«Il faut trouver une solution à l’impasse portuaire canadienne», insiste l’ASTA


«Il faut trouver une solution à l’impasse portuaire canadienne», insiste l’ASTA
Zane Kerby, PDG de l'ASTA.

Selon l’ASTA, la décision du Canada de fermer ses ports aux navires de croisière jusqu’au début de 2022 est un autre exemple d’action gouvernementale destructive pour l’industrie du voyage.

Le PDG de l’Association, Zane Kerby, souligne que cette décision anéantit tout espoir de sauver la saison des croisières en Alaska et en Nouvelle-Angleterre.

« À moins qu’elle ne soit bientôt renversée », nuance-t-il…

LIRE PLUS – Interdiction des croisières en eaux canadiennes : les Américains suggèrent un compromis 

Des solutions à l’impasse ?

« Que ce soit sur le plan législatif, réglementaire ou diplomatique, nous continuerons de réclamer une solution à cette impasse », déclare Zane Kerby.

Pour ce qui est des croisières en Alaska, la solution ne pourrait-elle pas être tout simplement d’offrir des croisières entre l’Alaska et l’État de Washington (sans escale au Canada) ?

Pas dans l’état actuel des choses, explique le PDG de l’ASTA.

Il faut savoir, en effet, qu’une loi américaine (le Passenger Vessel Services Act PVSA) interdit aux navires battant pavillon étranger de naviguer directement entre des ports des États-Unis.

L’ASTA approuve donc le compromis proposé la semaine dernière à l’ambassadeur du Canada aux États-Unis par le Comité des transports et de l’infrastructure de la Chambre des représentants.

Celui-ci suggère, rappelons-le, que le Canada permette aux navires de croisières d’effectuer des escales techniques au Canada, sans y faire débarquer les passagers. Ainsi, les navires satisferaient aux exigences du PVSA sans risquer de compromettre la santé des Canadiens.

Autre option qui serait également approuvée par l’ASTA : que le gouvernement des États-Unis assouplisse temporairement le PVSA de façon à autoriser les croisières aller-retour entre l’Alaska et l’État de Washington (sans escale au Canada).

Sauver des saisons prometteuses

Peu importe comment, il faut trouver une façon de sauver la saison des croisières en Alaska et en Nouvelle-Angleterre, insiste l’ASTA.

C'est qu'alors que le déploiement de la vaccination va bon train aux États-Unis et que les CDC collaborent avec les compagnies de croisières pour relancer les croisières à partir des ports américains, « les saisons estivale et automnale sont prometteuses », estime Zane Kerby.

« Le gouvernement et l’industrie doivent travailler ensemble et trouver une solution pour que cette promesse se matérialise », conclut le PDG de l’ASTA.


LIRE PLUS – Plusieurs compagnies de croisières ajustent leur programme 

LIRE PLUS – Interdiction des croisières jusqu’en février 2022 : l’Alaska crie au scandale; les agents américains crient au secours! 

LIRE PLUS – Interdiction des croisières au Canada jusqu’en février 2022 : déçue, l’industrie espère une révision de l’échéancier 

LIRE PLUS – Ottawa interdit les croisières en eaux canadiennes jusqu’au 28 février 2022 

Indicateur