Jeudi,  24 septembre 2020  13:09

« Il est d'ores et déjà possible de visiter Saint-Martin », insiste l'office de tourisme


« Il est d'ores et déjà possible de visiter Saint-Martin », insiste l'office de tourisme
Kate Richardson, directrice de l'office de tourisme de Saint-Martin et Alex Pierre, vice-président de l'office de tourisme de Saint-Martin

La destination paradisiaque de Saint-Martin se remet sur pied, lentement, mais sûrement : c'est le message qu'essaient de faire véhiculer les autorités touristiques locales. Si toutes les infrastructures ne sont pas rétablies à 100%, l'essentiel, lui, est là : eau courante, électricité, une partie du parc hôtelier et surtout, une volonté infaillible de se réapproprier sa fougue et attractivité d'autrefois.

« Nous sommes fiers de cette langue française et de cette culture qui nous unissent. Mais surtout, dans sa culture métissée et son extraordinaire climat tout au long de l'année », déclarait Alex Pierre, vice-président de l'office de tourisme de Saint-Martin lors d'un point de presse ici, à Montréal. « Dès à présent, nous voulons positionner la Friendly Island comme un incontournable des Caraïbes et mieux faire valoir notre french touch ».

« Saint-Martin a cependant besoin des touristes pour relancer son économie. Nous comptons sur vous d'ici le lancement de la saison 2018-2019 et espérons vivement vous revoir chez nous », déclarait Valérie Damaseau, présidente de l'office de tourisme de Saint-Martin.

Notons que 57 000 visiteurs canadiens se sont rendus à Saint-Martin en 2016.

Se tourner vers l'avenir

« Saint-Martin est en bonne santé actuellement, en dépit des dommages causés par certains des ouragans les plus dévastateurs jamais enregistrés dans les Caraïbes », expliquait d'emblée le vice-président.

En effet, dès le lendemain de la catastrophe, 10 millions d'euros ont été dégagés par le gouvernement afin de nettoyer routes et plages. Un budget notoirement important pour un territoire de si petite taille. Les locaux ont le désir, et le besoin, d'accueillir des touristes dès maintenant afin de stimuler l'économie.

Une promesse honnête, donc, ce qui est tout à l'honneur de la destination.

« Nous avons besoin de cette entrée d'argent, mais c'est un peu à double tranchant. Il ne nous est pas possible de recevoir tout le monde, cela dit nous sommes très clairs sur les conditions dans lesquelles nous sommes à même de recevoir les voyageurs à l'heure actuelle. Dans notre malheur, il y a énormément d'avantages, comme celui d'être plus facilement en contact avec l'habitant », ajoutait Kate Richardson, directrice de l'office de tourisme de Saint-Martin.

« Simultanément, nous avons ciblé de nouveaux thèmes phare, tels le tourisme de bien-être, l'écotourisme, le tourisme culinaire, en plus de vouloir mieux nous positionner sur le segment des mariages et lunes de miel », expliquait Alex Pierre.

Le tourisme étant le nerf de l'économie de Saint-Martin, à 85% de son PIB, il est primordial que la cadence reprenne, même si tout n'est pas encore au beau fixe.

« Il est important de dire aux visiteurs que nous sommes en phase de reconstruction; le confort qui était présent avant le 6 septembre se trouve mis à mal, bien évidemment », précise Alex Pierre. « Mais nous avons tout ce qui faut : eau, électricité, la plage... et le sourire! ».

Mercure-Saint-Martin-Marina-Aerial-002.jpg

État des lieux

* Plages et nature

Un vaste de plan de nettoyage a été lancé publiquement en janvier, au terme duquel les 37 plages de l'île ont été entièrement nettoyées afin de parfaire l'image de l'île; l’Agence Régionale de Santé (ARS) a autorisé la baignade sur plusieurs d’entre elles, soit Petite Plage à Grand Case, Grande Caye, Baie Orientale, Baie de l'Embouchure, Baie Longue, Baie aux prunes et Baie rouge, Friar's Bay, Grand Case, Anse Marcel, l'Ilet Pinel et Tintamarre.

Les plages de sable blanc et les eaux turquoise qui les bordent sont donc fin prêtes à recevoir les vacanciers en quête de soleil.

La végétation a quant à elle repris son cours naturel, grâce à un bourgeonnement hâtif en raison des pluies fréquentes de cet automne.

* Routes et infrastructures

« 95% des bâtiments de l'île Saint-Martin ont été touchés, dont 50% par des dégâts plus lourds mais jugés réparables et 25% par des dégâts jugés irrémédiables », avait déclaré Édouard Philippe, 1er Ministre de la France, suite au passage d’Irma.

Depuis, tous les réseaux d'eau et d'électricité ont été rétablis. Les axes routiers ont été déblayés.

* Hôtels, activités et restaurants

Rappelons, pour imager, que 80% du parc d'hébergement de Saint-Martin a été détruit ou à tout le moins lourdement endommagé en septembre dernier. Bonne nouvelle à ce sujet : la plupart des hôtels sont en cours de reconstruction. Ils ont à peu près tout décidé de reprendre leurs activités d'ici la fin de l'année et qu'ils seront rebâtis dans leur quais-intégralité, voire plus.

D'ici 2020, il est prévu que 2000 chambres seront disponibles globalement (un nombre plus élevé que celui de l'automne 2017) au moyen de divers travaux d'agrandissement et de développement.

La Loterie Farm, l’un des poumons verts de l’île, rouvrira ses portes au plus tard fin novembre avec des animations autour de sa piscine.

80 restaurants opèrent sur une base régulière dans la partie française de Saint-Martin.

300 chambres sont actuellement disponibles à la location en ce moment :

  • Mon rêve Guesthouse
  • Bleu Émeraude
  • Hevea Hotel
  • Over the Hill Guesthouse
  • Centr'Hotel
  • Fantastic Hotel
  • Golfe Hotel
  • Couleur Cafe sxm
  • Mercure Hotel Marina & Spa
  • Shamrock Residence
  • Balcons d'Oyster Pound
  • SolHotel Oyster Pond
  • 100% Villas

Plusieurs ouvertes sont prévues au courant des prochains mois :

  • Alamanda Resort (automne 2018)
  • Belmond La Samanna (1 décembre 2018)
  • Esmeralda Resort (1 novembre 2018)
  • Grand Case Beach Club (novembre 2018)
  • La Plantation (mars 2018)
  • Le temps des Cerises (décembre 2018)
  • Palm Court (juillet 2018)
  • Sol E Luna (1 avril 2018)
* Vols

Tant Air Transat qu'Air Canada ont depuis suspendu leurs vols sur Saint-Martin (du côté néerlandais et du côté français) pur la saison 2017-2018. Il serait logique de penser que les vols reprendront selon leur horaire normal dès la fin de l'automne 2018, juste à temps pour la saison hivernale.

L'aéroport international de Grand-Case Espérance, rouvert officiellement depuis le 23 septembre, sera par ailleurs agrandi et amélioré d'ici 2020, afin d'accueillir des avions entre 120 et 150 sièges. Celui de Princess Juliana du côté néerlandais est, quant à lui, rouvert depuis le 10 octobre.

Bien qu'il n'y ait pas, pour le moment, de vols directs reliant Montréal à Saint-Martin, il est possible d'y aller en faisant escale à Toronto avec WestJet dès le 23 avril sur un créneau bi-hebdomadaire ou dès maintenant par la Guadeloupe.

* Internet

Selon Alex Pierre, Internet ne serait toujours pas opérationnel à 100% partout sur l'île. « Voilà simplement une occasion de se parler entre nous et de connecter avec les gens de l'île! ».

Indicateur