Samedi,  27 novembre 2021  14:49

Melia ouvrira un hôtel en Iran en 2017


Melia ouvrira un hôtel en Iran en 2017

«Nous serons la première chaîne hôtelière espagnole à exploiter un complexe de villégiature en Iran», observe Maria Umbert, vice-présidente communications de Melia Hotels International.

Le Gran Melia Ghoo Hotel, qui devrait ouvrir ses portes à la fin de 2017 (ou au début de 2018), dans la station de balnéaire de Salman Shaar, au bord de la mer Caspienne, comptera 319 chambres et suites.

Il occupera une tour de 130 mètres de haut dans un complexe commercial et résidentiel construit par le groupe de l’homme d’affaires Ahad Azim Zadeh, qui a fait fortune dans le commerce des tapis.

«L’Iran, qui accueille actuellement 5 millions de touristes internationaux chaque année, compte quadrupler ce nombre d’ici 2025, explique Maria Umbert. «Ce sera une des principales destinations montantes des prochaines années.»

Le complexe, qui portera le nom de «Ghoo Middle East Diamond» sera composé de deux tours, dont une de résidences et l’autre occupée par l’hôtel, d’une galerie marchande déjà ouverte et d’un centre sportif.

«Habituellement, nous ne nous installons pas dans des tours pour exploiter un hôtel en bord de mer, mais les Iraniens préfèrent cette formule : ils ont des standards architecturaux très différents des nôtres en ce qui concerne la villégiature», constate Maria Umbert.

L’établissement arborera la bannière «Gran Melia», qui est, avec Paradisus et Me, une des marques de luxe de la grande chaîne hôtelière espagnole. Il s’inscrit dans le créneau «bleisure», c’est-à-dire des propriétés conçues pour accueillir autant les voyageurs d’affaires que les vacanciers et, surtout, les clients qui combinent les deux.

L’hôtel disposera de sept restaurants et bars, d’un ensemble de salles de réunion et de réception de 1 300 mètres carrés (12 500 pieds carrés), de deux piscines et d’un spa. Située dans la province du Mazandaran, dans le nord du pays, la station de Salman Shaar est une petite ville de 10 000 habitants.

Depuis la ratification de l’Accord sur le nucléaire signé à Vienne en juillet 2015, les compagnies européennes – et particulièrement les Françaises, ont recommencé à investir en Iran. Ainsi, le groupe Accor a ouvert, en octobre dernier, deux établissements (un Ibis et un Novotel) à l’aéroport de Téhéran, le groupe PSA Peugeot Citroën a lancé une co-entreprise avec un holding local (Iran Khodro) pour produire 200 000 véhicules par an et Iran Air a placé commande pour 114 appareils chez Airbus.

Parmi les autres groupes hôteliers qui s’intéressent à la destination, on peut mentionner Jumeira et Rotana, des Émirats arabes unis, mais malgré la levée de certaines sanctions, des restrictions pèsent encore sur les compagnies américaines. Bien implantés en Iran avant la révolution de 1979, des groupes états-uniens comme Hyatt et Sheraton n’ont manifesté aucune velléité de retour jusqu’à présent. La destination iranienne est d’autant plus intéressante qu’on y trouve plusieurs villes et sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, notamment Ispahan, Chiraz, Tabriz et Persépolis. Les touristes sont bien accueillis, mais les femmes doivent se couvrir la tête et les jambes (les hommes ne peuvent pas se promener en shorts non plus).

Melia Hotels International, qui célèbre cette année son soixantième anniversaire, est le premier groupe hôtelier espagnol, avec un portefeuille de 99 337 chambres pour 376 établissements, et le troisième groupe européen, après Intercontinental et Accor.

L’annonce de l’implantation en Iran date de mars dernier, mais elle était passée inaperçue en Amérique du Nord.

Indicateur