Barcelo en Repdom: « c'est business as usual »


Barcelo en Repdom: « c'est business as usual »
Belkys Ventura, directrice des ventes Canada et États-Unis, Barcelo Grand Resort ; Cosette Garcia de l'office de tourisme de la République dominicaine ; Anadelia Cordero, adjointe aux ventes, Occidental Caribe
Marie-Eve Vallières

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

À l'aube de la haute saison touristique dans les Caraïbes, les divers zones hôtelières et groupes immobiliers tentent de sécuriser les conseillers en voyage et leurs clients : tout va bien en République dominicaine. Si bien sûr la destination a défrayé les manchettes cet été, Cosette Garcia, de l'office de tourisme, insiste pour dire qu'il s'agit de sensationnalisme et que tout se déroule à la normale.

LIRE PLUS : Repdom: l'enquête sur les touristes décédés est retardée

« Nous continuons d'être une destination attrayante et innovante. Ça, ça ne changera pas. Il faut que les conseillers comprennent ça », dit-elle d'emblée, adressant sans détour l'éléphant dans la pièce.

« Est-ce qu'il y avait un problème avec l'alcool ? Avec les pesticides ? La nourriture ? La réponse est non. Les décès sont dus à des causes naturelles. Les autorités américaines d'enquête l'ont déclaré », insiste-t-elle.

Plusieurs mesures ont été mises en place afin d'encore mieux accueillir les 30 millions de touristes depuis les cinq dernières années en Repdom. Une enquête du FBI est toujours en cours, en raison des résultats incomplets obtenus jusqu'à présent. 

Également, des inspections plus fréquentes des normes de sécurité seront effectuées, la disponibilité des services d'urgence et le centre touristique d'urgence seront améliorés. De plus, tous les hôtels devront obligatoirement se munir de caméras de sécurité d'ici les six prochains mois.

« Malheureusement, la réalité est que des gens meurent à destination chaque année pour une foule de raisons. Mais il n'y en a statistiquement pas eu plus cette année que les autres. Nous sommes dans les normales. Les décès de cet été ont eu lieu dans des hôtels différents, à des moments différents, ils ne sont absolument pas liés », ajoute-t-elle.

LIRE PLUS : Formation DrSpecialist2019 : la Repdom remet les pendules à l’heure !

Et Barcelo dans tout ça ?

« Les ventes ont été affectées, mais très légèrement et seulement qu'au début de la couverture médiatique. Ça a repris quelques semaines après, le temps que le gens s'éduquent sur la situation et comprennent qu'il n'y a pas de fléau à destination. Nous sommes à moins d'un 1% de différence par rapport aux ventes de l'an dernier à pareille date », confiait Judy Makara de Barcelo Resorts.

Même si aucune des propriétés de Barcelo en République dominicaine n'a été affectée par les décès ou la couverture médiatique, Judy Makara estimait tout de même important d'adresser la situation en toute franchise afin de rassurer tous les intermédiaires concernés.

« Ça affecte l'image de la destination, même si notre nom n'a pas été mentionné. C'est la première fois qu'il y a un scandale du genre en République dominicaine », explique-t-elle. « Ça demeure une destination extrêmement populaire auprès des Québécois et ce serait dommage qu'il y ait une baisse, car c'est un produit génial ».

Ainsi, cinq hôtels ont été choisis pour venir démontrer leur pouvoir d'attraction auprès des conseillers en voyage présents à la soirée : 

  • Bavaro Barcelo Grand Resort (soit le Bavaro Beach et le Bavaro Palace)
  • Occidental Caribe
  • Occidental Punta Cana
  • Royal Hideaway
  • Barcelo Santo Domingo

Si tous les hôtels s'avèrent être d'excellents vendeurs, Judy Makara remarque que les séjours en formule duo gagnent en popularité, traduisant une croissance des demandes de personnalisation des clients.

« Les gens vont de plus en plus opter pour une petite semaine à la plage suivi d'un court séjour en ville pour découvrir Santo Domingo. Nous souhaitons pousser ça auprès de notre clientèle, d'atterir à PUJ et repartir de SDQ, par exemple », explique-t-elle.

Indicateur