Jeudi,  12 décembre 2019  19:39

Le paquebot norvégien MS Fram lance la saison des croisières 2019 à Québec


Le paquebot norvégien MS Fram lance la saison des croisières 2019 à Québec
Construit en 2007, le MS Fram qui a inauguré la saison des croisières 2019 à Québec va subir une importante cure de jouvence l’an prochain.
Denis Méthot

Journaliste et photographe de presse maintes fois récompensé depuis les trois dernières décennies, Denis Méthot est un touche-à-tout qui raffole des voyages. Il est, depuis plusieurs années, le correspondant officiel de PAX dans la ville de Québec.

Avec le printemps froid que nous traversons, quoi de plus approprié avec un climat pareil pour lancer la saison 2019 des croisières à Québec qu’un paquebot norvégien qui réalise des excursions polaires? C’est ce qu’a fait ces dernières heures le MS Fram, qui a fait le 2 mai son tout premier arrêt à vie dans la Capitale, mais probablement pas son dernier.

LIRE PLUS - Hurtigruten : du poisson mort pour faire avancer ses navires

Parti de l’Antarctique, ce petit paquebot rompu aux mers froides s’est arrêté à New-York avant de mettre le cap sur Québec pour y faire monter 110 passagers. Il retournait par la suite à New-York avant de se diriger en Arctique. 

Ce séjour à Québec représentait en quelque sorte une carte de visite puisque le croisiériste Hurtigruten projette d’ajouter le Québec à ses quelques 67 itinéraires dans un avenir rapproché, a appris PAX.


Navire d’expédition

Avec ses couleurs blanches et rouges et sa coque arrondie, la MS Fram fait songer à un gros brise-glaces de la Garde-côtière canadienne. 

Certaines cabines du petit paquebot de 264 passagers doivent d’ailleurs presqu’aussi austères que celui des brise-glaces et il faut monter dans les cabines de niveau supérieur pour y trouver un certain luxe.

Le MS Fram, qui fera l’objet d’une cure de jouvence l’an prochain, est perçu comme tous les paquebots d’Hurtigruten comme un navire d’exploration destiné au grand public, mais on leur préfère aujourd’hui l’expression navires d’expédition.

Son aménagement intérieur est conçu en conséquence :  pas de casino, pas de haute gastronomie, pas de spectacle de Broadway. Ici, les shows ne se trouvent pas sur le navire, mais dans son environnement, dans la nature que l’on découvre lors de sorties en mer ou à bord, avec des conférences données par des environnementalistes ou des naturalistes animaliers sur les régions où le navire se trouve. 

« Parfois, le mot expédition fait peur à des gens. Ils se demandent s’ils doivent être des aventuriers professionnels ou des randonneurs. Ce n’est pas le cas. Si vous embarquez avec nous, c’est parce que vous voulez voir le monde différemment, mais avec vos yeux », déclare Éric Bacon, un Québécois qui travaille pour Hurtigruten à Seattle.

Trois nouveaux navires

Trois mots résument le produit Hurtigruten : expériences, découvertes, éducation. Ce croisiériste norvégien, qui a célébré l’an dernier ses 125 années d’existence en interdisant à son bord tous les contenants de plastique à usage unique, s’enrichira sous peu de trois nouveaux navires. 

Le MS Roald Amundsen, le premier paquebot à propulsion hybride au monde pour diminuer son empreinte écologique, sera mis en service dans trois semaines à peine. Il accueillera 530 passagers. 

Le MS Friddtjof Nansen suivra en 2020 et un troisième en 2021, pour porter la flotte à 17 navires. 

La nouvelle représentante au développement des affaires pour le Canada d’Hurtigruden, Kristin Erz, et son collègue québécois Eric Bacon, qui est basé à Seattle et qui est venu à Québec en raison de sa connaissance du français.

« Nos paquebots ne sont pas gros, mais nous sommes plus nombreux que les gens le pensent! », lance Éric Bacon.

Sur les navires d’Hurtigruten, il n’y a pas de pourboires. C’est laissé à la discrétion du client, mais il n’est pas attendu par le personnel. Les tarifs comprennent les taxes. 

Les sorties en pneumatique sont gratuites, mais d’autres activités comme le kayak de mer sont payantes. Pour les excursions le long des côtes de la Norvège, les bébés sont admis, mais pour les expéditions, les enfants de moins de cinq ans ne sont pas acceptés.

Incitatifs pour les conseillers de voyages

Hurtigruten veut se faire connaître davantage du marché nord-américain et compte sur les agents de voyages pour y parvenir. Éric Bacon l’a expliqué à la quarantaine de conseillers québécois qui ont effectué une visite du MS Fram, le croisiériste préfère que leurs clients achètent leur croisière auprès des agents de voyages que de leur vendre directement. 

Des programmes de certification récompensés en argent et des commissions intéressantes sont offerts aux agents qui vendent ses produits. 

Au Québec, ses croisières sont notamment offertes par Tours Chanteclec.

Le MS Fram en photos


Indicateur