Venise : la nouvelle taxe touristique ne fait pas l'affaire des croisiéristes


Venise : la nouvelle taxe touristique ne fait pas l'affaire des croisiéristes

Le gouvernement italien a autorisé la ville de Venise à imposer une taxe d’entrée à tous ses visiteurs dès l’été prochain. La taxe suggérée, qui pourrait aller de 2,50 à 10 euros selon la saison, a été mise de l’avant pour 2019 dans le but de maintenir la ville propre, les fonds ainsi collectés étant destinés à de meilleurs systèmes de gestion des déchets.

LIRE PLUS : 24 heures à Venise

Venise veut-elle moins de touristes?

Ce n'est pas un secret pour personne que la ville doit vivre avec le tourisme de masse. Venise compte seulement 260 897 résidents permanents et accueille environ 20 millions de visiteurs chaque année.

Malheureusement, la plupart de ces visiteurs ne viennent que pour la journée et, selon The Telegraph, ce nombre avoisine les 70%, ce qui signifie que les chambres d’hôtel ne sont pas occupées davantage et que l’économie ne récolte pas les bénéfices de ce que le nombre de touristes devraient apporter financièrement.

Le point de vue de la CLIA

Dans une déclaration à PAX, la Cruise Lines International Association (CLIA) a fait la déclaration suivante :

« La CLIA et ses membres sont déçus que le gouvernement italien soutienne la proposition d'introduire une taxe d'entrée locale pour les visiteurs à Venise dans son récent projet de loi budgétaire. Nous attendons de voir comment les autorités de Venise procéderont avant d’en parler davantage. Nous reconnaissons que Venise est une destination unique et le secteur des croisières est profondément attaché à la protection de son patrimoine culturel et à sa durabilité. La ville est un trésor et sa préservation est cruciale pour tous ceux qui vivent et travaillent ici, et même pour tous ceux qui l'aiment. La relation de Venise avec la mer est au cœur de son histoire. Les navires ont toujours fait partie de son identité et l’industrie des croisières représente la manifestation moderne d’une tradition séculaire. Les compagnies de croisière ont déjà accepté volontairement de ne pas envoyer de navires de plus de 96 000 tonnes à Venise, ce qui réduirait régulièrement le nombre de croisiéristes visitant la ville depuis 2014. »

Indicateur