Ottawa présente son nouveau plan de santé publique pour les navires de croisière


Ottawa présente son nouveau plan de santé publique pour les navires de croisière
Le ministre des Transports, Omar Alghabra.
Pax Global Media

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, vient de présenter, à Halifax, le cadre de santé publique que le gouvernement met en place pour la reprise des activités de l’industrie des croisières au Canada.

Le gouvernement du Canada souligne être aussi en train d’adapter les conseils aux voyageurs à l’égard des navires de croisière, précisant qu’il continue de conseiller aux voyageurs de faire preuve de prudence.

LIRE PLUS – L’avis d’«éviter tout voyage en croisière à l'extérieur du Canada» demeure en vigueur 

Le plan complet de santé publique pour les navires de croisière exige notamment ce qui suit :

  • ·Les membres d’équipage et les passagers doivent être entièrement vaccinés contre la COVID-19.
  • Les membres d’équipage et les passagers doivent s’autoévaluer pour déceler tout symptôme de la COVID-19.
  • Les passagers doivent subir un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 dans les 72 heures avant de monter à bord d’un navire de croisière OU subir un test antigénique dans la journée précédant l’embarquement à bord d’un navire de croisière.
  • Les passagers doivent subir un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 dans les 72 heures avant d’arriver au Canada ou subir un test antigénique dans la journée précédant l’arrivée prévue.

« Le Canada est maintenant prêt »

Grâce à ces mesures, le Canada est maintenant prêt à accueillir de nouveau les navires de croisière dans nos eaux en toute sécurité, estime le gouvernement, en rappelant que les secteurs du tourisme et du transport maritime ont été frappés de plein fouet par la pandémie mondiale.

« Alors que les Canadiens continuent de se retrousser les manches en se faisant vacciner contre la COVID-19 et en respectant les mesures de santé publique, notre gouvernement travaille fort pour relancer notre économie de façon sécuritaire et durable. Nous accueillerons de nouveau au Canada les navires de croisière – une partie importante du secteur du tourisme – et poursuivrons notre travail de collaboration avec nos partenaires pour appuyer cette importante industrie », a déclaré le ministre Alghabra.

Le gouvernement invite néanmoins les Canadiens, lorsqu’ils voyagent, que ce soit en navire de croisière ou par un autre mode de transport, à visiter la page sur les voyages et la COVID-19 pour obtenir les informations les plus à jour.

Le gouvernement les invite aussi à tenir compte des risques qui sont toujours associés aux voyages à l’étranger – « y compris les voyages à bord de navires de croisière à l’extérieur du Canada, étant donné le taux élevé du variant Omicron, et prendre les précautions nécessaires ».

Rappel

  • Depuis le 1er novembre 2021, l’interdiction visant les navires de croisière dans les eaux canadiennes n’est plus en vigueur pour les exploitants qui se conforment entièrement aux exigences de santé publique.
  • L’industrie des croisières, qui apporte 4 milliards de dollars par an à l’économie canadienne et crée environ 30 000 emplois directs et indirects, représente un pan important du secteur du tourisme intérieur du Canada.

Ci-dessous, nous reproduisons l’extrait du document d’information publié par le gouvernement du Canada concernant les obligations des compagnies de croisières et des passagers. 


Canada Place Harbour, Vancouver. [Shutterstock/DeymosHR]




Obligations des croisiéristes

  • Avant l’embarquement à bord d’un navire de croisière
    • L’équipage et les passagers sont tenus d’être entièrement vaccinés contre la COVID-19. Les exemptions très limitées à cette exigence comprennent :
      • les enfants de moins de 12 ans (veuillez noter que de nombreux croisiéristes exigent la vaccination des enfants de 5 ans et plus);
      • la preuve d’une contre-indication médicale;
      • les croyances religieuses (uniquement pour les individus bénéficiant d’un droit d’entrée au Canada, dont les Canadiens et les individus embarquant au Canada).
        • Les Canadiens comprennent les citoyens, les personnes inscrites aux termes de la Loi sur les Indiens et les résidents permanents.
        • En vertu des mesures à la frontière instaurées par la Loi sur la mise en quarantaine, un ressortissant étranger ne peut entrer au Canada à bord d’un navire de croisière ou de tout autre mode de transport en bénéficiant d’une exemption fondée sur sa croyance religieuse.
    • Vérification des résultats des tests de dépistage et de l’état de santé des passagers avant l’embarquement.
    • Les demandes d’exemption doivent être soumises aux croisiéristes, qui doivent en faire état à Transports Canada.
  • Pendant un voyage
    • L’équipage et les passagers sont tenus de surveiller l’apparition de leurs propres symptômes;
    • Le croisiériste est tenu :
      • d’effectuer un dépistage (à l’aide d’un test d’antigène) des cas présumés;
      • d’effectuer un dépistage (à l’aide d’un test moléculaire) afin de confirmer les cas;
      • d’isoler les cas confirmés;
      • d’effectuer un test de dépistage sur les personnes en contact étroit avec les cas confirmés.
  • Débarquement d’un navire de croisière au Canada
    • Le croisiériste est tenu de déclarer les passagers ou membres d’équipage présentant des symptômes ou étant des cas confirmés à Transports Canada, à l’Agence de la santé publique du Canada, au port, ainsi qu’à l’entité locale/provinciale en charge de la santé publique.
    • Fournir des installations de dépistage et des tests aux passagers pour qu’ils puissent effectuer soit un test moléculaire de la COVID-19 dans les 72 heures précédant le débarquement d’un navire de croisière, soit un test d’antigène moins d’un jour avant l’arrivée prévue.
  • Obligations des passagers

    • Avant l’embarquement à bord d’un navire de croisière
      • Les passagers doivent effectuer un test moléculaire de la COVID-19 dans les 72 heures précédant l’embarquement à bord d’un navire de croisière ou un test d’antigène, moins d’un jour avant le départ prévu.
      • Avant le départ de leur croisière, les voyageurs doivent transmettre les informations au sujet de leur voyage sur le site Web d’ArriveCAN.
      • Les passagers souhaitant faire valoir une exemption fondée sur une contre-indication médicale ou sur une croyance religieuse devront communiquer avec leur croisiériste afin de vérifier si celles-ci sont permises. Ces exemptions sont très limitées.
  • Pendant un voyage
    • Les passagers sont tenus de surveiller l’apparition de leurs propres symptômes et de les déclarer aux représentants du croisiériste, qui prendra ensuite les mesures appropriées (dépistage, isolement et recherche des contacts).
  • Débarquement d’un navire de croisière au Canada

Si des cas de COVID-19 sont répertoriés à bord d’un navire de croisière

Même avec des mesures en place, la COVID-19 représente toujours un risque pour les passagers des navires de croisière. Un passager peut développer des symptômes de la COVID-19 ou être déclaré positif pendant une croisière. Si cela se produit, tout passager peut s’attendre à être isolé à bord du navire et à ne pas pouvoir prendre part aux activités en commun. À la fin de sa croisière, il est de la responsabilité du croisiériste de prendre des dispositions pour fournir un logement sécuritaire en matière de COVID-19 pour l’isolement du passager, répondant aux exigences du Décret visant la réduction du risque d’exposition à la COVID-19 au Canada (quarantaine, isolement et autres obligations).

Si un grand nombre de cas surviennent à bord d’un navire de croisière, des éléments du plan de gestion de la COVID-19 seront activés et des mesures de santé publique seront mises en place pour gérer les cas et les contacts potentiels, dont :

  • l’isolement de passagers supplémentaires à bord du navire de croisière;
  • la tenue d’examens médicaux;
  • le déplacement de passagers vers un autre endroit à terre.

Des mesures supplémentaires obligatoires de santé publique, soit par l’entremise de l’Agence de la santé publique du Canada, soit des autorités provinciales de santé publique, pourraient être prises pour réduire le risque de propagation supplémentaire de la COVID-19 au Canada.






Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur