La Grenade a tout pour plaire


La Grenade a tout pour plaire
De gauche à droite, de l'office de tourisme de Grenade; : Jennifer Johnson, directrice du développement; Patricia Maher, présidente-directrice générale; Sekou Stroude, directeur des ventes au Canada.
Marie-Eve Vallières

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

Petit archipel au large de l'Amérique latine, tout au sud des Antilles, la Grenade est une destination qui gagne à être connue tout particulièrement auprès des Québécois. Et bonne nouvelle pour les vacanciers de la Belle-Province en quête d'un séjour ensoleillé : un troisième vol hebdomadaire desservira la Grenade au départ de Toronto sur les ailes d'Air Canada Rouge dès cet hiver.

Sachant que l'île la plus méridionale des Petites Antilles a enregistré une croissance de 8,5 % par rapport à l’an dernier sur le segment des arrivées canadiennes, pas étonnant qu'elle vienne renforcer son offre aérienne afin de stimuler ce marché émergent.

Patricia Maher, présidente-directrice générale de l'office de tourisme de Grenade, indiquait que « le Canada représente tout de même 10% de nos visiteurs internationaux au total, mais nous aimerions atteindre les 20% au cours des prochaines années ».

Grenade, la méconnue

Situé à l'écart de la trajectoire des ouragans en raison de sa proximité au continent sud-américain, à 150 kilomètres au nord des côtes du Venezuela, l'archipel formé par les trois îles grenadines (Petite Martinique, Carriacou et Grenade) profite donc d'une situation géographique exceptionnelle au lendemain d'Irma et de Maria.

« La beauté de la Grenade, c'est que nous avons de tout. Il y a les tout-inclus, le grand luxe, les charmantes petites chambres d'hôtes, les auberges raffinées, mais toutes à des proportions modestes en maximum de 300 chambres. Le plus difficile est de faire un choix! », blaguait Patricia Maher.

Au-delà des plages immaculées, de la riche culture gastronomique, de ses montagnes sauvages, d'un héritage francophone dû à un règne français au 17e siècle, la Grenade possède aussi une dynamique scène culturelle se traduisant par de nombreux festivaux flamboyants, et ce, toute l'année durant.

Or, difficile de se distinguer auprès des Québécois qui jouissent déjà de nombreuses liaisons ailleurs dans les Antilles sur des îles tout aussi paradisiaques.

« C'est un défi de vendre Grenade aux Québécois car vous êtes déjà très bien desservis pour les destinations soleil, en vol direct. Il faut vraiment bien informer les consommateurs et les agents de ce que peut offrir la Grenade afin de justifier ce vol plus long, il y a un énorme travail d'éducation à faire », confiait-elle.

Rappelons que le très attendu Silversands Grenada sera inauguré en grande pompe en novembre 2018 à Grand Anse Beach, l'une des plus belles de l'archipel. Le Kimpton Kawana Bay sera quant à lui terminé en 2019.

Un FAM cet automne

Bonne nouvelle toutefois pour les agents de voyages spécialisés : la Grenade organisera un éducotour avec des professionnels québécois cet automne afin de mieux faire connaitre ses secrets et déployer une vaste opération séduction.

Pour y participer, il faudra compléter la formation auprès de la Travel Agent University (en anglais) et obtenir sa certification de spécialiste.

Indicateur