Mercredi,  30 septembre 2020  6:38

Certains hôtels des Caraïbes pourraient faire faillite si les voyagistes ne paient pas, prévient la CHTA

  • Hôtels
  •   05-05-2020  9:15
  •   Pax Global Media

Certains hôtels des Caraïbes pourraient faire faillite si les voyagistes ne paient pas, prévient la CHTA
Pax Global Media

Citant les pressions sans précédent auxquelles sont confrontés les hôtels et complexes de villégiature des Caraïbes en raison de la pandémie de coronavirus, le président de la Caribbean Hotel and Tourism Association (CHTA) appelle les voyagistes du monde entier qui ont retardé le paiement des hôtels pour les services fournis aux clients des opérateurs dès janvier d'accélérer les remboursements.

Frank Comito, PDG et directeur général de la CHTA, dans une lettre adressée aux principales organisations professionnelles représentant la majeure partie des voyagistes qui font des affaires avec les Caraïbes, affirme que 69% des hôtels déclarent ne pas avoir reçu de remboursement en temps opportun des voyagistes pour les services fournies au cours du premier trimestre 2020.

Le montant moyen dû aux hôtels par les voyagistes est de 219 000 dollars américains par hôtel, « un certain nombre d'hôtels signalant des montants en souffrance supérieurs à 1 million de dollars et un hôtel étant déboursé de 15 millions de dollars américains », indique Frank Comito.

« ... menace la survie des hôtels des Caraïbes »

Notant que la crise mondiale menaçait la survie de nombreuses propriétés des Caraïbes, en particulier les petites et moyennes propriétés indépendantes, qui sont un élément de base des activités des voyagistes, Frank Comito écrit : 

« Nous sommes devenus inquiets ces dernières semaines, car certains voyagistes retiennent les remboursements aux hôtels pour les services rendus dès janvier et jusqu’en février et mars. »

Reconnaissant que les hôtels avaient été avisés de s'attendre à ce que le remboursement prenne en moyenne 60 jours supplémentaires, et jusqu’à 120 jours, de la part de certains voyagistes, qui ont cité les pénuries de personnel, la forte demande et la réduction des flux de trésorerie comme principales raisons des retards, Frank Comito souligne que « ces paiements ont été effectués au tour-opérateur par les consommateurs, souvent plusieurs mois à l'avance et devaient être conservés en fiducie pour être payés aux hôtels peu de temps après la livraison des services ».

Frank Comito a demandé aux associations internationales de voyagistes d'aider la CHTA en « tendant la main à vos opérateurs membres qui travaillent avec les Caraïbes, les exhortant à tout mettre en œuvre pour accélérer leur obligation de rembourser les hôtels des Caraïbes pour les services rendus ».

Le chef de la CHTA a dit qu'il comprenait le dilemme auquel tous les acteurs du voyage sont confrontés, mais il a souligné que « le remboursement des fonds qui ont été collectés auprès du consommateur longtemps à l'avance et sont obligatoires devrait avoir la priorité ».

Frank Comito, PDG et directeur général de la CHTA.

En déduisant que la survie des hôtels des Caraïbes était menacée, Frank Comito a averti que les conséquences « seront également à long terme pour les voyagistes et la réputation du secteur, ayant déjà eu un impact sur la capacité de nombreux hôtels des Caraïbes à respecter leurs propres obligations financières envers les employés, les vendeurs et le gouvernement pour les taxes dues liées aux activités passées ».

Soulignant l'interdépendance des hôtels et des voyagistes des Caraïbes, Frank Comito a rappelé aux destinataires de la lettre de la CHTA que l'association était une ressource de longue date pour de nombreux voyagistes travaillant à développer leur portefeuille dans les Caraïbes.

« Grâce à nos efforts de marketing B2B, à notre travail de plaidoyer et à la portée de nos 33 destinations membres et de nos centaines de propriétés, nous avons contribué à créer un environnement qui a soutenu la croissance des affaires de vos membres dans la région », y déclare Frank Comito.

Dans une perspective de coopération future, Frank Comito a demandé aux associations de freiner certains voyagistes qui envisagent « des tentatives unilatérales de réviser les futurs contrats alors qu’ils recherchent de nouveaux tarifs et conditions de paiement, demandant déjà des remises importantes qui sont difficiles à fournir dans un environnement d’exploitation extrêmement coûteux / à faible revenu ».

Les relations commerciales développées par les voyagistes avec les hôteliers des Caraïbes depuis de nombreuses années ont été la clé de leur succès mutuel, et Frank Comito a exprimé l'espoir de maintenir et de développer ces relations au fur et à mesure que le monde émerge de cette crise. 

« Cela exigera des concessions mutuelles de toutes les parties », a-t-il déclaré.

La CHTA confirme que la correspondance a été transmise aux principales associations professionnelles représentant les voyagistes au Canada, en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Indicateur