Le gouvernement italien interdit aux grands navires de croisière d'accéder à la lagune de Venise


Le gouvernement italien interdit aux grands navires de croisière d'accéder à la lagune de Venise
(UNESCO)
Pax Global Media

Le gouvernement de l’Italie interdira désormais l’accès des grands navires de croisière à la lagune de Venise.

L’UNESCO se réjouit de cette décision attendue depuis plusieurs années.

LIRE PLUS – Les navires de croisière bannis de Venise ? Pas tout à fait ! 

« Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a exhorté l'Italie dès 2014 à interdire aux grands navires et aux pétroliers d'entrer dans la lagune de Venise. Allant parfois jusqu’à 40 000 tonnes, ils fragilisent la lagune de Venise et son équilibre écologique. »

Une étape très positive, mais…

Selon l’organisation, le décret-loi annoncé par le gouvernement italien constitue ainsi « une étape très positive dans la mise en œuvre des recommandations formulées par le Comité du patrimoine mondial ».

L’UNESCO prévient néanmoins qu’elle restera attentive aux solutions mises en place par l’Italie. Pour contourner le centre historique, l’État envisage notamment la possibilité d'utiliser les canaux existants (le canal industriel vers Port Marghera et le Canale Vittorio Emanuele III).

L’UNESCO rappelle toutefois qu’une mission consultative à laquelle elle a participé en janvier 2020 avait estimé que « la redirection des navires de croisière vers un terminal provisoire dans le port de Maghera ne pouvait être qu'une solution temporaire ».

Un joyau fragile et menacé

Cela dit, l’organisation s’engage à fournir toute l'assistance et le soutien nécessaire à l’Italie afin de protéger sur le long terme la valeur universelle exceptionnelle de ce bien du patrimoine mondial – « dans l’esprit de la campagne internationale de sauvegarde lancée après les inondations historiques de Venise en 1966 ».

L’UNESCO rappelle que Venise, l'une des plus belles villes historiques du monde et site emblématique du patrimoine mondial depuis 1987, est menacée sur plusieurs fronts depuis de longues années.

Parmi les « problèmes complexes et systémiques » auxquels Venise fait face, dixit l’UNESCO :

  • l’impact des marées et mouvements sous-marins sur les fondations des bâtiments historiques;
  • les effets négatifs induits par l'homme sur l'écosystème de sa lagune;
  • la transformation de son habitat historique vernaculaire pour des raisons commerciales et touristiques entrainant l’exode des habitants.

« Bien avant la crise de la COVID-19, le tourisme de masse, notamment de croisière, était également une menace importante pour la ville et son environnement », conclut l’UNESCO.




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur