Conversation avec Lynne St Jean, bientôt retraitée de Carnival


Conversation avec Lynne St Jean, bientôt retraitée de Carnival
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Quand nous avons joint Lynne St Jean, ce matin, elle était en train de répondre aux nombreux messages d’encouragement reçus à la suite de l’annonce de son départ de chez Carnival Cruise Line, au terme de 17 ans de bons et loyaux services. « Il y en a qui m’ont fait pleurer », confie-t-elle, émue.

LIRE PLUS : Carnival : Lynne St Jean annonce sa retraite

En effet, la restructuration chez Carnival, qui met fin au long parcours de Lynne St Jean dans l’industrie, a causé une petite commotion au sein de celle-ci. La principale intéressée a elle-même été un peu prise par surprise...

Lynne St Jean précise toutefois qu’en début d’année, elle avait manifesté à ses patrons le désir de réduire la cadence. Il faut dire que ses journées et semaines de travail chez Carnival sont aussi longues que son territoire est vaste : de Kingston à Terre-Neuve !

« J’ai 45 ans de métier dans le corps. J’ai passé les 22 dernières années sur la route : 17 ans chez Carnival, 3 ans chez Intair, 2 ans chez Sunquest. Avant ça, j’ai travaillé à l’étranger comme représentante à destination pendant 3 ans et demi, pour Vacances Air Canada et Wardair. »

Le long parcours de Lynne St Jean n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, tant s’en faut ! « Je ne l’ai pas toujours eu facile ! », confirme-t-elle.

Toujours autant la passion

Lynne St Jean ne s’en plaint pas. Au contraire, elle a beaucoup aimé toutes ses années dans l’industrie. À 63 ans, elle assure même avoir autant la « passion du voyage » qu’elle l’avait à ses débuts.

« Ça me fait mal au cœur de voir souffrir notre industrie, dit-elle. Je suis confiante que les affaires vont reprendre… mais j’ai peur que ce soit long. Alors, comme mes parents, en Ontario, sont âgés et que ma mère est malade depuis trois ans, je veux d’abord et avant tout m’occuper d’eux », explique-t-elle.

LIRE PLUS – VIDÉO : un message d'encouragement de... Lynne St. Jean

Lynne St Jean n’exclut pas un éventuel retour dans l’industrie. « Des propriétaires d’agence m’ont déjà indiqué que leur porte m’est grande ouverte », s’amuse-t-elle. Toutefois, elle n’en est pas là...

À court terme, Lynne St Jean prévoit prendre du temps pour elle, faire de la randonnée, du kayak, du vélo... et recommencer à voyager quand ce sera possible. Elle prévoit aussi poursuivre son implication bénévole avec Cyclo Nord-Sud et avec la Journée mondiale de l’océan.

« Je ne disparaitrai pas de la carte. Je suis en santé. Je ne mettrai pas mon énergie au rencart. Les gens de l’industrie vont entendre parler de moi ! »

Lynne St Jean invite les gens qui souhaitent demeurer en contact avec elle à passer par sa page Facebook personnelle (sa page professionnelle étant appelée à disparaître bientôt).

« Je vais remplacer la photo de kayak par une photo de moi », indique-t-elle.

Comme la restructuration chez Carnival a également entraîné le départ de la BDM basée en Colombie-Britannique, il ne restera, à la fin du mois, que deux personnes pour s’occuper du territoire canadien, soit Justin French, le vice-président régional Canada – nord des États-Unis, et Marilisa De Simone, BDM basée en Ontario.

Indicateur