Surtourisme : un allié inattendu pour Dubrovnik


Surtourisme : un allié inattendu pour Dubrovnik
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Avec Venise, Dubrovnik est l’une des destinations les plus souvent évoquées lorsqu’on parle de surtourisme. Néanmoins, Dubrovnik entend s’attaquer au problème. La cité croate s’est même trouvé un allié plutôt inattendu dans sa bataille : l’industrie des croisières.

LIRE PLUS : Dubrovnik dit non au sur-tourisme de croisière

En effet, le maire de Dubrovnik, Mato Franković, et la présidente du conseil de la CLIA, Kelly Craighead, ont signé, le 24 juillet dernier, un protocole d’accord visant à préserver le patrimoine culturel de Dubrovnik.

Les partenaires soutiennent qu’une gestion responsable et à long terme du tourisme est dans l'intérêt des résidents et des visiteurs. Ils souhaitent même que Dubrovnik devienne un modèle de tourisme durable dans la région adriatique et au-delà !

Parmi les actions envisagées, on parle notamment de la création d’un groupe de travail impliquant toutes les parties concernées, y compris la communauté locale et les organisations internationales. On parle aussi de mettre en œuvre la politique d'accostage de navires de croisière qui a été élaborée pour 2020.

Mato Franković, maire de Dubrovnik, et Kelly Craighead, présidente du conseil de la CLIA.

Mentionnons également une campagne de sensibilisation des visiteurs intitulée « Respectez la ville » (Respect the City). En outre, la ville et la CLIA étudient la possibilité de créer un centre d'accueil du patrimoine mondial à Dubrovnik et un centre de transport intermodal dans le port de Gruž.

« Dubrovnik est d’abord et avant tout notre maison. Nous souhaitons partager notre incroyable maison avec nos visiteurs, tout en la protégeant et la préservant », a déclaré le Mato Franković.

Le maire de Dubrovnik souhaite aussi que l’accord de coopération avec la CLIA pave la voie à toutes les parties concernées, y compris les autres destinations, afin de rendre le tourisme plus durable et accroître la satisfaction des communautés locales et de leurs visiteurs.

« La signature du protocole d'accord aujourd'hui est une étape importante dans le développement de pratiques innovantes en matière de gestion du tourisme durable », s’est pour sa part félicitée la présidente de la CLIA.

Indicateur