Vers un départ de Marriott de Cuba ? L'administration américaine l'ordonne !


Vers un départ de Marriott de Cuba ? L'administration américaine l'ordonne !
Le Four Points by Sheraton Havana.

Nouvel épisode dans les relations éminemment difficiles entre Cuba et les États-Unis !

L'administration américaine, par la voie du département du Trésor, a récemment ordonné à Marriott de fermer son hôtel Four Points Sheraton à La Havane, d'ici le 31 août. La chaîne hôtelière ne devra pas non ouvrir d'autres hôtels – pourtant déjà prévus – sur l'île.

« Nous avons récemment reçu un avis selon lequel la licence délivrée par le gouvernement ne sera pas renouvelée, obligeant Marriott à cesser ses activités à Cuba », explique l'entreprise dans un communiqué.

En 2016, Marriott était devenu la première société hôtelière américaine à signer un accord avec Cuba depuis la révolution de 1959. Elle était devenue, par la même, l'un des symboles de la normalisation des relations entre les deux pays opérées par l'ancien président Barack Obama.

Mais l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche avait marqué la fin de cette politique de détente avec un resserrement de l'embargo commercial des États-Unis sur Cuba. 

En juin 2019, le 45e président des États-Unis avait imposé à l'île une série de nouvelles sanctions interdisant les navires de croisière au départ des États-Unis et les voyages éducatifs pour ses ressortissants.

Donald Trump avait pourtant promis, qu'il ne perturberait pas les contrats existants des entreprises américaines avec Cuba, comme le rappelle sur Twitter William LeoGrande, expert cubain à l'Université américaine de Washington, sur Twitter : « Promesse faite, promesse rompue. »

Si Marriott n'a pas d'autres choix que de se plier à cette injonction, elle espère toutefois pouvoir revenir à Cuba dès que possible, comme l'explique une porte-parole du groupe à Reuters :

« Marriott continue de croire que Cuba est une destination que les voyageurs, y compris les Américains, veulent visiter. Marriott a hâte de rouvrir à Cuba si et quand le gouvernement américain nous autorisera à y faire des affaires. »

Peut-être avec un changement d'administration et de président après les élections américaines de novembre prochain ?

Indicateur