Interdiction des croisières en eaux canadiennes : les Américains suggèrent un compromis


Interdiction des croisières en eaux canadiennes : les Américains suggèrent un compromis

À la recherche d’une solution pour permettre une saison de croisière en Alaska cette année, des membres en vue du Congrès des États-Unis suggèrent un compromis au Canada : que les navires puissent faire escale dans les ports canadiens sans y faire débarquer les passagers.

LIRE PLUS – Plusieurs compagnies de croisières ajustent leur programme 

Tous deux membres du Comité des transports et de l’infrastructure de la Chambre des représentants des États-Unis, le démocrate Peter DeFazio (représentant de l’Oregon) et le républicain Sam Graves (représentant du Missouri) ont écrit une lettre pour présenter cette option à l’ambassadrice du Canada aux États-Unis, Kirsten Hillman.

MM. DeFazio et Graves font notamment valoir que la décision du Canada d’interdire en eaux canadiennes jusqu’en 2022, qui anéantit la saison des croisières en Alaska, met en péril le gagne-pain de dizaines de milliers d’Américains et de Canadiens et risque de provoquer un désastre économique.

Affirmant qu’il est autant de leur devoir de s’occuper de la santé publique que de l’économie, les politiciens rappellent que l’industrie des croisières génère une activité économique de 2,85 G$ et 53 000 emplois dans les régions américaines touchées par l’interdiction canadienne (Alaska, État de Washington, Grands Lacs et Nouvelle-Angleterre) et près de 1,5 G$ et 30 000 emplois au Canada.

Une solution mutuellement acceptable ?

« Par conséquent, nous aimerions encourager le gouvernement du Canada à travailler avec le gouvernement des États-Unis et les intervenants de l’industrie pour trouver une solution mutuellement acceptable », affirment Peter DeFazio et Sam Graves, dans leur lettre, dont Travel Weekly a publié des extraits.

Cette solution mutuellement acceptable, selon eux, pourrait être que le Canada amende son ordonnance provisoire de façon à permettre aux navires de croisières de se conformer aux exigences du droit maritime américain en autorisant des escales au Canada sans débarquement de passagers.

« Notre espoir est que cette solution puisse satisfaire les importantes préoccupations sanitaires des autorités canadiennes et permettre une reprise des croisières avec l’approbation des autorités gouvernementales américaines quand celles-ci jugeront sécuritaire de le faire », écrivent les politiciens.

La CLIA a publié une déclaration pour remercier Peter DeFazio et Sam Graves pour leur leadership dans ce dossier.


LIRE PLUS – Interdiction des croisières jusqu’en février 2022 : l’Alaska crie au scandale; les agents américains crient au secours! 

LIRE PLUS – Interdiction des croisières au Canada jusqu’en février 2022 : déçue, l’industrie espère une révision de l’échéancier 

LIRE PLUS – Ottawa interdit les croisières en eaux canadiennes jusqu’au 28 février 2022 

Indicateur