés à participer au Aussie Specialist Programme en ligne. Plus de 20 modules sont disponibles ; il suffit d'en compléter cinq (d'une durée totale d'environ trois heures) pour obtenir la certification.

Desserte aérienne vers l'Australie

  • Nouveau vol sans escale de Vancouver à Melbourne quatre fois semaine sur Air Canada
  • Vol quotidien sans escale entre Vancouver et Sydney sur Air Canada
  • Vol quotidien sans escale entre Vancouver et Brisbane sur Air Canada
  • Vol quotidien avec escale en Nouvelle-Zélande sur Air New Zealand
  • Début imminent d'une nouvelle liaison sans escale entre Chicago et Sydney sur les ailes de Qantas

« Ce vol sur les ailes de Air New Zealand est pratique pour les voyageurs n'allant pas à destination des grandes villes australiennes, car l'aéroport de Auckland dessert huit villes intermédiaires en Australie », expliquait Paul Larcher. « C'est un plus petit aéroport, très facile pour les connexions sur vols domestiques ».

Ce dernier précisait par ailleurs que plusieurs nouveaux appareils dédiés aux liaisons vers l'Australie sont maintenant dotés d'un système de pressurisation plus sophistiqué afin de réduire les effets néfastes du décalage horaire.

Aucune raison de ne pas vouloir y aller, donc !

Indicateur