Costa Rica : vers un tourisme écoresponsable


Costa Rica : vers un tourisme écoresponsable
Marieloz Bonilla Moya, Directrice de programme Green Action
David Nathan

David Nathan est un réel passionné des voyages, ayant mis les pieds à des dizaines d'endroits mythiques à travers le monde. Expatrié de France, il est établi au Canada depuis plusieurs années où il roule sa bosse en tant que magicien des mots, rédigeant tantôt des articles de fond pour des publications voyages, tantôt de jolies chansons pour les artistes les plus estimés au pays.

En 2017, ce sont 3 millions de touristes qui sont allés visiter le Costa Rica, ce petit pays situé entre le Nicaragua et Panama et qui compte seulement 5 millions d'habitants. Selon Freddy Lizano, directeur des relations de presse internationales à l'Institut du tourisme du Costa Rica (ICT), 2018 devrait également être une bonne année pour le tourisme du pays.

Le pays s'est inscrit dans une politique de développement économique, donc touristique :

« Nous devrions atteindre à nouveau les 3 millions de visiteurs cette année encore, le Canada représentant environ 20% des touristes. Nous sommes très confiants pour l'année 2019. Le marché nord-américain demeure la principale source de touristes dans le pays, soit près de 1,3 million de visiteurs annuels, alors que le potentiel de marché, devant ses perspectives, est évalué à plus de 20 millions de visiteurs », a déclaré il y a quelques semaines la ministre du tourisme du Costa Rica, Maria Amalia Revelo.

LIRE PLUS : Planet Hollywood Beach Resort: une ouverture très prochaine au Costa Rica

Rural et authentique

Parmi les thématiques touristiques choisies par le pays, on trouve notamment le tourisme rural.

Freddy Lizano explique que de plus en plus de voyages intègrent rencontres avec les vrais gens, des fermiers, par exemple, qui vont expliquer leur métier, faire participer les touristes qui finiront la visite de la ferme en partageant un repas. Ce serait une façon de montrer une autre facette du Costa Rica et qui séduit de plus en plus de visiteurs.

Alexia Bezin, de l'agence réceptive Central America

« Les touristes québécois ne vont plus au Costa Rica uniquement pour aller dans des tout inclus sans connaître le pays, ils s'intéressent vraiment de plus en plus à ce que le pays a à offrir, à des activités authentiques, explique Alexia Bezin, de l'agence réceptive Central America. On a par exemple de plus en plus de voyages individuels en auto-tour, des touristes qui veulent s'aventurer dans le pays et découvrir toutes les beautés sauvages et naturels du pays par eux-mêmes et pas uniquement les plages ».

Croître, mais pas à n'importe quel prix

Si le Costa Rica cherche à développer son activité touristique, il a bien conscience que ses actions doivent se faire en bonne harmonie avec les valeurs d'un tourisme écoresponsable et durable.

Pour identifier ces acteurs responsables, le gouvernement costaricien a mis en place un programme de certification pour le tourisme durable, cette certification a déjà été délivrée à 391 entreprises touristiques, dont des hôtels, des voyagistes, des sociétés de location de voitures ou encore des restaurants.

« Nous observons de plus en plus une tendance vers un tourisme qui est respectueux non seulement de la nature, de la culture du pays, mais aussi des communautés qui y vivent et qui participent de plus en plus, ce qui leur permet de bénéficier d'une partie des revenus générés par le tourisme », explique la consultante Marieloz Bonilla Moya, directrice de programme à Green Action.

LIRE PLUS : 5 hôtels du Sud pour... être éco-responsable

L'offre gastronomique

Une autre tendance qui est de plus présente au pays, c'est justement le développement de la gastronomie. Si cette dernière était jusqu'ici surtout axée sur le riz et les haricots dans les esprits des touristes, la réalité est bien différente.

« Il y a depuis quelques années, une véritable ouverture sur ce plan-là. De nombreux chefs sont allés étudier à l'étranger et reviennent au Costa Rica avec des techniques gastronomiques très poussées et on trouve également de plus en plus de festivals gastronomiques dans différents endroits du pays. Tout ça fait en sorte qu'on mange vraiment mieux et c'est un argument très important pour beaucoup de touristes québécois », d'expliquer Alexia Bezin.

Freddy Lizano  directeur des relations de presse internationales ICT, Yvonne Duarte, directrice exécutive Grupo Proimagen

Indicateur