Une autre compagnie de croisières emportée par la COVID : Cruise & Maritime Voyages


Une autre compagnie de croisières emportée par la COVID : Cruise & Maritime Voyages

Le 22 juin, on apprenait qu’en raison de l'impact sans précédent de la pandémie de COVID-19, la compagnie Pullmantur Cruises avait déposé une demande de réorganisation aux termes des Lois espagnoles sur l'insolvabilité

LIRE PLUS : Pullmantur se restructure à l’abri des créanciers

Un mois plus tard, voilà qu’une autre compagnie de croisières est victime de la pandémie : la britannique Cruise & Maritime Voyages (CMV).

La société créée en 2009 a été placée sous administration judiciaire le 20 juillet. Peu connue au Canada, elle exploitait des bureaux de vente en Australie, en France, en Allemagne et aux États-Unis.

CMV offrait ses croisières à bord de navires de taille modérée et affichant un certain âge. Sa flotte actuelle compte six paquebots, soit les Astor (construit en 1987, 590 passagers), Astoria (1948, 550 passagers), Columbus (1989, 1400 passagers), Magellan (1985, 1250 passagers), Marco Polo (1965, 800 passagers) et Vasco de Gama (1993, 1266 passagers).

Avant d’être acculée à la faillite, CMV prévoyait d’ajouter deux navires à cette flotte. Acquis auprès de P&O Cruises Australie, les Amy Johnson (ex-Regal Princess) et Ida Pfeiffer (ex-Ryndam) devaient joindre les rangs de CMV en 2021.

Indicateur