Samedi,  18 septembre 2021  9:53

NCLH intente une poursuite contre la Floride concernant sa législation sur les vaccins


NCLH intente une poursuite contre la Floride concernant sa législation sur les vaccins
Pax Global Media

Norwegian Cruise Line Holdings (société-mère de Norwegian Cruise Line, Oceania Cruises et Regent Seven Seas Cruises) a intenté une poursuite contre le ministre de la Santé de la Floride pour invalider la loi de l'État interdisant aux entreprises d'exiger une preuve de vaccination.

LIRE PLUS – NCLH précise ses plans de reprise aux États-Unis 

Rappelons qu’en avril, la Floride a adopté une loi qui interdit aux entreprises de restreindre l'accès à leurs services sur la base du statut vaccinal. Or, la vaccination est un élément central du plan de retour en service de NCLH – comme d’ailleurs de plusieurs autres compagnies de croisières.

Dans sa plainte, NCLH explique faire face à un dilemme :

« NCLH se retrouvera soit du mauvais côté de la santé et de la sécurité et du cadre juridique fédéral en vigueur, soit du mauvais côté de la loi de Floride. »

La requête de NCLH demande donc une injonction provisoire afin de permettre à ses trois marques de reprendre les croisières au départ de la Floride tout en exigeant la vaccination complète des passagers.

À contrecœur devant les tribunaux

Dans un communiqué publié sur le site de Regent Seven Seas Cruises, NCLH déplore n’être pas parvenue à trouver une solution raisonnable et mutuellement acceptable avec l'État de Floride qui lui aurait permis d'exiger des documents confirmant le statut vaccinal des passagers avant l'embarquement.

« Malgré la pandémie mondiale en cours et la propagation accélérée du variant Delta, la Floride continue de nous interdire d'exiger des documents relatifs aux vaccins qui, selon nous, nous permettraient de reprendre la navigation de la manière la plus sûre possible. »


« Nous pensons que l'interdiction de la Floride va à l'encontre de la loi fédérale, de la santé publique et de la science, et qu'elle n'est pas dans le meilleur intérêt du bien-être de nos clients, de notre équipage et des communautés que nous visitons. C’est pourquoi nous nous sommes tournés à contrecœur vers les tribunaux pour obtenir réparation. »


« Aujourd'hui, nous demandons au tribunal fédéral du district sud de Floride d'invalider l'interdiction de la Floride et de nous accorder une injonction provisoire pour permettre à notre compagnie de reprendre la navigation avec des protocoles de santé et de sécurité rigoureux afin de minimiser, dans la mesure du possible, la propagation du COVID-19. »

Disant croire fermement au bien-fondé de ses demandes, la société précise qu’elle ne fera pas d'autres commentaires en dehors du tribunal.

La santé et la sécurité avant tout

NCLH ajoute néanmoins que ses actions sont le reflet de son engagement à reprendre la navigation conformément à ses protocoles de santé et de sécurité SailSAFE, qui sont solides et fondés sur la science, et dont la pierre angulaire est l’exigence de la vaccination.

« Notre politique de vaccination à 100% des invités et de l'équipage est cohérente et en place sans problème dans tous les ports où nous naviguons dans le monde, à l'exception de la Floride », ajoute NCLH.

La compagnie mentionne que cette situation est très problématique puisque cet État, où elle est installée depuis sa création en 1966, est « la capitale mondiale des croisières »…

La Société réitère qu’elle n’est pas heureuse de devoir intenter cette action en justice – qui était son « dernier recours ». Mais si elle va de l’avant, c’est parce que rien n'est plus important, à ses yeux, « que la santé et la sécurité de nos clients, de nos équipages et des communautés que nous visitons ».



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !




Indicateur