RIU Hotels & Resorts : 30% du chiffre d’affaires au Québec


RIU Hotels & Resorts : 30% du chiffre d’affaires au Québec
Armin Kaestner, vice-président global des ventes et du développement des affaires ; Sandra Mallette, directrice du développement des affaires Québec et Est du Canada ; Joachim Schönfeldt, vice-président principal des ventes et du développement des affaires pour l’Amérique du Nord.
Marie-Eve Vallières

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

Marqué par un développement soutenu de son parc hôtelier au cours des cinq dernières années, le groupe RIU Hotels & Resorts, distribué en exclusivité par Sunwing, s’est entretenu avec PAX afin de survoler les raisons pour lesquelles le marché québécois occupe une si grande place au sein de leur stratégie.

Le Québec, province-clé

Il faut dire que depuis la signature d’un accord d’exclusivité avec le Groupe de Voyage Sunwing il y a sept ans, RIU jouit d’une croissance fulgurante dans la Belle-Province. « Le marché québécois génère un tiers de notre chiffre d’affaires canadien. C’est significatif », indiquait Armin Kaestner, vice-président global des ventes et du développement des affaires.

En effet : les trois intervenants de RIU présents lors de l’entretien avec PAX s’entendent pour dire que le partenariat s’est avéré très positif, surpassant même largement les prévisions initiales.

L’une des principales raisons de ce succès fulgurant est la présence tentaculaire du voyagiste dans les régions.

« Nous sommes très heureux de notre partenariat avec Sunwing, qui nous permet de bien intégrer l’ensemble du Québec à nos opérations grâce à leur développement agressif auprès des aéroports régionaux. Ils ont vraiment relevé le défi de nous faire connaitre au Québec et au Canada, même si nous jouissions déjà d’une belle réputation en Ontario, par exemple. Aujourd’hui, les chiffres parlent d’eux-mêmes », déclarait pour sa part Joachim Schönfeldt, vice-président principal des ventes et du développement des affaires pour l’Amérique du Nord.

Travaux et ouvertures

À savoir si de nouvelles constructions et de nouvelles rénovations sont prévues, Armin Kaestner laisse sous-entendre que les propriétés Ocho Rios et Montego Bay feront l’objets de travaux majeurs l’an prochain. Aucune date n’a été spécifiée à ce stade-ci.

LIRE PLUS :

« Naturellement, la plupart des gens visitent d’abord le Mexique et la République dominicaine, mais la demande est là pour la Jamaïque qui est bonne troisième dans nos chiffres. Nous avons un pourcentage important de clients réguliers qui restent fidèles aux hôtels RIU. Ils souhaitent profiter de nos standards tout en visitant de nouvelles destinations. La Jamaïque est une option intéressante en ce sens », précisait part Joachim Schönfeldt.

Le petit dernier du groupe peut d’ailleurs s’enorgueillir de son triomphe.

« Le RIU Dunamar a ouvert ses portes en décembre. C’est un grand succès depuis, notamment grâce au parc aquatique et à la plage. On voit vraiment un engouement pour la destination, surtout avec l’ouverture projetée du Costa Mujeres juste à côté. Globalement, le RIU Dunamar est l’un de nos meilleurs vendeurs », expliquait Sandra Mallette. « Et c’est très facile d’y accéder avec les vols de Sunwing sur Cancun ».

thumb_39661_1200_1_0_0_auto.jpgRiu Palace Costa Mujeres

Un succès assuré… avec la poutine !

Parlant de performance, Joachim Schönfeldt croit que le succès instantané des hôtels RIU repose sur leur esprit de pionnier.

« Chaque fois que nous inaugurons un nouvel hôtel, nous devenons le meilleur vendeur de la région pour l’année en question. Nous sommes souvent les premiers à prendre le risque d’investir dans une nouvelle destination, ce qui nous permet de s’emparer des meilleures plages, par exemple ».

Propriétaire-opérant de tous ses hôtels, RIU favorise donc une cohérence à chacune de ses propriétés tant au niveau des prestations que du service, n’hésitant pas à s’adapter aux besoins spécifiques de sa clientèle ; ils ont francisé les menus et beaucoup des accueils à destination pour plaire aux Québécois. « Nous servons même de la poutine dans certains de nos hôtels ! », blaguait Armin Kaestner.

« Avec RIU, les clients savent ce qu’ils achètent. Et les agents peuvent vendre en toute quiétude et en pleine confiance comme le taux de satisfaction est très élevé. Ce n’est pas un hasard si les agences de voyages sont devenues notre principal canal de distribution », expliquait en conclusion Sandra Mallette.

Indicateur