La COVID-19 et les croisières : les dernières nouvelles


La COVID-19 et les croisières : les dernières nouvelles
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

« Nous sommes au courant des rapports selon lesquels de nombreux navires de croisière ont de la difficulté à trouver un endroit pour accoster et nous surveillons activement la situation », affirme Affaires mondiales Canada.

LIRE PLUS : Tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19

AMC rappelle que, depuis le 9 mars, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage en croisière en raison de la pandémie de COVID-19 en cours.

« Les Canadiens qui choisissent de voyager sur un bateau de croisière en dépit de ces conseils doivent également savoir qu'ils pourraient ne pas se voir offrir la possibilité de revenir au Canada sur un vol de rapatriement organisé par le gouvernement, ou qu'ils pourraient devoir assumer les coûts du voyage de rapatriement », insiste AMC.

LIRE PLUS : De nombreuses compagnies de croisières suspendent temporairement leurs opérations

Suspension volontaire et temporaire des croisières

Quoi qu’il en soit, les occasions de partir en croisière au cours des prochaines semaines seront beaucoup plus rares puisque la CLIA et toutes ses compagnies de croisières océaniques ont annoncé vendredi (13 mars) la suspension volontaire et temporaire, pendant 30 jours, des opérations de leurs navires de croisière depuis les ports d'escale des États-Unis.

Les Carnival, Royal Caribbean, Norwegian, Princess, MSC, Disney Cruise etc., ont toutes suivi la consigne. Royal Caribbean Cruises (RCC) a même décidé de suspendre temporairement l’ensemble de ses croisières dans le monde. MSC a fait de même. Chez Princess, la suspension des activités atteindra même 60 jours. Plusieurs compagnies de croisières fluviales ont également mis leurs activités entre parenthèses.

Plusieurs sociétés de croisières offrent aux passagers touchés le choix entre un remboursement complet ou un crédit pour croisière future (FCC) assorti d’un boni avantageux.

LIRE PLUS : Carnival suspend ses services jusqu’au 9 avril

LIRE PLUS : Royal Caribbean suspend ses croisières partout dans le monde

La CLIA souligne que ses compagnies de croisières océaniques se concentrent désormais sur le retour en toute sécurité et en douceur des personnes actuellement en mer à bord des navires qui seront affectés.

Portrait de la situation chez Celebrity

À ce propos, Celebrity a publié un portrait détaillé de la situation. On y apprend que les passagers du Summit doivent débarquer aujourd’hui à Fort Lauderdale. Ceux du Reflection, actuellement amarré à Nassau, ont vu leur itinéraire raccourci et devraient débarquer demain à Fort Lauderdale.

Les passagers s’étant embarqués à bord du Xpedition (le 14 mars) et du Flora (le 15 mars) ont vu tous les circuits annulés et des arrangements ont été pris afin pour leur retour avant la fermeture des aéroports de l'Équateur (aujourd’hui).

À la suite de la fermeture des frontières de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie, le Solstice a pu faire débarquer les passagers désirant terminer la croisière à Dunedin, Nouvelle-Zélande. Le navire se dirige directement vers Sydney, Australie pour terminer sa croisière.

Pour leur part, les passagers de l’Eclipse sont bloqués au large du port de San Antonio au Chili, les autorités de ce pays ayant ordonné la fermeture de ses ports dimanche. Le navire a obtenu l'autorisation de s'approvisionner en nourriture et carburant, mais Celebrity demeure en attente d'une décision pour le débarquement des passagers.

Celebrity précise que tous les passagers dont les plans ont été chamboulés recevront des compensations.

Préparer la reprise

Alors que l’industrie des croisières est momentanément immobilisée, elle n’en prépare pas moins la suite des choses.

« Pendant ce temps, nous continuerons de travailler avec les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et autres instances pour préparer la reprise des croisières lorsque cela sera approprié », a déclaré Adam Goldstein, président mondial de CLIA, en faisant valoir le rôle des croisières dans l’économie.

Malgré des temps difficiles, La CLIA se dit convaincue que l’industrie a la résilience nécessaire pour surmonter la situation à plus long terme.

Indicateur