Mercredi,  18 septembre 2019  20:50

Venise : la CLIA demande l’aménagement d’un itinéraire alternatif


Venise : la CLIA demande l’aménagement d’un itinéraire alternatif
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

On a tous encore en tête ces images navrantes du MSC Opera hors de contrôle sur le canal de la Giudecca, à Venise. Heureusement, l’incident a fait plus de peur que de mal (quatre blessés légers parmi les passagers du River Countess qui a été heurté). Mais il a aussi eu pour effet de relancer le débat sur les dangers que représentent les géants des mers pour la Sérénissime.


Samedi dernier (8 juin), les gens ont répondu par milliers à l’invitation de l’organisation No Grandi Navi (Non aux grands navires) de manifester contre la présence des paquebots dans la lagune de la Cité des Doges, inscrite au patrimoine de l’UNESCO.

LIRE PLUS : Dubrovnik dit non au sur-tourisme de croisière

Le même jour, l’association internationale des lignes de croisières (CLIA) diffusait une déclaration pour réitérer son appui à l’aménagement d’un itinéraire alternatif qui permettrait aux grands navires de croisière d'accéder au terminal de croisière de Venise (Marittima) sans emprunter le canal de la Giudecca, qui longe la place Saint-Marc.

Selon le nouveau trajet envisagé, les paquebots passeraient par le passage de Malamocco, au sud de la lagune, puis remonteraient par le canal de Marghera, avant d’emprunter celui de Vittorio Emanuele III, pour atteindre la Marittima. La CLIA exhorte toutes les parties concernées à Venise à lancer les travaux de préparation du canal de Vittorio Emanuele III afin que les grands navires puissent y être redirigés.

La nouvelle route proposée par la CLIALa CLIA précisait être en accord à ce propos avec le maire de Venise qui a réclamé la mise en œuvre urgente de cette solution.

« L’industrie de la croisière a travaillé avec diligence avec le maire de Venise, la région de Vénétie, l’Autorité portuaire et beaucoup d’autres pour trouver des solutions viables permettant à aux grands navires de croisière d’accéder aux quais de Marittima sans passer par le canal de la Giudecca. Nous appuyons la solution mise au point par Comitatone en 2017 d'utiliser le canal Vittorio Emanuele comme le meilleur et le plus prudent moyen d’éloigner les grands navires de croisière de la Giudecca », a déclaré Adam Goldstein, président de la CLIA.

Le ministre italien des Transports a également évoqué l’adoption d’une solution d’ici la fin du mois pour éloigner les grands navires de la place Saint-Marc et du canal de la Giudecca.  

On ne peut que voir d’un bon œil toute initiative qui réduira les risques que posent les paquebots de croisière sur l’environnement de Venise, ville régulièrement inondée et dont les fondations sont grugées par l’érosion (on envisage aussi l’aménagement d’un nouveau terminal pour les croisières à Margheras). Il restera néanmoins à s’attaquer à l’autre problématique, presque aussi grave, qui afflige la Sérénissime : celle du surtourisme.

Indicateur