Formation DrSpecialist2019 : la Repdom remet les pendules à l’heure !


Formation DrSpecialist2019 : la Repdom remet les pendules à l’heure !
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Personne ne pourra accuser Cosette Garcia de tourner autour du pot ! Dans le cadre de ses séminaires de formation DrSpecialist2019, la directrice de l’Office de promotion touristique de la République dominicaine s’attaque de front, d’entrée de jeu, à « l’éléphant dans la pièce ».

LIRE PLUS - Cas présumés d’intoxication en Repdom : l’Office fait le point

C’est donc avec un grand souci de franchise et de transparence que Cosette Garcia aborde les affaires qui ont récemment mis à mal la réputation de la Repdom – y compris ces mystérieux décès de touristes américains, qui ont fait couler beaucoup d’encre.

Mais si Cosette Garcia tient à présenter un portrait précis de la situation, c’est pour mieux remettre les pendules à l’heure !

« C’est primordial que les conseillers en voyages comprennent bien où en est véritablement la République dominicaine », indique Cosette Garcia, en entrevue avec PAX.

Donner l’heure juste

Or, selon Cosette Garcia, pour avoir une image juste de la situation en République dominicaine, les conseillers ne peuvent se fier aux reportages souvent biaisés, voire sensationnalistes, présentés par plusieurs médias grand public, particulièrement aux États-Unis. Déplorant ces « nouvelles négatives », la directrice souhaite tient donc à remettre les choses en contexte.

« Chaque année, un certain nombre de décès surviennent dans toutes les destinations touristiques du monde. Évidemment, plus une destination reçoit de visiteurs, plus le nombre de décès risque d’être élevé. À en croire certains médias, on pourrait s’imaginer que le nombre de décès de touristes survenus cette année en République dominicaine dépasse de beaucoup la normale. Mais ce n’est absolument pas le cas. C’est même le contraire ! »

La directrice de l’Office précise que le nombre de Canadiens décédé en République dominicaine depuis le début de l’année s’établit à 28, ce qui est moins qu’à Cuba (39) ou au Mexique (111). Au cours des dix dernières années, le nombre total de décès annuels de Canadiens en Repdom a oscillé entre 23 et 49. 

Comme le souligne Cosette Garcia, ça reste infime quand on songe que le pays accueille bon an mal an près de 1 million de Canadiens (et quelque 6,6 millions de touristes au total).

« Mais bien sûr, chaque cas de décès est triste », admet Cosette Garcia.

Spéculations

En ce qui concerne plus précisément les cas d’intoxication présumée qui ont défrayé la manchette ces derniers mois, la directrice relève qu’ils ont fait l’objet de beaucoup de spéculations médiatiques… sans que rien ne vienne étayer celles-ci.

Cosette Garcia ajoute que les autorités dominicaines ont déterminé, après autopsie, qu’il s’agissait dans tous les cas de morts par causes naturelles, sans liens les unes avec les autres. Absolument rien ne permet d’établir de liens avec l’exposition à des pesticides, avec l’alcool ou la nourriture, autant de spéculations évoquées par les médias.

Cosette GarciaParallèlement, le FBI a lancé sa propre analyse toxicologique dans trois cas spécifiques, mais n’a pas encore publié ses conclusions. « Nous sommes convaincus qu’ils arriveront aux mêmes résultats », indique Cosette Garcia, en soulignant que l’agence américaine est intervenue à l’invitation des autorités dominicaines, qui offrent leur entière collaboration.

En plus des cas d’intoxication présumés, d’autres affaires survenues en République dominicaine ont retenu – parfois exagérément – l’attention des médias au cours des derniers mois. On parle d’incidents violents survenus dans des centres de villégiature. Aucun n’aurait toutefois encore fait l’objet de déclaration officielle, souligne Cosette Garcia.

À ce propos, la directrice met de l’avant le taux d’incidents touristiques en Repdom. En plus d’être déjà très bas, il tend à la baisse, selon elle. Le taux serait ainsi passé de 1,6 incident par 100 000 visiteurs en 2017 à 1,4 l’an dernier.

En mode solution !

Reste que la mauvaise presse générée par ces affaires a affecté la demande pour la destination. Cosette Garcia confirme qu’il y a une certaine baisse de l’achalandage, mais se dit incapable d’en mesurer l’ampleur pour l’instant. « Nous sommes encore en basse saison. Nous en saurons plus à la fin de l’année », dit-elle.

La directrice rappelle toutefois que la destination a pris plusieurs mesures pour rassurer ses visiteurs. Elle cite les inspections d’hôtels qui ont doublé; le renforcement des services d’intervention d’urgence 911 dans chaque chambre d’hôtel; l’établissement d’un centre touristique multilingue d’urgence; la création d’un Comité national de la sécurité touristique…

LIRE PLUS - RepDom : des mesures de sécurité supplémentaires à la suite du décès de touristes

« La sécurité de nos visiteurs est extrêmement importante pour nous », insiste Cosette Garcia, en invitant aussi les gens à visiter le site godominicanrepublic.com, dans la section newsroom (médias) pour prendre connaissance des dernières initiatives.

Par ailleurs, sans trop entrer dans les détails, la directrice annonce qu’une vigoureuse campagne de marketing tâchera sous peu d’améliorer la perception de sa destination. « Elle devrait comprendre les témoignages de visiteurs ravis de leurs séjours en République dominicaine », dit-elle.

À ce propos, Cosette Garcia évoque un sondage démontrant que 97 % des touristes canadiens qualifient les services touristiques de la destination d’excellents et que 94 % entendent y retourner.

Une destination sûre et amicale

S’il est trop tôt pour dire si la République franchira cette année l’objectif du million de Canadiens comme elle l’espérait, l’Office de promotion touristique ne baisse pas les bras et continue à faire valoir la République dominicaine en tant que destination qui offre à ses visiteurs « tout ce dont ils rêvent ».

LIRE PLUS : République dominicaine : objectif 1 million de Canadiens d'ici 2020

« Nous sommes une des destinations touristiques les plus développées des Caraïbes. Nous disposons de plus de 80 000 chambres d’hôtel et de plus de 26 parcours de golf. Nous continuons toujours de nous développer. De beaux complexes hôteliers ont ouvert récemment et d’autres ouvriront encore au cours des prochains mois. Bref, on continue ! On sait que la crise actuelle va passer. La République dominicaine est, et restera, la destination amicale qu’elle a toujours été ! »

Une centaine de nouveaux spécialistes

Les trois séminaires de formation DrSpecialist2019 ont été présentés à Montréal et Laval, en français et en anglais, en collaboration avec une douzaine de fournisseurs (hôteliers, voyagistes et transporteurs aériens). Au total, ils devraient permettre à une centaine de conseillers québécois d’obtenir le diplôme de Spécialiste de la République dominicaine.

L’Office aimerait bien qu’un volet de son événement de formation annuel puisse prendre place à Longueuil l’an prochain. 

« Et puis, peut-être à Québec, Ottawa et d’autres villes encore, les années suivantes », espère Cosette Garcia.

Indicateur