La Jamaïque annonce un programme obligatoire de protection des voyageurs


La Jamaïque annonce un programme obligatoire de protection des voyageurs
Edmund Bartlett, ministre du Tourisme de la Jamaïque, et Dan Richards, PDG de Global Rescue.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Le 26 octobre, la Jamaïque a dévoilé (virtuellement) « Jamaica Cares », une initiative audacieuse – et obligatoire – pour assurer la sécurité et la protection des voyageurs et des travailleurs du secteur du tourisme pendant la crise du coronavirus.

LIRE PLUS – La Jamaïque envisage des options d'assurance pour les voyageurs alors que l'île rouvre pour le tourisme

Fruit d’un partenariat public-privé, Jamaica Cares doit être lancée officiellement en novembre. Ce programme d’assurance obligatoire impliquera des frais d’environ 40 $ pour tous les détenteurs de passeports non jamaïcains.

S’adressant aux médias en direct de la Jamaïque via Zoom, Dan Richards, PDG de Global Rescue, a qualifié le programme Jamaica Cares de solution définitive pour redonner la tranquillité d’esprit aux voyageurs envisageant un séjour en Jamaïque.

Deux composantes

L’initiative Jamaica Cares comprend deux volets principaux : un programme tous risques et un programme spécifique à la COVID-19, a expliqué Dan Richards.

Les deux parties comprennent l’assistance sur le terrain, le transport d’urgence, les services de consultation et de surveillance de Global Rescue et la collaboration avec des partenaires médicaux de l’Université Johns Hopkins.

Des arrangements avec les hôpitaux jamaïcains sont en train d’être convenus pour les soins locaux. L’évacuation sanitaire sera fournie à ceux qui en ont besoin, tout comme les services de représentation auprès des patients, quand nécessaires.

Le programme tous risques inclura une logistique d’évacuation et d’intervention pour tous les visiteurs qui ont besoin de soutien en cas d’urgence, petits et grands.

Le programme spécifique à la COVID comprendra le dépistage rapide, le traitement en Jamaïque (y compris une couverture d’assurance médicale pouvant atteindre 50 000 $), l’accès à des représentants de Global Rescue en Jamaïque, et une couverture médicale internationale pouvant aller jusqu’à 100 000 (pour couvrir les frais médicaux engagés pendant le voyage de retour chez soi, le rapatriement et les opérations d’évacuation).

« Les gens doivent avoir l’assurance que leur sécurité et leur bien-être seront pris en charge pendant cette crise et au-delà », a déclaré Dan Richards.

Les frais obligatoires d’environ 40 $ de Jamaica Cares soutiendront le fonctionnement du Jamaica Operations Centre (JOC), qui est basé à Montego Bay, a expliqué Dan Richards.

Avec les crises viennent les innovations

Le ministre du Tourisme de la Jamaïque, Edmund Bartlett, a pour sa part souligné que « la COVID-19 a changé le monde et l’industrie touristique telle que nous les connaissions », ajoutant qu’avec les crises viennent les innovations.

Selon lui, le groupe de voyageurs pandémiques est beaucoup plus exigeant en matière de sécurité à destination. L’assurance de la destination est donc en train de devenir une condition préalable essentielle pour voyager aujourd’hui, selon lui.

M. Bartlett rappelle que la Jamaïque a pris de nombreuses mesures pour contrôler et gérer la propagation de la COVID-19.

En plus de l’amélioration des mesures de santé et de sécurité à l’aéroport et dans les hôtels, l’île a mis en place un « corridor résilient » – une région géographique allant de Negril à Montego Bay et jusqu’à Ocho Rios et Port Antonio, où toute personne entrant en Jamaïque pour le tourisme doit rester dans une zone désignée.

Cela a permis à la Jamaïque de mieux maîtriser la situation s’il y a un cas de COVID-19. Le cas échéant, en effet, les fonctionnaires peuvent facilement identifier et rapidement isoler les gens concernés.

De fait, les efforts de prévention de la COVID-19 de la Jamaïque semblent porter leurs fruits.

M. Bartlett a déclaré lundi que la Jamaïque a accueilli 150 000 visiteurs depuis la réouverture du tourisme le 15 juin et que, depuis, « nous n’avons pas eu d’incident d’infection et aucun travailleur de l’industrie n’a été infecté ».

Un pas dans la bonne direction

Gloria Guevara, PDG du World Travel and Tourism Council (WTTC), a qualifié le programme Jamaica Cares de « pas dans la bonne direction » et a souhaité que d’autres pays s’en inspirent.

Jamaica Cares sera disponible pour tous détenteurs de passeports non jamaïcains entrant en Jamaïque. Les détails du programme seront dévoilés bientôt, notamment ceux concernant le paiement des frais de 40 $.

Indicateur