Dimanche,  17 novembre 2019  12:59

Tout ce qu’il faut savoir pour mieux vendre Royal Caribbean


Tout ce qu’il faut savoir pour mieux vendre Royal Caribbean
Les deux « professeurs » de chez RCI : Éric St-Pierre (à gauche), directeur des comptes nationaux pour le Canada et Christopher Jeffrey-Racine (à gauche), chef stratégique de comptes Québec-NB.
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Quelque 230 conseillers en voyages de partout au Québec ont suivi des cours, hier, à l’école de Royal Caribbean qui s’était établie, pour l’occasion, au campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke.

Les profs Eric St-Pierre (directeur des comptes nationaux canadiens) et Christopher Jeffrey-Racine (chef stratégique Québec) ont présenté les produits et nouveautés de RCI avec leur maestria habituelle.

« En exploitant une flotte de 27 navires, nous proposons une grande variété de produits pouvant convenir à des clientèles tout aussi variées. C’est donc important de rafraichir la mémoire de nos partenaires, notamment à propos de nos classes de navire, et de leur présenter les nouveautés », explique Christopher Jeffrey-Racine, en entrevue avec PAX.

Remises à neuf 

À l’école de Royal Caribbean, on parle évidemment du programme d’amplification des navires de la compagnie.

« D’ici 2021, dix navires seront rénovés, mis au goût du jour, avec de nouveaux restaurants, de nouvelles activités, de nouvelles expériences, de nouveaux concepts », indique Christopher Jeffrey-Racine.

L’Oasis of the Seas subit actuellement une telle cure de Jouvence. En cale sèche depuis le 22 septembre, il reprendra la mer à la fin de novembre et offrira en alternance des croisières dans les Caraïbes orientales et occidentales au départ de Miami.

Selon Christopher Jeffrey-Racine, l’Oasis sera « comme neuf ». Et il en sera de même de l’Allure of the Seas, qui sera « amplifié » au printemps, avant d’offrir des croisières en Méditerranée à partir de mai.

LIRE PLUS - PHOTOS: cure de modernisation pour l'Allure of the Seas de RCI

« L’Oasis date de 2009 et l’Allure, de 2010. On ne peut vraiment pas dire que ce sont de vieux navires, mais on veut les mettre au même niveau que les Symphony et Harmony, beaucoup plus récents », dit-il.

L’Odyssey : mystérieux, mais prometteur

Dans les classes de Royal Caribbean, on parle aussi du futur Odyssey of the Seas. Les réservations sont déjà ouvertes pour ce navire qui entamera sa carrière en novembre 2020 et qui conserve, entre-temps, une certaine aura de mystère.

LIRE PLUS - RCI : à quoi s'attendre dans les prochains mois et années ?

On sait en effet que l’Odyssey appartiendra à la classe Quantum Ultra, hybride entre la classe Oasis (qui regroupe les plus gros navires du monde) et la classe Quantum (qui se distingue par ses innovations technologiques). On sait aussi qu’il offrira des croisières de 6, 8 nuits depuis Fort Lauderdale. Mais on n’en sait pas encore beaucoup plus…

« On ne connaît pas tous les détails, mais on peut déjà être sûr que l’Odyssey proposera des choses inédites, jamais vues sur aucun autre de nos navires ! », promet Christopher Jeffrey-Racine.

Christopher Jeffrey-Racine, chef stratégique de Royal Caribbean pour le Québec, Ottawa et le Nouveau-Brunswick, entouré de Jon Whitmer et Alex Rood, tous deux spécialistes des produits d’automatisation (Specialist, Automation Products) de Royal Caribbean Cruises.

Pleins feux sur l’Empress

Par ailleurs, la formation de RCI a braqué les projecteurs sur un navire qui a rarement droit à tant d’égards : l’Empress of the Seas.

Jusqu’à récemment, ce petit navire (environ 1800 passagers) était affecté aux croisières à Cuba. Toutefois, la soudaine décision américaine d’interdire les croisières vers l’île communiste aura pour effet inattendu d’amener l’Empress… à Montréal !

Huit croisières mettant en vedette la métropole québécoise seront donc offertes en 2020. Les premières proposeront le trajet entre Montréal et Cap Liberty au New Jersey (dans un sens ou l’autre). Suivront quelques boucles automnales de 10-11 nuits (avec escales à Québec, Saguenay, Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon). La dernière croisière mettra le cap sur Miami, avec un parfait timing pour les snowbirds, relève Christopher Jeffrey-Racine.

« Ces croisières font fureur ! Presque tous les espaces pour groupes ont trouvé preneurs dès leur ouverture, le 30 juillet », dit-il, précisant toutefois qu’il reste beaucoup de place en individuel.

Scoop !

Comme on pouvait s’y attendre, l’île privée de Royal Caribbean aux Bahamas figurait aussi au menu des formations. Christopher Jeffrey-Racine a tenu à rassurer les conseillers : elle va très bien, merci !

Certes, l’île a brièvement suspendu ses activités dans la foulée du passage de Dorian, mais l’ouragan n’y a causé aucun dommage majeur. Les passagers sont de retour et tout fonctionne parfaitement normalement,

Le chef stratégique Québec de RCI rappelle que l’île a été rouverte en mai dernier, après avoir été repensée, rénovée et grandement améliorée. Et tant qu’à se présenter sous un nouveau jour, l’ex-Coco Cay s’est alors dotée d’un nouveau nom : Perfect Day at Coco Cay.

« Ce changement de nom est important, car Royal Caribbean entend développer la marque Perfect Day, révèle Christopher Jeffrey-Racine. D’autres Perfect Day devraient donc voir le jour ailleurs dans le monde, notamment en Europe et dans le Pacifique. »

Démystifier Espresso

Un volet important des formations de RCI portait hier sur la plateforme de réservations en ligne Espresso. C’était la première fois qu’une formation spécifique était consacrée à cet outil qui se trouve sur CruisingPower.

« Royal Caribbean s’est rendu compte, ces dernières années, que plusieurs conseillers téléphonent pour poser des questions auxquelles ils pourraient trouver la réponse bien plus rapidement grâce à Espresso. La compagnie a donc décidé de proposer des formations dans toute l’Amérique du Nord pour accroître l’utilisation d’Espresso et éliminer la perception que c’est complexe. »

Christopher Jeffrey-Racine ajoute que l’outil de réservation de Royal Caribbean peut être utile même aux agents qui ont l’habitude de réserver auprès de t.-o. puisqu’il est aussi une précieuse source d’information.

 Soulignons que deux experts de Royal Caribbean, Jon Whitmer et Alex Rood, sont venus en renfort de Miami pour démystifier Espresso.

Indicateur