Plus de 300 membres d'équipage canadiens coincés en mer pendant la pandémie de COVID-19


Plus de 300 membres d'équipage canadiens coincés en mer pendant la pandémie de COVID-19
Le Norwegian Epic est l'un des 99 navires de croisière actuellement bloqués en mer, rapporte Affaires mondiales Canada.
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

Bien que les navires de croisière ne naviguent plus dans les eaux internationales, plus de 300 Canadiens sont toujours coincés en mer pendant la pandémie de coronavirus.

Lorsque le virus a éclaté pour la première fois en mer, les compagnies de croisière ont réagi en cessant leurs opérations à la mi-mars. La plupart des passagers ont finalement pu rentrer chez eux, mais de nombreux membres d'équipage eux-mêmes ont dû rester à bord, coincés dans le port et incapables de débarquer par crainte de transmettre la COVID-19 dans la communauté.

CBC a retracé l'histoire d'un membre d'équipage canadien, qui aurait été en mer pendant plus d'un mois à bord du Norwegian Epic, ainsi que de 2 300 autres compagnons de bord qui n'ont pas la permission de débarquer.

Affaires mondiales Canada (AMC) a confirmé qu'il suivait 99 navires de croisière encore en mer, transportant environ 313 membres d'équipage canadiens.

« Nous pouvons confirmer que le Norwegian Epic est l'un des 99 navires que nous suivons », a déclaré à PAX Krystyna Dodds, porte-parole d'AMC.

NCL n'a pas encore commenté le sujet.

« Tous les navires de croisière avec des passagers canadiens ont maintenant accosté », ajoute Krystyna Dodds. « Affaires mondiales Canada continue de suivre les navires de croisière toujours en mer avec un équipage canadien à bord. Nous encourageons les membres d'équipage canadiens à bord de ces navires qui éprouvent des difficultés à retourner au Canada à communiquer avec le consulat ou l'ambassade du Canada le plus proche, ou le siège social d'Affaires mondiales Canada, pour demander une assistance consulaire. »

Indicateur